Accéder au contenu principal

Coldplay, l'héritier de U2 ?

S'il y a bien un groupe rock emblématique de mes années d'adolescence et de jeune homme, c'est U2. Ils avaient un son nouveau dans leurs instruments et notes de musique, quelque chose qui les distinguait de tous les autres. Le symbole de cette nouveauté, pour moi, résidait principalement dans leur titre Sunday Bloody Sunday que j'ai pourtant découvert presque 10 ans après sa sortie. L'album War dont est issu le titre était toujours écouté par le jeunes au début des années 90.

Le point culminant de la réussite artistique de U2 est sans conteste l'album The Joshua Tree de 1987 où aucun titre n'inspire de lassitude chez celui qui l'écoute. Il n'y a qu'à se laisser transporter et aujourd'hui encore cet album est une référence.

Après un Achtung Baby plus tendu (même s'il contient One l'une des plus belles chansons d'amour du rock) que leurs disques précédents mais tout aussi génial que The Joshua Tree, la fin de U2 à mes yeux, intervient avec Zooropa, album qui m'avait rebuté à l'époque. Je ne m'en étais pas rendu compte mais le groupe était en avance de quelques années où le rock s'est finalement mêlé à la musique électronique.

Puis pour différentes raisons, j'ai lâché U2. Mais c'est surtout artistiquement que j'ai commencé à les trouver moins intéressants. Rien ne m'a satisfait dans Pop et j'ai ignoré le contenu des albums suivants même si j'apprécie parfois le travail des membres du groupe en dehors. C'est le cas avec Adam Clayton et Larry Mullen, Jr sur le thème du Mission : Impossible de Brian De Palma et Bono et The Edge sur la chanson titre de GoldenEye, le premier James Bond avec Pierce Brosnan.



En écoutant le dernier album de Coldplay, je me suis rendu compte qu'il était possible de considérer le groupe anglais comme l'héritier de U2. Mylo Xyloto a cette légèreté aérienne qu'on pouvait retrouver chez U2, avec en plus la fraîcheur qui n'existe plus chez le groupe irlandais, une nouveauté dans l'organisation des sons. Peut-être moins politiques dans leur genre, même s'ils soutiennent Oxfam International, le style est planant et à la fin de l'album, on en ressort avec l'impression d'avoir voyagé au milieu du ciel, dans une atmosphère débarassée de tout bruit, de toute pollution, juste un air pur et réparateur.

Il parait que Mylo Xyloto pourrait être le dernier album de Coldplay selon certaines déclarations du groupe alors que peu de temps auparavant, Chris Martin, le chanteur, avait affirmé que le groupe n'avait pas encore livré leur chef d'oeuvre. Oui, dans chaque album, il y a des imperfections ça et là mais ils sont capables de livrer leur Joshua Tree, de réaliser un album qui se placera parmi les incontournables de la musique pop-rock.




Commentaires

  1. Avis personnel : Coldplay c'est surtout très mielleux et très formaté pour les radios. Je ne suis pas non plus un fan de U2, que j'apprécie cependant plus que Coldplay.

    J'ai arrêté d'écouter ce groupe le jour où j'ai entendu Viva la vida, qui n'est rien de plus qu'un plagiat d'un instrumental d'un guitariste américain, Joe Satriani, assez peu connu du grand public mais reconnu dans le milieu.

    Joe Satriani : http://www.youtube.com/watch?v=CMcjXo8ZuqE

    Coldplay : http://www.youtube.com/watch?v=dvgZkm1xWPE&ob=av2n

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Jérémy,

    Je connais un peu Joe Satriani mais certainement pas assez pour être dans le milieu. Personnellement, concernant la musique rock, j'ai eu ma période U2 mais j'ai surtout écouté, et écoute encore, des groupes comme AC/DC, Iron Maiden, Trust, Noir désir, Téléphone et Mickey 3D et quelques autres. On passe sur les classements ça c'est heavy metal, ça c'est rock fusion ou je ne sais quoi, sinon on ne va pas s'en sortir.

    J'ai écouté le titre de Satriani, superbe morceau. J'ai tout de suite accroché. Effectivement, c'est très rapprochant. Y a t-il eu plagiat délibéré? J'ai fait quelques recherches sur internet et apparemment, la cour de Californie a jugé que ce n'était pas le cas en 2009 (http://www.20minutes.fr/article/347887/Culture-Coldplay-pas-coupable-d-un-plagiat-de-Joe-Satriani.php) et il semble que les parties aient trouvé un arrangement financier.

    Je vais te raconter une anecdote. Je prenais des cours de guitare au centre social du Touquet il y a... ouh là, pas mal d'années ! Et un pote avec qui on a créé un petit groupe de rock (on a fait quelques représentations) et qui prenait aussi des cours, on répétait un morceau pour la représentation de fin d'année. Il y avait deux autres gars qui prenaient des cours et qui eux répétaient leur propre morceau. On s'est aperçu qu'on jouait exactement les mêmes accords dans le sens opposé.

    Bonne journée.

    Gaspard.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Gaspard.

    Les groupes que tu cites, je les écoutais il y a quelques années, et pour ainsi dire je n'écoutais presque que ça. Puis, par la suite, au fur et à mesure que j'apprenais différents styles à la guitare et que je tentais de varier les registres, je me suis tourné vers d'autres groupes/musiciens et d'autres genres. J'ai ainsi (re)découvert des artistes comme Joe Satriani, Biréli Lagrène, Mike Bloomfield, Mike Patton, Al di Meola, Gary Moore etc... que j'écoutais sans pour autant travailler sur leurs musiques. Et depuis, il n'y a plus que deux musiciens que j'écoute toujours autant : Jimmy Page et Eddie Van Halen. Ces deux gars là sont pour moi les maîtres dans leur domaine.

    Concernant l'aspect judiciaire de l'affaire Satriani/Coldplay, bien qu'à l'époque je m'occupais d'un important site internet sur le monde de la guitare, je n'ai pas tout suivi de cette affaire qui a en plus connu si je me souviens bien de nombreux rebondissements. Je ne m'étais fié uniquement à mes oreilles et le rapprochement était alors évident. Mais j'ignorais qu'il y avait eu un arrangement au final, en tout cas merci pour le lien.

    Les guitaristes instrumentalistes représentent trop souvent une grande source d'inspiration (voire de plagiat...) pour certains groupes plus connus et c'est bien dommage. Je me souviens avoir lu que If I could fly avait été composé par Joe Satriani en hommage à sa femme, et que la composition lui avait demandé des années de travail. J'avais été encore plus dégouté ce jour là.

    Bon week-end.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…