Accéder au contenu principal

Lone wolf (2006) - Linwood Barclay

"Ce mardi-là, pendant que nous déjeunons, Trixie Snelling semble préoccupée. Pour tuer le temps, elle me raconte qu'elle écume les boutiques de déguisements afin de se procurer une arête osseuse frontale et satisfaire un client qui aime être dominé par une Klingon.
- Dans la série Star Trek, il y avait bien ces deux nanas klingon et ce chauve qui était le commandant ? me demande Trixie, qui sait que je suis une sorte d'autorité en matière de science-fiction.
- Ouais. Lursa et B'Etor Duras Deux sœurs humanoïdes. Elles essayaient d'éliminer le chancelier Gowron du Haut Conseil klingon.
Je marque une pause avant d'ajouter :
- Elles aimaient le cuir et les décolletés pigeonnants.
- De ce côté-là, ça va, rétorque-t-elle avec un petit mouvement de tête qui m'indique que mes connaissances approfondies ne l'impressionnent pas.
Parfois, je me demande pourquoi le cerveau rejette des informations importantes pour ne retenir que des bêtises."

C'est une plongée dans l'Amérique profonde que Linwood Barclay convie le lecteur, celle des rednecks et des adeptes des théories du complot, non sans faire preuve d'un humour sarcastique à travers les réflexions du personnage principal, Zack Walker. Il s'agit d'un journaliste qui enquête sur le meurtre d'un homme que l'on a visiblement tenté de maquiller en attaque d'ours.

La narration est faite à la première personne du singulier, ce qui, de nos jours, est devenu peu courant ; me semble t-il du moins. Le procédé permet pourtant de renforcer le sentiment d'identification et d'implication dans cette découverte d'une bourgade américaine où le brûlant débat du moment concerne la participation d'une association de défense des homosexuels au défilé annuel de la ville. Impossible, non plus, de ne pas se sentir concerné (et rire) devant la flagrante incompétence du shérif local, comme de s'inquiéter fortement quand un chef de famille bas du front, raciste et admirateur de Timothy McVeigh, entrave la liberté d'aller et venir de ses enfants et petits-enfants jusqu'à prendre en main leur éducation en les interdisant d'aller à l'école. Un tel comportement de la part d'un admirateur de l'auteur de l'attentat d'Oklahoma City a de quoi foutre un peu les boules, quand même.

Ainsi, sous des allures de paisible petite ville, il se passe décidément beaucoup d'événements du côté de Crystal Lake et de plus en plus, on peut sentir la pression monter de toutes parts, une pression qui risque bien d'exploser à n'importe quel endroit. Lone wolf est donc un polar à la fois drôle, intrigant et tendu, teinté de couleurs sociales et politiques.

Visiblement, il s'agit du troisième roman où apparait le journaliste Zack Walker. Quelques détails rappellent sans que ce soit gênant pour sa compréhension les histoires précédentes. Celui-ci m'ayant fait une très bonne impression et le personnage principal étant fortement sympathique, profondément humain avec ses qualités et ses défauts, j'ai bien envie de m'intéresser plus profondément aux autres livres où il apparait.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…