Accéder au contenu principal

24 - saison 7


En revoyant cette septième saison de 24, je me suis rendu compte que j'en avais très peu de souvenirs. Et pour cause : elle est assez laborieuse. Pour tout dire, je pensais que l'intrusion des terroristes au sein de la Maison Blanche et les combats qui y sont liés, s'étalaient sur nettement plus d'épisodes.

Pourquoi une telle impression ?

Parce que la facilité avec laquelle ces hommes investissent ce lieu central de la présidence américaine est tout simplement grotesque. Il suffit de connaitre l'emplacement d'un improbable tunnel, d'avoir une taupe infiltrée dans le personnel de sécurité (sans qu'on ne sache comment elle a pu parvenir là) pour désactiver les systèmes d'alarme et le tour est joué.


Il existe une expression aux États-Unis qui est series that "jumped the shark" en référence à Happy days qui a perdu son public dès une scène où Fonzie saute en ski nautique au dessus d'un requin. Après cette saison de 24, d'autres ont été diffusées et le public est resté au rendez-vous mais 24 saison sept n'est pas passé loin du requin.

La plupart du temps, les scénaristes ne savent pas vraiment où ils vont, c'est du moins l'impression générale. Pourtant, il aurait été intéressant et novateur de développer le procès de Jack Bauer sur lequel s'ouvre le premier épisode mais il est écarté dès ce premier épisode (!) pour emprunter une voie déjà prise par les saisons précédentes. C'est forcément rassurant pour les producteurs mais ce n'est en rien novateur. 24 saison 7 manque cruellement d'originalité.

Autre point dont je me souvenais : la présence de Tony Almeida (Carlos Bernard). L'agent de la CTU et ami de Jack Bauer (Kiefer Sutherland), présent de la saison une à cinq, trouvait la mort dans la cinquième mais en fait, il n'en était rien. Ce genre de procédé scénaristique m'agace au plus haut point, tant c'est facile et déjà-vu, mais les scénaristes ont transformé ce personnage en terroriste parce qu'il veut se venger des assassins de sa femme. Mouais... J'ai du mal à percevoir Tony Almeida de cette façon, et là encore, l'argument est facile ; et au fil des épisodes, ce sera constamment, Tony est un méchant puis Tony est un gentil puis à nouveau méchant et à nouveau gentil, et ainsi de suite. C'est lassant... pour aboutir à une solution sans grande surprise et en fin de compte courue d'avance.


Dans cette saison, les scénaristes ont aussi créé le personnage féminin de Renée Walker (Annie Wersching), agent du FBI. Sachant la femme de Jack tuée dans la saison une, on pouvait imaginer des développements relationnels un peu complexes entre eux mais il n'en sera rien. Ce sera "run !", "shoot !" "be careful !", etc. Rien que du très basique.

Finalement, cette saison rate ce que les autres réussissaient, faire naître l'empathie chez les téléspectateurs pour des héros plutôt stéréotypés. De fait, Bill Buchanan (James Morrison), personnage attachant récurrent depuis la quatrième saison trouve la mort dans celle-ci. L'émotion que sa disparition devrait susciter n'est guère probante.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…