Accéder au contenu principal

127 hours (2010) - Danny Boyle

S'il y a bien une caractéristique du cinéma de Danny Boyle, c'est celle de l'expérience extrême. Chacun de ses films met en scène une situation, un événement, une histoire hors du commun. Des personnages de Shallow grave (Petits meurtres entre amis) dont l'amitié est fortement mise à mal à cause de la valise pleine d'argent de leur colocataire mort peu de temps après son emménagement à Aron Ralston dans 127 hours (127 heures) coincé au fond d'un canyon à cause de son bras prisonnier entre un rocher et la paroi rocailleuse en passant par les londoniens de 28 days later (28 jours plus tard) qui tentent de survivre suite à la propagation d'un virus tranformant les infestés en monstres sanguinaires, le metteur en scène leur fait vivre des cauchemars bien réels, des traumatismes psychologiques et physiques indéniables. Alors rien d'étonnant à ce qu'il ait mis en scène l'histoire vraie de Aron Ralston, ce jeune américain adepte de randonnées solitaires dans les gorges de l'Utah.

Sorti en ce début d'année au cinéma et récemment en vidéo, le film est certainement l'un des plus terribles de la filmographie de Danny Boyle en terme d'expérience. Pourtant, pas d'humains infestés, pas de jeunes chômeurs accrocs à l'héroïne (Trainspotting). Non, un homme qui a la bougeotte et dont la passion, la randonnée en canyon, l'obligera par un surprenant et ironique hasard à rester bloqué le bras droit entre une pierre et la roche au fond d'une profonde brèche. Il y passera 127 heures.

On aurait du mal à accepter un tel postulat de départ s'il avait été monté de toutes pièces par des scénaristes à l'imagination diabolique mais l'histoire est vraie et adaptée de l'autobiographie de Aron Ralston où il y raconte sa mésaventure. Je n'ai pas lu le livre mais la mise en scène de Danny Boyle a, comme tous ses films, tout de l'apparence de la réalité vécue, ce qui rend encore plus terrible les images filmées jusqu'à ce qu'elles deviennent quasiment insoutenables. On assiste au courage et à l'absolue abnégation physique et psychologique qu'a dû déployer le héros pour ne pas mourir dans son trou. Cette aspect de réalité est d'ailleurs le point fort de la mise en scène de Danny Boyle même quand il s'agit de science-fiction ; et ce, même si la crédibilité de la science de son film Sunshine a été contredite ou si son Inde de Slumdog millionaire a créé une petite polémique dans ce pays.

On pourrait peut-être penser qu'un film sur un type coincé dans un ravin pendant plus de 5 jours a tout le potentiel pour être d'un ennui profond mais il n'en est rien. Danny Boyle a su doser le temps nécessaire pour traiter l'ensemble de son sujet et James Franco est parfait dans l'expression des émotions par lesquelles passe son personnage. On commence par trouver la situation ironique puis embarrassante puis tragique et enfin insupportable jusqu'à l'horreur.

Il n'y a aucune difficulté à apprendre comment Aron Ralston s'est sorti de cette situation en cherchant sur internet. Mais si vous ne connaissez pas le fin mot de l'histoire, ne cherchez pas et procurez-vous 127 hours pour vivre l'expérience.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…