Accéder au contenu principal

De cœur inconnu (2011) - Charlotte Valandrey

"Paris, novembre 2005

J'ai fait un rêve tenace, obsédant, qui m'aveuglait encore au milieu de la nuit quand je me suis réveillée en hurlant. J'étais morte. Enfin.
Une dernière réplique sismique, deux ans après ma greffe, avait été fatale à mon cœur d'adoption. Un troisième infarctus et le bon, le big one. On ne peut pas survivre à tout.
Au début de mon rêve, tout semblait plus vrai que vrai. La douleur paralysante dans le torse qui gagne tout le bras jusqu'aux doigts raidis, ce glaive enfoncé brutalement en moi, puis l'affaissement, comme si mon corps fondait, et le trou noir, les sirènes lancinantes qui font frissonner ma peau, comme une succession de crissements de craie.
Puis l'agitation dans le centre de soins intensifs de cardiologie et ces tubes d'un coup plantés partout en moi, ces banderilles translucides piquées dans mon corps encore mouvant. Autour de moi un mur d'écrans, des moniteurs de contrôle de vie. Ça ressemble à une régie de télévision. On tourne quoi aujourd'hui? Ta mort. On ne fera qu'une seule prise."
 
La mémoire cellulaire...

Ce que ma compagne m'avait rapporté de sa lecture du livre de Charlotte Valandrey il y a environ deux ans m'avait intrigué : la mémoire cellulaire. Voilà bien un thème dont j'ignorais tout, jusqu'à son existence. J'ai fait des recherches sur internet, lu des articles, il y a les convaincus et les sceptiques mais généralement, on arrive sur des sites qui ne m'inspirent pas confiance.

Il y a quelques mois, la lecture de Angor a réactivé ma curiosité pour le sujet.  Aussi, j'ai voulu savoir ce que Charlotte Valandrey racontait précisément à ce propos.

L'actrice affirme avoir été en proie à des visions et des cauchemars après sa greffe de cœur. Ce que je comprends de la mémoire cellulaire est que les émotions que nous vivons, les joies et les peines, sont enregistrées dans nos cellules avant d'être transmis au cerveau. Ainsi, ce qu'elle vit correspondrait à ce qu'a vécu le cœur de son donneur dans le corps de ce dernier, principalement l'accident de voiture qui a coûté la vie au donneur.

Voilà un phénomène très étonnant mais il n'y a jusqu'à preuve du contraire, aucune raison de mettre en doute la parole de Charlotte Valandrey. Aidée dans l'écriture par un certain Jean Arcelin, le livre se lit très facilement et le récit explique comment elle a appris le nom du donneur ; plus précisément de la donneuse puisqu'il s'agit d'une femme.

Voici ce qu'écrit Gérard Helft, professeur de cardiologie aux hôpitaux de Paris, en préface : "Le parcours de l'actrice Charlotte Valandrey est véritablement hors du commun et mérite toute notre attention. Malgré ses lourds antécédents médicaux, séropositivité et greffe cardiaque, elle garde une énergie et une vitalité débordantes et communicatives. L'itinéraire de Charlotte Valandrey est exceptionnel, il est un témoignage unique, d'une part, pour les patients cardiaques pour lesquels la seule issue est la greffe cardiaque et, d'autre part, pour tous les soignants confrontés à la maladie." 

Un jour peut-être, les avancées scientifiques et médicales apporteront des réponses à ce phénomène de la mémoire cellulaire. Il reste qu'aujourd'hui, je suis persuadé que le corps dispose de ressources qu'il est possible d'exploiter pour peu que l'on s'en donne la peine.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…