Accéder au contenu principal

James Bond is forever


Ian Fleming is forever fut mon billet de conclusion de la lecture des Fleming, de tous les Fleming puisqu'en dehors des James Bond, nous lui devons The diamond smugglers, Thrilling cities et Chitty chitty bang bang the magical car. Maintenant que j'ai revu, pour la énième fois, tous les James Bond dans les conditions optimales des Blu-ray, voici une conclusion sur ce personnage qui me passionne depuis 1988 ; une conclusion non définitive, j'en ai bien conscience, parce que "James Bond will return".

Que me plait-il tant dans le fait de voir et revoir depuis bientôt trente ans, ces films forcément inégaux et aux styles si différents ? Car même devant les plus mauvais (Live and let die, Moonraker), même devant l'interprète le plus éloigné du personnage qu'avait créé Ian Fleming (Roger Moore), je prends plaisir.

A chaque fois que je me suis interrogé sur le sens profond de cette fascination, je n'ai pas trouvé de réponse satisfaisante. Peut-être est-ce dû à quelque chose de profondément ancré en moi, quelque chose qui répond à une envie, un manque, une volonté, un fantasme, que sais-je encore ? Quelque chose lié à l'enfance ou à l'adolescence peut-être ?

Je venais d'avoir quatorze ans et la deuxième chaîne de télévision avait diffusé Dr No. Il faut bien comprendre qu'il s'agissait d'une autre époque et la diffusion d'un tel film avait un goût de rareté. Je me revois, juste après avoir regardé le film,  exclamer à mon père : "C'est génial !".

Ce fut ensuite la découverte de chaque film, la lecture des livres de Ian Fleming, tout cela étalé sur plusieurs années. Il fallait attendre une diffusion télévisuelle, chercher les films dans un vidéo-club, trouver les livres dans les brocantes et fouiner dans les magazines pour trouver des informations sur l'univers de James Bond ; des informations qui n'étaient pas toujours très fiables ou intéressantes. Les unes des revues vous faisaient miroiter un contenu exceptionnel alors que ce n'était pas forcément le cas.

Parallèlement, malgré la période creuse de la première moitié des années quatre-vingt-dix, l'actualité cinématographique bondienne progressait et les nouveaux romans étaient peu à peu traduits en français, les Gardner, les Benson, loin d'être convaincants d'ailleurs.

L'histoire de James Bond se poursuit aujourd'hui. Depuis peu, j'ai constaté que dans les articles sur le sujet, 007 est parfois qualifié de mythe moderne. J'ai l'impression que la considération à l'égard de James Bond est différente, surtout depuis l'arrivée de Daniel Craig. Il est un excellent interprète de l'agent du MI6 et Skyfall est de mon point de vue le meilleur des Bond.

J'ai également retrouvé des sensations à le lecture de Trigger mortis que je n'avais pas ressenties depuis ma seconde lecture de Fleming, et aux dernières informations, Anthony Horowitz rédigerait un second roman.

L'actualité bondienne ne semble pas prête de s'éteindre.

"James Bond will return"

Commentaires

  1. Je pense que Fleming possède un charme. Dans la vie, c'était un séducteur. Il y a des gens qui ont une aura, c'est comme ça, ils paraissent sympathiques à qui les rencontre, presque immédiatement. Ce charme demeure dans ses livres - la mort, le temps qui passe n'y font rien - et s'en dégage lorsqu'on les lit, comme un parfum entêtant. En cela, il est inimitable. De l'univers qu'il a créé, le cinéma a ramassé quelques miettes (parfois bonnes, parfois rassies) et c'est pour ça que ça marche depuis si longtemps. Pour moi, c'est une question de charme.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…