Accéder au contenu principal

Le barracuda (1961) - André Caroff

"La pénombre était tombée et la pâle lueur d'une lune naissante argentait les choses. Une piste étroite longeait la grève et descendait entre les palmiers géants aux formes élancées. L'eau du golfe luisait sous la brise légère qui retroussait les vagues et, sur le rivage, le sable fin gardait la trace de leur passage humide et caressant.
Assis dans un rayon de lune, Juanito, indifférent au féérique paysage qui l'entourait, contemplait fixement le passage que l'eau avait creusé entre les rochers rouges. Ce passage, Juanito l'avait nommé "le passage des requins" et il l'avait considéré comme tel jusqu'au jour où le barracuda l'avait emprunté".

Le barracuda a toujours été dans la famille. Enfant, sa couverture m'impressionnait. Cet énorme requin la traversant la m'effrayait. Il était le danger. Le visage féminin aux lèvres entrouvertes évoquait un érotisme dont je n'ai eu conscience qu'aux premiers émois adolescents. Le sigle en bas à gauche de cette tête de mort sur fond de château fort d'inspiration gothique rappelait les films d'épouvante et d'horreur qui m'attiraient déjà alors que je n'étais qu'un enfant. Et le titre de la collection : "ANGOISSE" !

Ce n'est pourtant que récemment que j'ai lu le livre d'André Caroff, un article de Jacques Layani sur son blog à son sujet m'ayant fait remonter à la mémoire son existence.

Nulle horreur ou épouvante cependant ; et pour l'érotisme, on repassera. Il s'agit, dans le fond, d'une histoire d'adultère où les amants ont échafaudé un plan pour se débarrasser de la riche épouse du monsieur.

Il y a cependant bien un barracuda. Celui-ci apparait dès les premières pages du roman mais il s'agit surtout du mari qui, dans une scène de traque plutôt bien amenée et construite, prend en chasse le témoin de l'assassinat de l'épouse trompée. La scène qui s'étend sur quelques pages est assez saisissante et tranche avec la forme du texte qui se déroulait jusque là. Et la fin réserve une surprise à laquelle je ne m'attendais pas. Comme quoi les rebondissements de dernière minute, procédé narratif qui s'est généralisé aussi bien dans les romans que dans les films, n'est pas une technique aussi récente qu'on l'imagine. 

Un roman assez court, facile dans sa lecture et donc, qui se découvre rapidement.



Commentaires

  1. Précisons que Le Barracuda est le deuxième roman d'André Carpouzis qui, au total, en signera pas moins de 218 sous ses différents pseudonymes (André Caroff, Rod Garaway, Ram Storga, Daib Flash, Alexandre Scorcia). C'est en cela que sa maîtrise est assez étonnante. Elle deviendra plus grande et plus solide encore, les années passant. Pour ce qui est de l'érotisme, 1961 ne l'autorisait pas. Ce n'était tout simplement pas concevable dans des ouvrages en vente libre et énormément diffusés et distribués. Le visage de femme est en revanche un classique, dans l'art de l'illustration.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…