Accéder au contenu principal

SPECTRE (2015) - Sam Mendes (second billet)


Je n'avais pas été véritablement convaincu par SPECTRE à sa sortie au cinéma. J'avais bien tenté la rédaction d'un billet positif mais les personnes sachant lire entre les lignes peuvent deviner que l'enthousiasme n'est pas entier. J'avais par la suite reconnu ma déception ICI.

En fait, je m'attendais à une autre histoire, à une autre intrigue. La raison ? La première photo dévoilée du film qui m'a tout de suite fait penser à On her Majesty's secret service. A cela s'ajoutait le titre du film qui supposait le retour de Ernst Stavro Blofeld et de son organisation criminelle. On her Majesty's secret service est le récit le plus marquant des intrigues liées à Blofeld et le SPECTRE.

Parmi les informations avancées avant la sortie, un point m'interpellait avec insistance, le nom du personnage interprété par Christoph Waltz : Franz Oberhauser. Dans la nouvelle Octopussy, il y a un Hannes Oberauser, professeur de ski d'un jeune James Bond, bien avant qu'il devienne le 007 que l'on connait. Si le prénom n'était pas le même, je supposais quand même un rapprochement avec Ian Fleming ; et il était logique de le supposer puisque le créateur de James Bond inspire les producteurs et les scénaristes de la franchise depuis l'arrivée de Daniel Craig.

Ces éléments et ces suppositions réunies m'ont conduit à penser que SPECTRE allait être une version moderne du film de 1969 ; et j'étais enthousiaste car On her Majesty's secret service est une histoire formidable, le roman comme le film ; mais SPECTRE n'a pas grand chose à voir avec cette intrigue où Bond se marie pour être veuf dans les minutes qui suivent l'échange des alliances avec Teresa. J'étais donc en réalité surtout déstabilisé de ne pas avoir vu ce à quoi je m'attendais. 

Sorti début mars en vidéo, j'ai pu aborder le film débarrassé de mes a priori et l'apprécier pour ce qu'il est réellement, je l'espère du moins.

Comme il l'avait fait avec Skyfall, Sam Mendes a réalisé un important travail d'ambiance, il est même plus poussé. Le scénario est plutôt intéressant aussi. Mais des choses me chagrinent.

Si Christoph Waltz est le meilleur Blofeld que nous ayons eu, car se rapprochant de celui des romans, pourquoi avoir voulu rappeler les anciennes interprétations des premiers films par des détails manquant de finesse ? Le costume à col Mao, l'apparition du chat blanc, création strictement cinématographique et non flemingienne, et surtout, pourquoi avoir tenu à blesser Blofeld à l’œil droit dans la dernière demi heure, évoquant ainsi la ridicule prothèse-blessure que porte Donald Pleasance dans You only live twice ? Cela me fait sortir du film pour me rappeler l'un des plus faibles de la franchise.

La séance de torture tombe également à plat. Pourquoi cette présentation préalable avant qu'elle ne se fasse pour... rien ? J'ai lu qu'elle provenait de Colonel Sun, le premier roman post Fleming mais ce livre n'est tellement pas bon que je n'en ai gardé que très peu de souvenir. Et, n'y a t-il plus rien à trouver chez l'auteur original pour se sentir dans l'obligation de puiser chez les autres ? Je ne le pense pas.

Malgré ces remarques, SPECTRE est quand même un bon film. Le Bond est bon. J'apprécie surtout le développement inédit des personnages de Q, M et Miss Moneypenny et surtout le fait qu'ils soient impliqués dans l'intrigue pendant que 007 agit sur le terrain. J'aime beaucoup également l'idée que le scénario établisse le lien entre tous les Bond de Daniel Craig. Un tel arc scénaristique fait figure de jamais vu et c'est une excellente idée. Un nouveau regard peut ainsi être porté sur les trois précédents longs métrages.

Daniel Craig, reviendra t-il pour un cinquième Bond ? Actuellement, personne ne peut le dire mais il est certain que sa période est la plus intéressante.

L'image du Blu-ray est splendide, peut-être la plus belle que j'ai pu voir dans ce format.

Commentaires

  1. Rien ne vaut un deuxième visionnage, à tête reposée. Finalement, ce qui vous plaît moins dans ce film est, si je vous ai bien lu, relativement mineur. Peut-être (je n'en sais rien) les allusions aux anciens Blofeld ont-elles été imposées aux scénaristes par les producteurs ? Mais cela n'aura guère de conséquences, je crois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je n'aime pas du tout les allusions aux anciens Blofeld. Depuis Casino Royale, nous sommes sur d'autres bases alors pourquoi ? C'était inutile et j'aurais préféré des allusions liées au Blofeld de Fleming.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…