Accéder au contenu principal

SPECTRE (2015) - Sam Mendes (second billet)


Je n'avais pas été véritablement convaincu par SPECTRE à sa sortie au cinéma. J'avais bien tenté la rédaction d'un billet positif mais les personnes sachant lire entre les lignes peuvent deviner que l'enthousiasme n'est pas entier. J'avais par la suite reconnu ma déception ICI.

En fait, je m'attendais à une autre histoire, à une autre intrigue. La raison ? La première photo dévoilée du film qui m'a tout de suite fait penser à On her Majesty's secret service. A cela s'ajoutait le titre du film qui supposait le retour de Ernst Stavro Blofeld et de son organisation criminelle. On her Majesty's secret service est le récit le plus marquant des intrigues liées à Blofeld et le SPECTRE.

Parmi les informations avancées avant la sortie, un point m'interpellait avec insistance, le nom du personnage interprété par Christoph Waltz : Franz Oberhauser. Dans la nouvelle Octopussy, il y a un Hannes Oberauser, professeur de ski d'un jeune James Bond, bien avant qu'il devienne le 007 que l'on connait. Si le prénom n'était pas le même, je supposais quand même un rapprochement avec Ian Fleming ; et il était logique de le supposer puisque le créateur de James Bond inspire les producteurs et les scénaristes de la franchise depuis l'arrivée de Daniel Craig.

Ces éléments et ces suppositions réunies m'ont conduit à penser que SPECTRE allait être une version moderne du film de 1969 ; et j'étais enthousiaste car On her Majesty's secret service est une histoire formidable, le roman comme le film ; mais SPECTRE n'a pas grand chose à voir avec cette intrigue où Bond se marie pour être veuf dans les minutes qui suivent l'échange des alliances avec Teresa. J'étais donc en réalité surtout déstabilisé de ne pas avoir vu ce à quoi je m'attendais. 

Sorti début mars en vidéo, j'ai pu aborder le film débarrassé de mes a priori et l'apprécier pour ce qu'il est réellement, je l'espère du moins.

Comme il l'avait fait avec Skyfall, Sam Mendes a réalisé un important travail d'ambiance, il est même plus poussé. Le scénario est plutôt intéressant aussi. Mais des choses me chagrinent.

Si Christoph Waltz est le meilleur Blofeld que nous ayons eu, car se rapprochant de celui des romans, pourquoi avoir voulu rappeler les anciennes interprétations des premiers films par des détails manquant de finesse ? Le costume à col Mao, l'apparition du chat blanc, création strictement cinématographique et non flemingienne, et surtout, pourquoi avoir tenu à blesser Blofeld à l’œil droit dans la dernière demi heure, évoquant ainsi la ridicule prothèse-blessure que porte Donald Pleasance dans You only live twice ? Cela me fait sortir du film pour me rappeler l'un des plus faibles de la franchise.

La séance de torture tombe également à plat. Pourquoi cette présentation préalable avant qu'elle ne se fasse pour... rien ? J'ai lu qu'elle provenait de Colonel Sun, le premier roman post Fleming mais ce livre n'est tellement pas bon que je n'en ai gardé que très peu de souvenir. Et, n'y a t-il plus rien à trouver chez l'auteur original pour se sentir dans l'obligation de puiser chez les autres ? Je ne le pense pas.

Malgré ces remarques, SPECTRE est quand même un bon film. Le Bond est bon. J'apprécie surtout le développement inédit des personnages de Q, M et Miss Moneypenny et surtout le fait qu'ils soient impliqués dans l'intrigue pendant que 007 agit sur le terrain. J'aime beaucoup également l'idée que le scénario établisse le lien entre tous les Bond de Daniel Craig. Un tel arc scénaristique fait figure de jamais vu et c'est une excellente idée. Un nouveau regard peut ainsi être porté sur les trois précédents longs métrages.

Daniel Craig, reviendra t-il pour un cinquième Bond ? Actuellement, personne ne peut le dire mais il est certain que sa période est la plus intéressante.

L'image du Blu-ray est splendide, peut-être la plus belle que j'ai pu voir dans ce format.

Commentaires

  1. Rien ne vaut un deuxième visionnage, à tête reposée. Finalement, ce qui vous plaît moins dans ce film est, si je vous ai bien lu, relativement mineur. Peut-être (je n'en sais rien) les allusions aux anciens Blofeld ont-elles été imposées aux scénaristes par les producteurs ? Mais cela n'aura guère de conséquences, je crois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je n'aime pas du tout les allusions aux anciens Blofeld. Depuis Casino Royale, nous sommes sur d'autres bases alors pourquoi ? C'était inutile et j'aurais préféré des allusions liées au Blofeld de Fleming.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…