Accéder au contenu principal

Shaken not strirred - Cocktails James Bond 007 - Recettes explosives et raffinées (2015) - François Joseph

Bien que passionné par l'univers de James Bond depuis près de trois décennies, je n'avais jamais bu de Vodka Martini shaken not stirred, le cocktail le plus connu de l'agent secret de Ian Fleming. Cet écueil est désormais réparé à l'occasion d'un récent repas avec deux de me plus proches amis où je leur ai proposé la boisson en guise d'apéritif en suivant la recette telle qu'elle est décrite dans l'élégant livre qui sert de support à ce billet : une mesure de Vodka, une demi mesure de Martini blanc et l'ensemble secoué dans un shaker avant d'être versé  dans un verre à Martini. Avant de le boire est ajoutée une olive verte dénoyautée.

La Vodka Martini shaken not stirred est un excellent cocktail, agréable au palet. Le manuel explique que les puristes préfèrent le mélange à la cuillère car elle ne casse pas les molécules de la vodka.

En fait, tous les cocktails que déguste James Bond sont détaillés, dans les aventures littéraires comme dans les aventures cinématographiques. Les livres abordant ces deux points de l'univers bondien sont assez rares, il convenait donc de le signaler.

Un paragraphe est aussi réservé à Ian Fleming et une courte réponse dans une interview à la BBC est rapportée :

"Y a-t-il beaucoup de Fleming en 007 ?
- Je n'espère pas. Les gens me comparent souvent à James Bond parce qu'il se trouve que j'aime les œufs brouillés et les chemises à manches courtes, mais je n'ai sûrement pas son cran ni son appétit particulier pour les choses de la vie."

Il y a vingt recettes de cocktails auxquels s'ajoutent les Champagne et la bière.

En lisant Fleming, en regardant les films, je ne m'étais jamais véritablement aperçu du nombre plutôt conséquent de boissons que boit James Bond, même s'il est évident qu'il a un sérieux penchant pour l'alcool, surtout dans les livres (au début de Thunderball, il est même complètement alcoolique), le cinéma ayant sérieusement gommé ce trait de sa personnalité.

"Élégant  livre" affirmais-je dans le premier paragraphe, les illustrations et le texte, agréables à l’œil et à la lecture sont imprimés sur un papier cartonné doux au toucher et dans un format permettant un maintien facile.

Commentaires

  1. La seule fois où j'ai pu boire un peu de vodka-martini, j'ai trouvé ça dé-gueu-las-se. Il faut dire que je n'aime guère l'alcool, hormis le vin. C'était dans un restaurant où Martine, voyant inscrit ce cocktail sur la carte, n'a pu résister à en commander un. J'ai donc bu une gorgée dans son verre et ne suis pas près de recommencer. Mais cela fait partie de l'univers bondien et je m'amuse toujours lorsque je l'entends en demander une, shaken not stirred, c'est comme ça, ça fait partie du jeu. Et pendant ce temps, Spectre est sorti en DVD. Toujours excellent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas non plus porté sur l'alcool, et même le vin, j'en bois rarement. En guise d'apéritif, j'aime bien de temps en temps la vodka orange.
      Oui SPECTRE est sorti en vidéo, nous l'avons regardé en Blu-ray hier soir, justement. Je l'ai revu à la hausse mais il reste des choses qui me chagrinent. Un nouveau billet sera en ligne dans quelque temps.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…