Accéder au contenu principal

Nevermind - Nirvana - 20 ans plus tard



Alors comme ça, l'album Nevermind de Nirvana est sorti il y a 20 ans. Bon sang, comme je n'ai pas vu le temps passer! J'ai 20 ans de plus que lorsque j'ai entendu "Smells like teen spirit" pour la 1ère fois, le titre qui a propulsé le premier album de Nirvana... euh... que dis-je le deuxième ! Mais bon, c'est vrai, on a un peu tendance à l'oublier le premier. Mais que voulez-vous, Nevermind a été une telle déferlante à travers le monde ! 

Nevermind fait partie de mes premiers albums en format CD. Je l'ai encore. Il aura fallu que j'apprenne dans une émission de tv quelconque que l'album fêtait ses 20 ans pour me rendre compte que ça faisait quand même pas mal d'années que je ne l'avais pas écouté. Non, il ne prend pas la poussière, il est là dans la colonne à CD à portée de main entre le Mothers heaven de Texas et le Mellon Collie and the Infinite Sadness des Smashing Pumpkins.

C'est à partir du succès de Nirvana qu'est arrivé à nos oreilles, le terme de musique "Grunge". Mais ça voulait dire quoi "Grunge" ? Aujourd'hui, on irait sur Google et en quelques clics, on aurait la réponse. D'ailleurs, je me rends compte que je ne l'ai jamais vraiment su. Avec les potes du lycée, on avait plus ou moins su que ça voulait dire "sale" mais les rumeurs couraient sur le terme. J'ai même entendu dire que ça désignait les crottes entre les doigts de pied. Alors imaginez un peu ce qu'il me passait dans la tête quand j'entendais quelqu'un affirmer qu'il était grunge.

Alors, grunge, finalement, qu'est ce que ça signifie ?  "Inspiré par le punk hardcore, le heavy metal et le rock indépendant, le grunge est généralement caractérisé par un son de guitare lourd et saturé, des signatures de temps variables, et des paroles apathiques ou qui traitent des angoisses", peut-on lire sur wikipedia. "Grunge semble être une dérivation régressive du mot d'argot américain grungy signifiant « sale ». La première utilisation du terme associé à la musique de Seattle est attribuée à Mark Arm, chanteur de Green River puis Mudhoney, dans une lettre adressée à un fanzine au début des années 1980 - même s'il reconnaît lui-même qu'il n'en est pas l'inventeur et que ce mot était déjà employé en Australie pour décrire des groupes tels que Beasts of Bourbon1. Il fut ensuite popularisé par Bruce Pavitt du label Sub Pop. En France, une légende tenace prétend que le grunge désigne la crasse qui se forme entre les orteils ; il n'existe cependant aucune trace de l'utilisation du terme en ce sens dans la langue anglaise", lit-on plus loin. Bien, la crotte entre les doigts de pied n'était qu'une légende.

Grunge, ce n'était pas que de la musique, celle de Nirvana, Soundgarden ou encore Pearl Jam. C'était aussi un look. Un jeans déchiré à la propreté douteuse, un T-shirt déformé avec la tête de Kurt Cobain dessus si possible, une chevelure pas coiffée et une tronche de désespéré chronique. Et quand tu écoutais "Smells like teen spirit" à fond sur ta chaîne hifi ou aux écouteurs de ton discman, tu balançais la tête de haut en bas avec la même tronche de désespéré. Bon, j'exagère un peu mais certains étaient réellement dans ce trip... et certains y sont restés bloqués.

J'aimais bien cet album. Avec les potes quelques années plus tard, on avait même repris "Territorial Pissings" (et 2 ou 3 autres d'autres albums du groupe) et on l'a joué plusieurs fois devant un public ; un public nettement moins étendu que celui de Nirvana mais on se marrait bien. A la guitare, ce n'était pas dur mais ça défoulait. Parce qu'il y avait une vraie énergie dans cet album, une énergie qui a renvoyé au placard pendant un bon bout de temps la musique des années 80, celle qu'on essaie de nous refourguer aujourd'hui parce qu'on est soit disant nostalgique de cette décennie ; comme on le fût des années 70, 60 et même des 50.

Pour ces 20 ans, j'ai réécouté Nevermind. Il a toujours la pêche même si dans mon esprit c'était plus mordant, plus agressif. 20 ans ! Et le bébé, qu'est-il devenu ? Un peu de recherches sur internet pour apprendre qu'il s'appelle Spencer Kenneth Royce Elden, qu'il est devenu mannequin et qu'il y a 3 ans, il a accepté de refaire un cliché dans le même environnement.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…