Accéder au contenu principal

Bad guys (2005) - Linwood Barclay

"- Tu veux quoi, au juste ? demande Harley. Des médicaments ? Si tu veux des médicaments, tu as l'embarras du choix. Je peux te prescrire de l'alprazolam, le générique du Xanax, ou du lorazépam. Il y a aussi le dia zépam et...
- Le dia-quoi ?
- Le diazépam. Te fie pas à son nom, ce n'est pas un remède contre la diarrhée ! C'est simplement du Valium. Il y a des tonnes de tranquillisants, certains plus efficaces que d'autres et parfois même vraiment dangereux, mais on a interdit les barbituriques : ils créaient des dépendances et pouvaient être mortels. Cela dit, si tu es plutôt du genre médecine naturelle, tu n'as qu'à prendre des tisanes. Enfin quoi qu'il en soit, il faut vraiment que tu mettes la pédale douce !
Harley n'est pas un médecin comme les autres. Disons plutôt que c'est un copain, mais qui aurait un diplôme. Au lycée, Harley et moi on était déjà amis, puis on s'est perdus de vue quand j'ai fait une maîtrise d'anglais et que lui s'est lancé dans la médecine.
"Quel genre de boulot tu penses dégoter avec un diplôme de médecine ?" Voilà ce que je lui disais quand il m'arrivait de le croiser par hasard.
Des années plus tard, il est devenu mon médecin. 

Je l'avais écrit dans mon billet sur Lone wolf : je lirai un autre livre de Linwood Barclay que je découvrais là, tant ce polar m'était paru original et le ton employé très amusant. Bad guys, paru avant Lone wolf,  a le même personnage principal, Zack Walker. Celui-ci est ici journaliste pour le journal local et prépare un sujet sur Lawrence Jones, un détective privé noir homosexuel (que nous retrouverons dans Lone wolf) qui enquête sur des braquages de boutiques de fringues de luxe.

Zack est un type angoissé. Il est constamment préoccupé pour la sécurité de ses enfants, Paul et Angie, un adolescent et une jeune fille étudiante. A leurs âges, ça remue pas mal et Angie semble sans cesse suivi par un jeune homme qui fait une fixette sur elle. Entre une vie professionnelle plutôt mouvementée et une vie privée contenant son lot d'inquiétudes, Zack rencontre quelque difficulté à se détendre, d'autant plus que sa femme est sa supérieure au sein de la rédaction du journal ; ce qui, là aussi n'arrange pas les situations.

J'ai rapidement retrouvé l'humour sarcastique que j'avais apprécié dans Lone wolf. Il m'a même semblé meilleur et il m'est arrivé d'éclater de rire plusieurs fois, chose que je fais rarement en lisant ou alors intérieurement. Pourtant, ce qui arrive à Zack et à son entourage est loin d'être drôle mais Linwood Barclay sait en jouer et le doser comme il faut pour créer une complicité avec le lecteur. L'emploi de la première personne du singulier est pertinent pour la créer.

La tension monte au fil des pages. Les événements, de préoccupants deviennent alarmants ; et pourtant, quelques pages avant la conclusion,  alors que la situation ne s'y prêtait guère, puisque Zack Walker et sa fille sont retenus en otage, un fait et à nouveau cette façon de le présenter, m'a valu un gros fou rire que j'ai eu du mal à arrêter.

Mais que les choses soient claires, Linwood Barclay ne fait pas dans la gaudriole ou le rire beauf. Ses intrigues sont intelligemment construites. C'est aussi cela qui rend intéressant ce qu'il écrit. Deux autres romans font partie de la série Zack Walker, il me tarde de les lire.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…