Accéder au contenu principal

24 : Redemption


Un temps, il fut question de prolonger les épreuves de Jack Bauer sur grand écran. Un tel film ne vit jamais le jour et il est fort probable que ce ne soit jamais le cas. On peut le regretter. Il reste cependant ce téléfilm qui établit le lien entre les saisons six et sept.

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) est en fuite depuis la fin de la sixième saison. Il s'est réfugié au Sangala, un État africain fictif, où il aide un ancien ami, Carl Benton (Robert Carlyle) à la construction d'une école. Parallèlement, le pays connait une vague de rébellion sur le point d'évoluer en coup d’État mené par le général Juma (Tony Todd). Le personnage de Jack Bauer n'a vraiment pas de chance. Partout où il se rend, il faut que les armes se mettent à cracher du plomb ! 

Vient s'ajouter un membre de l'ambassade américaine lui apportant une citation à comparaitre. Jack Bauer a donc été retrouvé, il doit à nouveau partir en cavale. Pendant ce temps, aux États-Unis, Allison Taylor (Cherry Jones) s'apprête à recevoir l'investiture de la présidence américaine. Les scénaristes de 24 avaient parié sur un président noir plusieurs années avant Barack Obama, ils tentent le coup, ici, avec une femme ayant brisé le plafond de verre mais ce sera pour plus tard encore, Hillary Clinton ayant récemment échoué.

Il est plutôt pas mal ce téléfilm dont l'action est vécu en temps réel et préparant l'arrivée de la saison suivante. Il pose les prochaines intrigues au sein même de la maison blanche avec cet inquiétant Jonas Hodges (intrigant John Voight) qui a ses entrées au plus près de l'administration d’État mais visiblement animés par de sombres projets.

Je reste cependant un peu sceptique devant l'empathie de Jack Bauer pour les enfants africains. Ce n'est pas très "24". Pourtant, le scénario se transforme en sauvetage des enfants du village à travers la brousse africaine afin d'échapper aux troupes du général Juma. On sait, en même temps que Jack Bauer se rend vers sa propre arrestation puisque, pour sauver les enfants d'un enrôlement de force dans les troupes des rebelles, son but est d'atteindre l'ambassade des États-Unis.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…