Accéder au contenu principal

Nevermind - Nirvana - 20 ans plus tard



Alors comme ça, l'album Nevermind de Nirvana est sorti il y a 20 ans. Bon sang, comme je n'ai pas vu le temps passer! J'ai 20 ans de plus que lorsque j'ai entendu "Smells like teen spirit" pour la 1ère fois, le titre qui a propulsé le premier album de Nirvana... euh... que dis-je le deuxième ! Mais bon, c'est vrai, on a un peu tendance à l'oublier le premier. Mais que voulez-vous, Nevermind a été une telle déferlante à travers le monde ! 

Nevermind fait partie de mes premiers albums en format CD. Je l'ai encore. Il aura fallu que j'apprenne dans une émission de tv quelconque que l'album fêtait ses 20 ans pour me rendre compte que ça faisait quand même pas mal d'années que je ne l'avais pas écouté. Non, il ne prend pas la poussière, il est là dans la colonne à CD à portée de main entre le Mothers heaven de Texas et le Mellon Collie and the Infinite Sadness des Smashing Pumpkins.

C'est à partir du succès de Nirvana qu'est arrivé à nos oreilles, le terme de musique "Grunge". Mais ça voulait dire quoi "Grunge" ? Aujourd'hui, on irait sur Google et en quelques clics, on aurait la réponse. D'ailleurs, je me rends compte que je ne l'ai jamais vraiment su. Avec les potes du lycée, on avait plus ou moins su que ça voulait dire "sale" mais les rumeurs couraient sur le terme. J'ai même entendu dire que ça désignait les crottes entre les doigts de pied. Alors imaginez un peu ce qu'il me passait dans la tête quand j'entendais quelqu'un affirmer qu'il était grunge.

Alors, grunge, finalement, qu'est ce que ça signifie ?  "Inspiré par le punk hardcore, le heavy metal et le rock indépendant, le grunge est généralement caractérisé par un son de guitare lourd et saturé, des signatures de temps variables, et des paroles apathiques ou qui traitent des angoisses", peut-on lire sur wikipedia. "Grunge semble être une dérivation régressive du mot d'argot américain grungy signifiant « sale ». La première utilisation du terme associé à la musique de Seattle est attribuée à Mark Arm, chanteur de Green River puis Mudhoney, dans une lettre adressée à un fanzine au début des années 1980 - même s'il reconnaît lui-même qu'il n'en est pas l'inventeur et que ce mot était déjà employé en Australie pour décrire des groupes tels que Beasts of Bourbon1. Il fut ensuite popularisé par Bruce Pavitt du label Sub Pop. En France, une légende tenace prétend que le grunge désigne la crasse qui se forme entre les orteils ; il n'existe cependant aucune trace de l'utilisation du terme en ce sens dans la langue anglaise", lit-on plus loin. Bien, la crotte entre les doigts de pied n'était qu'une légende.

Grunge, ce n'était pas que de la musique, celle de Nirvana, Soundgarden ou encore Pearl Jam. C'était aussi un look. Un jeans déchiré à la propreté douteuse, un T-shirt déformé avec la tête de Kurt Cobain dessus si possible, une chevelure pas coiffée et une tronche de désespéré chronique. Et quand tu écoutais "Smells like teen spirit" à fond sur ta chaîne hifi ou aux écouteurs de ton discman, tu balançais la tête de haut en bas avec la même tronche de désespéré. Bon, j'exagère un peu mais certains étaient réellement dans ce trip... et certains y sont restés bloqués.

J'aimais bien cet album. Avec les potes quelques années plus tard, on avait même repris "Territorial Pissings" (et 2 ou 3 autres d'autres albums du groupe) et on l'a joué plusieurs fois devant un public ; un public nettement moins étendu que celui de Nirvana mais on se marrait bien. A la guitare, ce n'était pas dur mais ça défoulait. Parce qu'il y avait une vraie énergie dans cet album, une énergie qui a renvoyé au placard pendant un bon bout de temps la musique des années 80, celle qu'on essaie de nous refourguer aujourd'hui parce qu'on est soit disant nostalgique de cette décennie ; comme on le fût des années 70, 60 et même des 50.

Pour ces 20 ans, j'ai réécouté Nevermind. Il a toujours la pêche même si dans mon esprit c'était plus mordant, plus agressif. 20 ans ! Et le bébé, qu'est-il devenu ? Un peu de recherches sur internet pour apprendre qu'il s'appelle Spencer Kenneth Royce Elden, qu'il est devenu mannequin et qu'il y a 3 ans, il a accepté de refaire un cliché dans le même environnement.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…