Accéder au contenu principal

James Bond is forever


Ian Fleming is forever fut mon billet de conclusion de la lecture des Fleming, de tous les Fleming puisqu'en dehors des James Bond, nous lui devons The diamond smugglers, Thrilling cities et Chitty chitty bang bang the magical car. Maintenant que j'ai revu, pour la énième fois, tous les James Bond dans les conditions optimales des Blu-ray, voici une conclusion sur ce personnage qui me passionne depuis 1988 ; une conclusion non définitive, j'en ai bien conscience, parce que "James Bond will return".

Que me plait-il tant dans le fait de voir et revoir depuis bientôt trente ans, ces films forcément inégaux et aux styles si différents ? Car même devant les plus mauvais (Live and let die, Moonraker), même devant l'interprète le plus éloigné du personnage qu'avait créé Ian Fleming (Roger Moore), je prends plaisir.

A chaque fois que je me suis interrogé sur le sens profond de cette fascination, je n'ai pas trouvé de réponse satisfaisante. Peut-être est-ce dû à quelque chose de profondément ancré en moi, quelque chose qui répond à une envie, un manque, une volonté, un fantasme, que sais-je encore ? Quelque chose lié à l'enfance ou à l'adolescence peut-être ?

Je venais d'avoir quatorze ans et la deuxième chaîne de télévision avait diffusé Dr No. Il faut bien comprendre qu'il s'agissait d'une autre époque et la diffusion d'un tel film avait un goût de rareté. Je me revois, juste après avoir regardé le film,  exclamer à mon père : "C'est génial !".

Ce fut ensuite la découverte de chaque film, la lecture des livres de Ian Fleming, tout cela étalé sur plusieurs années. Il fallait attendre une diffusion télévisuelle, chercher les films dans un vidéo-club, trouver les livres dans les brocantes et fouiner dans les magazines pour trouver des informations sur l'univers de James Bond ; des informations qui n'étaient pas toujours très fiables ou intéressantes. Les unes des revues vous faisaient miroiter un contenu exceptionnel alors que ce n'était pas forcément le cas.

Parallèlement, malgré la période creuse de la première moitié des années quatre-vingt-dix, l'actualité cinématographique bondienne progressait et les nouveaux romans étaient peu à peu traduits en français, les Gardner, les Benson, loin d'être convaincants d'ailleurs.

L'histoire de James Bond se poursuit aujourd'hui. Depuis peu, j'ai constaté que dans les articles sur le sujet, 007 est parfois qualifié de mythe moderne. J'ai l'impression que la considération à l'égard de James Bond est différente, surtout depuis l'arrivée de Daniel Craig. Il est un excellent interprète de l'agent du MI6 et Skyfall est de mon point de vue le meilleur des Bond.

J'ai également retrouvé des sensations à le lecture de Trigger mortis que je n'avais pas ressenties depuis ma seconde lecture de Fleming, et aux dernières informations, Anthony Horowitz rédigerait un second roman.

L'actualité bondienne ne semble pas prête de s'éteindre.

"James Bond will return"

Commentaires

  1. Je pense que Fleming possède un charme. Dans la vie, c'était un séducteur. Il y a des gens qui ont une aura, c'est comme ça, ils paraissent sympathiques à qui les rencontre, presque immédiatement. Ce charme demeure dans ses livres - la mort, le temps qui passe n'y font rien - et s'en dégage lorsqu'on les lit, comme un parfum entêtant. En cela, il est inimitable. De l'univers qu'il a créé, le cinéma a ramassé quelques miettes (parfois bonnes, parfois rassies) et c'est pour ça que ça marche depuis si longtemps. Pour moi, c'est une question de charme.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

.

Lone wolf (2006) - Linwood Barclay

"Ce mardi-là, pendant que nous déjeunons, Trixie Snelling semble préoccupée. Pour tuer le temps, elle me raconte qu'elle écume les boutiques de déguisements afin de se procurer une arête osseuse frontale et satisfaire un client qui aime être dominé par une Klingon.
- Dans la série Star Trek, il y avait bien ces deux nanas klingon et ce chauve qui était le commandant ? me demande Trixie, qui sait que je suis une sorte d'autorité en matière de science-fiction.
- Ouais. Lursa et B'Etor Duras Deux sœurs humanoïdes. Elles essayaient d'éliminer le chancelier Gowron du Haut Conseil klingon.
Je marque une pause avant d'ajouter :
- Elles aimaient le cuir et les décolletés pigeonnants.
- De ce côté-là, ça va, rétorque-t-elle avec un petit mouvement de tête qui m'indique que mes connaissances approfondies ne l'impressionnent pas.
Parfois, je me demande pourquoi le cerveau rejette des informations importantes pour ne retenir que des bêtises."

C'est une plongée …