Accéder au contenu principal

Lone wolf (2006) - Linwood Barclay

"Ce mardi-là, pendant que nous déjeunons, Trixie Snelling semble préoccupée. Pour tuer le temps, elle me raconte qu'elle écume les boutiques de déguisements afin de se procurer une arête osseuse frontale et satisfaire un client qui aime être dominé par une Klingon.
- Dans la série Star Trek, il y avait bien ces deux nanas klingon et ce chauve qui était le commandant ? me demande Trixie, qui sait que je suis une sorte d'autorité en matière de science-fiction.
- Ouais. Lursa et B'Etor Duras Deux sœurs humanoïdes. Elles essayaient d'éliminer le chancelier Gowron du Haut Conseil klingon.
Je marque une pause avant d'ajouter :
- Elles aimaient le cuir et les décolletés pigeonnants.
- De ce côté-là, ça va, rétorque-t-elle avec un petit mouvement de tête qui m'indique que mes connaissances approfondies ne l'impressionnent pas.
Parfois, je me demande pourquoi le cerveau rejette des informations importantes pour ne retenir que des bêtises."

C'est une plongée dans l'Amérique profonde que Linwood Barclay convie le lecteur, celle des rednecks et des adeptes des théories du complot, non sans faire preuve d'un humour sarcastique à travers les réflexions du personnage principal, Zack Walker. Il s'agit d'un journaliste qui enquête sur le meurtre d'un homme que l'on a visiblement tenté de maquiller en attaque d'ours.

La narration est faite à la première personne du singulier, ce qui, de nos jours, est devenu peu courant ; me semble t-il du moins. Le procédé permet pourtant de renforcer le sentiment d'identification et d'implication dans cette découverte d'une bourgade américaine où le brûlant débat du moment concerne la participation d'une association de défense des homosexuels au défilé annuel de la ville. Impossible, non plus, de ne pas se sentir concerné (et rire) devant la flagrante incompétence du shérif local, comme de s'inquiéter fortement quand un chef de famille bas du front, raciste et admirateur de Timothy McVeigh, entrave la liberté d'aller et venir de ses enfants et petits-enfants jusqu'à prendre en main leur éducation en les interdisant d'aller à l'école. Un tel comportement de la part d'un admirateur de l'auteur de l'attentat d'Oklahoma City a de quoi foutre un peu les boules, quand même.

Ainsi, sous des allures de paisible petite ville, il se passe décidément beaucoup d'événements du côté de Crystal Lake et de plus en plus, on peut sentir la pression monter de toutes parts, une pression qui risque bien d'exploser à n'importe quel endroit. Lone wolf est donc un polar à la fois drôle, intrigant et tendu, teinté de couleurs sociales et politiques.

Visiblement, il s'agit du troisième roman où apparait le journaliste Zack Walker. Quelques détails rappellent sans que ce soit gênant pour sa compréhension les histoires précédentes. Celui-ci m'ayant fait une très bonne impression et le personnage principal étant fortement sympathique, profondément humain avec ses qualités et ses défauts, j'ai bien envie de m'intéresser plus profondément aux autres livres où il apparait.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…