Accéder au contenu principal

24 - saison 7


En revoyant cette septième saison de 24, je me suis rendu compte que j'en avais très peu de souvenirs. Et pour cause : elle est assez laborieuse. Pour tout dire, je pensais que l'intrusion des terroristes au sein de la Maison Blanche et les combats qui y sont liés, s'étalaient sur nettement plus d'épisodes.

Pourquoi une telle impression ?

Parce que la facilité avec laquelle ces hommes investissent ce lieu central de la présidence américaine est tout simplement grotesque. Il suffit de connaitre l'emplacement d'un improbable tunnel, d'avoir une taupe infiltrée dans le personnel de sécurité (sans qu'on ne sache comment elle a pu parvenir là) pour désactiver les systèmes d'alarme et le tour est joué.


Il existe une expression aux États-Unis qui est series that "jumped the shark" en référence à Happy days qui a perdu son public dès une scène où Fonzie saute en ski nautique au dessus d'un requin. Après cette saison de 24, d'autres ont été diffusées et le public est resté au rendez-vous mais 24 saison sept n'est pas passé loin du requin.

La plupart du temps, les scénaristes ne savent pas vraiment où ils vont, c'est du moins l'impression générale. Pourtant, il aurait été intéressant et novateur de développer le procès de Jack Bauer sur lequel s'ouvre le premier épisode mais il est écarté dès ce premier épisode (!) pour emprunter une voie déjà prise par les saisons précédentes. C'est forcément rassurant pour les producteurs mais ce n'est en rien novateur. 24 saison 7 manque cruellement d'originalité.

Autre point dont je me souvenais : la présence de Tony Almeida (Carlos Bernard). L'agent de la CTU et ami de Jack Bauer (Kiefer Sutherland), présent de la saison une à cinq, trouvait la mort dans la cinquième mais en fait, il n'en était rien. Ce genre de procédé scénaristique m'agace au plus haut point, tant c'est facile et déjà-vu, mais les scénaristes ont transformé ce personnage en terroriste parce qu'il veut se venger des assassins de sa femme. Mouais... J'ai du mal à percevoir Tony Almeida de cette façon, et là encore, l'argument est facile ; et au fil des épisodes, ce sera constamment, Tony est un méchant puis Tony est un gentil puis à nouveau méchant et à nouveau gentil, et ainsi de suite. C'est lassant... pour aboutir à une solution sans grande surprise et en fin de compte courue d'avance.


Dans cette saison, les scénaristes ont aussi créé le personnage féminin de Renée Walker (Annie Wersching), agent du FBI. Sachant la femme de Jack tuée dans la saison une, on pouvait imaginer des développements relationnels un peu complexes entre eux mais il n'en sera rien. Ce sera "run !", "shoot !" "be careful !", etc. Rien que du très basique.

Finalement, cette saison rate ce que les autres réussissaient, faire naître l'empathie chez les téléspectateurs pour des héros plutôt stéréotypés. De fait, Bill Buchanan (James Morrison), personnage attachant récurrent depuis la quatrième saison trouve la mort dans celle-ci. L'émotion que sa disparition devrait susciter n'est guère probante.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…