Accéder au contenu principal

127 hours (2010) - Danny Boyle

S'il y a bien une caractéristique du cinéma de Danny Boyle, c'est celle de l'expérience extrême. Chacun de ses films met en scène une situation, un événement, une histoire hors du commun. Des personnages de Shallow grave (Petits meurtres entre amis) dont l'amitié est fortement mise à mal à cause de la valise pleine d'argent de leur colocataire mort peu de temps après son emménagement à Aron Ralston dans 127 hours (127 heures) coincé au fond d'un canyon à cause de son bras prisonnier entre un rocher et la paroi rocailleuse en passant par les londoniens de 28 days later (28 jours plus tard) qui tentent de survivre suite à la propagation d'un virus tranformant les infestés en monstres sanguinaires, le metteur en scène leur fait vivre des cauchemars bien réels, des traumatismes psychologiques et physiques indéniables. Alors rien d'étonnant à ce qu'il ait mis en scène l'histoire vraie de Aron Ralston, ce jeune américain adepte de randonnées solitaires dans les gorges de l'Utah.

Sorti en ce début d'année au cinéma et récemment en vidéo, le film est certainement l'un des plus terribles de la filmographie de Danny Boyle en terme d'expérience. Pourtant, pas d'humains infestés, pas de jeunes chômeurs accrocs à l'héroïne (Trainspotting). Non, un homme qui a la bougeotte et dont la passion, la randonnée en canyon, l'obligera par un surprenant et ironique hasard à rester bloqué le bras droit entre une pierre et la roche au fond d'une profonde brèche. Il y passera 127 heures.

On aurait du mal à accepter un tel postulat de départ s'il avait été monté de toutes pièces par des scénaristes à l'imagination diabolique mais l'histoire est vraie et adaptée de l'autobiographie de Aron Ralston où il y raconte sa mésaventure. Je n'ai pas lu le livre mais la mise en scène de Danny Boyle a, comme tous ses films, tout de l'apparence de la réalité vécue, ce qui rend encore plus terrible les images filmées jusqu'à ce qu'elles deviennent quasiment insoutenables. On assiste au courage et à l'absolue abnégation physique et psychologique qu'a dû déployer le héros pour ne pas mourir dans son trou. Cette aspect de réalité est d'ailleurs le point fort de la mise en scène de Danny Boyle même quand il s'agit de science-fiction ; et ce, même si la crédibilité de la science de son film Sunshine a été contredite ou si son Inde de Slumdog millionaire a créé une petite polémique dans ce pays.

On pourrait peut-être penser qu'un film sur un type coincé dans un ravin pendant plus de 5 jours a tout le potentiel pour être d'un ennui profond mais il n'en est rien. Danny Boyle a su doser le temps nécessaire pour traiter l'ensemble de son sujet et James Franco est parfait dans l'expression des émotions par lesquelles passe son personnage. On commence par trouver la situation ironique puis embarrassante puis tragique et enfin insupportable jusqu'à l'horreur.

Il n'y a aucune difficulté à apprendre comment Aron Ralston s'est sorti de cette situation en cherchant sur internet. Mais si vous ne connaissez pas le fin mot de l'histoire, ne cherchez pas et procurez-vous 127 hours pour vivre l'expérience.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…