Accéder au contenu principal

24 - saison 6


Dans les dernières secondes de la cinquième saison, Jack Bauer (Kiefer Sutherland) se faisait enlever par des agents chinois. Au début de celle-ci, il est rapatrié aux États-Unis. Depuis plusieurs semaines, l'Amérique subit une vague d'attentats sans précédent. Rapidement, la menace nucléaire se fait sentir.

Autant la saison précédente m'était apparue comme un modèle de maîtrise du temps réel en la revoyant l'année dernière, autant la sixième emprunte des raccourcis parfois difficiles à avaler. De plus, la série prend l'allure d'une saga familiale, d'abord parce que le président américain est Wayne Palmer, le propre frère de David Palmer, un des précédents présidents de 24 et surtout aussi parce le frère de Jack Bauer est impliqué dans l'histoire ainsi que son père, apprend-t-on par la suite ; et ces deux là ne sont pas du côté des "gentils". Leurs actes sont tellement violents, immoraux et vénaux que la famille Bauer m'est apparue comme une famille Frankenstein moderne.

Dès le début, tout va très vite et les scénaristes semblent vouloir s'affranchir des limites qu'ils s'imposaient dans les premières saisons. Ainsi, plusieurs épisodes de la saison deux maintenaient le suspense autour de la menace d'une explosion nucléaire et créaient l'émotion sur la disparition d'un personnage important dans celle-ci alors qu'ici, l'explosion d'une telle bombe à Los Angeles, si elle est évidemment un moment dramatique, elle relève plus d'un événement parmi d'autres que d'un acte capital pour la suite à venir.

Tout ce que les États-Unis comptent d'ennemis semble s'être passer le mot pour lui tomber dessus au même moment. Qu'il s'agisse de Jack Bauer se démenant sur le terrain pour empêcher des explosions nucléaires, des crises qui se suivent au sein de la cellule antiterroriste ou des complots et des trahisons fomentées autour de la présidence américaine, les événements et les revirements de situation sont tellement nombreux que tout peut basculer d'une minute à l'autre sans créer de véritable logique, au risque de lasser le téléspectateur. Tout suspense est de fait annihilé. Et au sujet du président américain, il s'agit de Wayne Palmer, le propre frère de David Palmer, l'ancien président des premières saisons ou comment transformer 24 en saga familiale... à chacun de trouver cela judicieux ou pas.


On sait que les épisodes d'une série américaine sont écrits au fur et à mesure de leur diffusion et il est évident que les scénaristes se sont perdus en route. Personnellement, j'ai eu beaucoup de mal à rester concentrer sur ces vingt-quatre heures. Je n'avais pas un bon souvenir de la sixième saison, ce nouveau visionnage confirme qu'en effet, elle est très décevante. Le plus triste est qu'elle ne parvient pas à rendre son personnage principal attachant alors qu'il bénéficiait jusqu'ici d'un capital sympathie non négligeable, ainsi que Chloe O'Brian son alliée depuis la saison trois. Il faut patienter jusqu'au dernier quart d'heure du dernier épisode pour qu'un peu d'émotion s'exprime. La saison six est une saison assez froide dans l'ensemble.


J'avais pu penser, il y a quelques années, que 24 venait de commettre sa saison de trop. Elle en compte aujourd'hui trois de plus qui ont réussi à relever le niveau et j'ai beaucoup apprécié la récente neuvième. Il existe également un téléfilm se situant entre cette saison et la septième.

Un spin-off débarque bientôt également mais 24 sans Jack Bauer, c'est comme un James Bond sans 007.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…