Accéder au contenu principal

Predator 2 (1990) - Stephen Hopkins


Predator 2, sorti en 1990, se déroule dans un futur proche, en 1997... le passé par rapport à aujourd'hui. Il est assez amusant de constater la vision de la proche évolution de la société qu'avaient les scénaristes et les producteurs.

Los Angeles est en proie à une violence extrême. Sur fond de trafic de drogue, des gangs de colombiens et de jamaïcains se livrent une guerre sans merci aux moyens d'armes de guerre et la police est débordée. Dans le même temps, il faut supporter une vague de chaleur extrême qui n'aide pas à l'apaisement des esprits ; et c'est le moment que choisit un nouvel extraterrestre pour faire de la cité son nouveau terrain de chasse. Ses proies ? L'équipe du lieutenant Michael Harrigan (Danny Glover) et les membres des différents gangs de Los Angeles.


Après la jungle naturelle du premier film, place à la jungle urbaine et ses dangers. D'un esprit plus série B que le film de John McTiernan, Stephen Hopkins mise principalement sur l'action et la violence. Parfois, un trait d'humour vient apaiser la tension. Le Predator lançant "You want a candy" avant de tuer des policiers dans un métro me fera toujours rire.

J'aime beaucoup le final à l'intérieur du vaisseau des predators et le fait qu'on le découvre en même temps que Harrigan. On se rend compte que les chasseurs emportent des trophées de leurs chasses à travers les planètes de l'univers, les cranes des créatures ciblées.

Plus de vingt-cinq après, Predator 2 reste efficace. A l'époque, ces films allaient à l'essentiel et n'empruntaient pas des voies détournées afin de donner un semblant de consistance à un sujet qui n'en demande aucunement. Je reste convaincu que, d'une façon générale, ce type de production était bien plus efficace et divertissant dans les années quatre-vingts et quatre-vingt-dix. Il existait une naïveté bienvenue et agréable qui a aujourd'hui disparue. A partir des années deux-mille, et avec le gonflement des budgets, il s'est pris de préoccupations scénaristiques inutiles.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…