Accéder au contenu principal

24 - saison 7


En revoyant cette septième saison de 24, je me suis rendu compte que j'en avais très peu de souvenirs. Et pour cause : elle est assez laborieuse. Pour tout dire, je pensais que l'intrusion des terroristes au sein de la Maison Blanche et les combats qui y sont liés, s'étalaient sur nettement plus d'épisodes.

Pourquoi une telle impression ?

Parce que la facilité avec laquelle ces hommes investissent ce lieu central de la présidence américaine est tout simplement grotesque. Il suffit de connaitre l'emplacement d'un improbable tunnel, d'avoir une taupe infiltrée dans le personnel de sécurité (sans qu'on ne sache comment elle a pu parvenir là) pour désactiver les systèmes d'alarme et le tour est joué.


Il existe une expression aux États-Unis qui est series that "jumped the shark" en référence à Happy days qui a perdu son public dès une scène où Fonzie saute en ski nautique au dessus d'un requin. Après cette saison de 24, d'autres ont été diffusées et le public est resté au rendez-vous mais 24 saison sept n'est pas passé loin du requin.

La plupart du temps, les scénaristes ne savent pas vraiment où ils vont, c'est du moins l'impression générale. Pourtant, il aurait été intéressant et novateur de développer le procès de Jack Bauer sur lequel s'ouvre le premier épisode mais il est écarté dès ce premier épisode (!) pour emprunter une voie déjà prise par les saisons précédentes. C'est forcément rassurant pour les producteurs mais ce n'est en rien novateur. 24 saison 7 manque cruellement d'originalité.

Autre point dont je me souvenais : la présence de Tony Almeida (Carlos Bernard). L'agent de la CTU et ami de Jack Bauer (Kiefer Sutherland), présent de la saison une à cinq, trouvait la mort dans la cinquième mais en fait, il n'en était rien. Ce genre de procédé scénaristique m'agace au plus haut point, tant c'est facile et déjà-vu, mais les scénaristes ont transformé ce personnage en terroriste parce qu'il veut se venger des assassins de sa femme. Mouais... J'ai du mal à percevoir Tony Almeida de cette façon, et là encore, l'argument est facile ; et au fil des épisodes, ce sera constamment, Tony est un méchant puis Tony est un gentil puis à nouveau méchant et à nouveau gentil, et ainsi de suite. C'est lassant... pour aboutir à une solution sans grande surprise et en fin de compte courue d'avance.


Dans cette saison, les scénaristes ont aussi créé le personnage féminin de Renée Walker (Annie Wersching), agent du FBI. Sachant la femme de Jack tuée dans la saison une, on pouvait imaginer des développements relationnels un peu complexes entre eux mais il n'en sera rien. Ce sera "run !", "shoot !" "be careful !", etc. Rien que du très basique.

Finalement, cette saison rate ce que les autres réussissaient, faire naître l'empathie chez les téléspectateurs pour des héros plutôt stéréotypés. De fait, Bill Buchanan (James Morrison), personnage attachant récurrent depuis la quatrième saison trouve la mort dans celle-ci. L'émotion que sa disparition devrait susciter n'est guère probante.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…