Accéder au contenu principal

Le barracuda (1961) - André Caroff

"La pénombre était tombée et la pâle lueur d'une lune naissante argentait les choses. Une piste étroite longeait la grève et descendait entre les palmiers géants aux formes élancées. L'eau du golfe luisait sous la brise légère qui retroussait les vagues et, sur le rivage, le sable fin gardait la trace de leur passage humide et caressant.
Assis dans un rayon de lune, Juanito, indifférent au féérique paysage qui l'entourait, contemplait fixement le passage que l'eau avait creusé entre les rochers rouges. Ce passage, Juanito l'avait nommé "le passage des requins" et il l'avait considéré comme tel jusqu'au jour où le barracuda l'avait emprunté".

Le barracuda a toujours été dans la famille. Enfant, sa couverture m'impressionnait. Cet énorme requin la traversant la m'effrayait. Il était le danger. Le visage féminin aux lèvres entrouvertes évoquait un érotisme dont je n'ai eu conscience qu'aux premiers émois adolescents. Le sigle en bas à gauche de cette tête de mort sur fond de château fort d'inspiration gothique rappelait les films d'épouvante et d'horreur qui m'attiraient déjà alors que je n'étais qu'un enfant. Et le titre de la collection : "ANGOISSE" !

Ce n'est pourtant que récemment que j'ai lu le livre d'André Caroff, un article de Jacques Layani sur son blog à son sujet m'ayant fait remonter à la mémoire son existence.

Nulle horreur ou épouvante cependant ; et pour l'érotisme, on repassera. Il s'agit, dans le fond, d'une histoire d'adultère où les amants ont échafaudé un plan pour se débarrasser de la riche épouse du monsieur.

Il y a cependant bien un barracuda. Celui-ci apparait dès les premières pages du roman mais il s'agit surtout du mari qui, dans une scène de traque plutôt bien amenée et construite, prend en chasse le témoin de l'assassinat de l'épouse trompée. La scène qui s'étend sur quelques pages est assez saisissante et tranche avec la forme du texte qui se déroulait jusque là. Et la fin réserve une surprise à laquelle je ne m'attendais pas. Comme quoi les rebondissements de dernière minute, procédé narratif qui s'est généralisé aussi bien dans les romans que dans les films, n'est pas une technique aussi récente qu'on l'imagine. 

Un roman assez court, facile dans sa lecture et donc, qui se découvre rapidement.



Commentaires

  1. Précisons que Le Barracuda est le deuxième roman d'André Carpouzis qui, au total, en signera pas moins de 218 sous ses différents pseudonymes (André Caroff, Rod Garaway, Ram Storga, Daib Flash, Alexandre Scorcia). C'est en cela que sa maîtrise est assez étonnante. Elle deviendra plus grande et plus solide encore, les années passant. Pour ce qui est de l'érotisme, 1961 ne l'autorisait pas. Ce n'était tout simplement pas concevable dans des ouvrages en vente libre et énormément diffusés et distribués. Le visage de femme est en revanche un classique, dans l'art de l'illustration.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…