Accéder au contenu principal

Shaken not strirred - Cocktails James Bond 007 - Recettes explosives et raffinées (2015) - François Joseph

Bien que passionné par l'univers de James Bond depuis près de trois décennies, je n'avais jamais bu de Vodka Martini shaken not stirred, le cocktail le plus connu de l'agent secret de Ian Fleming. Cet écueil est désormais réparé à l'occasion d'un récent repas avec deux de me plus proches amis où je leur ai proposé la boisson en guise d'apéritif en suivant la recette telle qu'elle est décrite dans l'élégant livre qui sert de support à ce billet : une mesure de Vodka, une demi mesure de Martini blanc et l'ensemble secoué dans un shaker avant d'être versé  dans un verre à Martini. Avant de le boire est ajoutée une olive verte dénoyautée.

La Vodka Martini shaken not stirred est un excellent cocktail, agréable au palet. Le manuel explique que les puristes préfèrent le mélange à la cuillère car elle ne casse pas les molécules de la vodka.

En fait, tous les cocktails que déguste James Bond sont détaillés, dans les aventures littéraires comme dans les aventures cinématographiques. Les livres abordant ces deux points de l'univers bondien sont assez rares, il convenait donc de le signaler.

Un paragraphe est aussi réservé à Ian Fleming et une courte réponse dans une interview à la BBC est rapportée :

"Y a-t-il beaucoup de Fleming en 007 ?
- Je n'espère pas. Les gens me comparent souvent à James Bond parce qu'il se trouve que j'aime les œufs brouillés et les chemises à manches courtes, mais je n'ai sûrement pas son cran ni son appétit particulier pour les choses de la vie."

Il y a vingt recettes de cocktails auxquels s'ajoutent les Champagne et la bière.

En lisant Fleming, en regardant les films, je ne m'étais jamais véritablement aperçu du nombre plutôt conséquent de boissons que boit James Bond, même s'il est évident qu'il a un sérieux penchant pour l'alcool, surtout dans les livres (au début de Thunderball, il est même complètement alcoolique), le cinéma ayant sérieusement gommé ce trait de sa personnalité.

"Élégant  livre" affirmais-je dans le premier paragraphe, les illustrations et le texte, agréables à l’œil et à la lecture sont imprimés sur un papier cartonné doux au toucher et dans un format permettant un maintien facile.

Commentaires

  1. La seule fois où j'ai pu boire un peu de vodka-martini, j'ai trouvé ça dé-gueu-las-se. Il faut dire que je n'aime guère l'alcool, hormis le vin. C'était dans un restaurant où Martine, voyant inscrit ce cocktail sur la carte, n'a pu résister à en commander un. J'ai donc bu une gorgée dans son verre et ne suis pas près de recommencer. Mais cela fait partie de l'univers bondien et je m'amuse toujours lorsque je l'entends en demander une, shaken not stirred, c'est comme ça, ça fait partie du jeu. Et pendant ce temps, Spectre est sorti en DVD. Toujours excellent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas non plus porté sur l'alcool, et même le vin, j'en bois rarement. En guise d'apéritif, j'aime bien de temps en temps la vodka orange.
      Oui SPECTRE est sorti en vidéo, nous l'avons regardé en Blu-ray hier soir, justement. Je l'ai revu à la hausse mais il reste des choses qui me chagrinent. Un nouveau billet sera en ligne dans quelque temps.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …