Accéder au contenu principal

Nymphéas noirs (2011) - Michel Bussi

"Trois femmes vivaient dans un village.
La première était méchante, la deuxième était menteuse, la troisième était égoïste.
Leur village portait un joli nom de jardin. Giverny.
La première habitait dans un grand moulin au bord d'un ruisseau, sur le chemin du Roy ; la deuxième occupait un appartement mansardé au-dessus de l'école, rue Blanche-Hoschedé-Monet ; la troisième vivait chez sa mère, une petite maison dont la peinture aux murs se décollait, rue du château-d'Eau.
Elles n'avaient pas non plus le même âge. Pas du tout. La première avait plus de quatre-vingts ans et était veuve. Ou presque. La deuxième avait trente-six ans et n'avait jamais trompé son mari. Pour l'instant. La troisième avait onze ans bientôt et tous les garçons de son école voulaient d'elle pour amoureuse. La première s'habillait toujours de noir, la deuxième se maquillait pour son amant, la troisième  tressait ses cheveux pour qu'ils volent au vent."

Après avoir lu Gravé dans le sable, c'est avec plaisir que je reçus un autre Bussi, Nymphéas noirs. Sorti en 2011, j'ai retrouvé ce qui m'avait plu précédemment.

L'écrivain prend soin d'installer l'atmosphère, ici à Giverny, village de Claude Monet, où le cadavre de Jérôme Morval, un chirurgien ophtalmologue, est retrouvé au bord de l'Epte.

Du haut de son moulin, une vieille dame observe tout, en se permettant des réflexions souvent acerbes sur celles et ceux qu'elle guette. Il y a Stéphanie, l'institutrice du village, Fanette, une gamine de onze ans qui cherche à réussir un tableau de nymphéas avec l'aide d'un peintre américain, l'inspecteur Laurenç Sérénac, en charge de l'enquête sur le meurtre, le chien Neptune, les touristes, etc. Au passage, elle ne se prive pas de formuler des remarques similaires au sujet de Monet et de son obsession pour les nymphéas. L'impressionniste en prend pour son grade, comme les peintres qui cherchent en vain et vaniteusement l'inspiration dans le village normand. C'est vrai, quoi ! Ce n'est pas parce que l'un des plus célèbres peintres au monde a vécu et peint en ces lieux que le talent touchera du doigt tous ces gens !

Plus l'intrigue avance, moins les faits semblent certains voire, parfois, même réels. J'ai même douté de leur existence ou de leur concomitance. En effet, des signes m'ont fait penser qu'ils n'avaient pas lieu à la même époque. La question se pose d'autant plus qu'il est possible que le meurtre trouve son origine plusieurs décennies en arrière. Et cette soudaine interrogation qui m'a assailli en plein milieu du livre : et si tout cela, n'était que le fruit de l'imagination de cette vieille dame qui rumine sans cesse ?

Le lecteur passe donc de suppositions en doutes, pour d'autres interrogations, etc. Si en fin de compte, j'avais deviné l'un des points essentiels de la trame aux deux tiers du livre, j'étais loin d'en avoir découvert l'intégralité du fond. Pourtant, tout est là, devant nos yeux. Michel Bussi a écrit un polar intelligent qui, loin de chercher à impressionner, a surtout cherché à installer un climat que j'ai trouvé captivant.

En cherchant ce qu'il se dit sur internet au sujet de Nymphéas noirs, il est possible d'apprendre qu'il est le roman policier le plus primé en 2011. Bien que ne cherchant jamais à valoriser une quelconque œuvre (livres, films, etc.) en fonction de son nombre de récompenses obtenues, il me semble qu'en l’occurrence, c'est amplement mérité.

Je peux terminer la lecture d'un roman assez rapidement si celui-ci m'absorbe, mais en présence de celui-ci, j'ai souhaité prendre mon temps, tant l'ambiance me plaisait. Et il n'est pas courant qu'un livre à suspense élargisse un peu votre culture sur Claude Monet, les impressionnistes d'une façon générale et invite Louis Aragon à la citation. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…