Accéder au contenu principal

Walking dead - 5. Monstrueux

La vie au sein de la prison qui protège les survivants des zombies (ou des rôdeurs comme ils sont dénommés dans ce comic) s'organise de plus en plus quand un hélicoptère survolant la région est aperçu pour très vite s'écraser au loin. Quelques-uns (dont Rick, le personnage principal que l'on suit depuis les premières pages, Michonne, l'experte dans le maniement du katana et Glenn, un jeune asiatique, ancien livreur de pizzas) décident de rejoindre le lieu du crash. Pendant leur virée, les protagonistes se dévoilent un peu et l'on apprend par exemple qu'avant le basculement du monde, Michonne était avocate. C'est aussi l'occasion pour ceux restés à la prison dans l'attente du retour de leurs compagnons de se confier.

Ainsi, les différents protagonistes prennent de l'épaisseur au fil des pages. Walking dead ne se contente pas d'être un simple divertissement horrifique, divers thèmes sont abordés, l'évolution psychologique des personnages, des sujets sociétaux et même l'organisation politique d'un groupe d'humains. D'ailleurs, si les survivants que nous suivons depuis plusieurs volumes tentent en réalité de reconstruire une organisation démocratique, Rick, Michonne et Glenn, dans leur périple vers l'hélicoptère vont tomber sur un autre groupe dont les fondements de la reconstruction sont tout autre et reposent entre les mains d'un homme qui se fait appeler le gouverneur et qui a établi un spectacle horrible pour divertir les gens. Au milieu d'un terrain de baseball, il livre à des zombies des humains bien vivants et dépourvus de moyens de défense. Ils doivent alors se débrouiller pour survivre, ce qui est quasiment impossible. Un spectacle horrible qui rappelle les combats des gladiateurs de Rome et qui ne sont pas non plus sans faire penser aux émissions de télé réalité actuelles. Un régime autocratique donc, où la population est abrutie par des jeux violents et idiots.

Depuis la trilogie des morts vivants de George A. Romero (Night of the living dead, Zombie, Day of the dead et qui s'est ensuite allongée de trois autres films à partir des années 2000), Walking dead est ce qu'il se fait de mieux en matière d'histoires de zombies, du moins jusqu'à présent. Vu le nombre de volumes (vingt-trois à ce jour), j'imagine que, tôt ou tard, quelques numéros se feront plus faibles. Pour le moment, c'est un sans faute.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

Lone wolf (2006) - Linwood Barclay

"Ce mardi-là, pendant que nous déjeunons, Trixie Snelling semble préoccupée. Pour tuer le temps, elle me raconte qu'elle écume les boutiques de déguisements afin de se procurer une arête osseuse frontale et satisfaire un client qui aime être dominé par une Klingon.
- Dans la série Star Trek, il y avait bien ces deux nanas klingon et ce chauve qui était le commandant ? me demande Trixie, qui sait que je suis une sorte d'autorité en matière de science-fiction.
- Ouais. Lursa et B'Etor Duras Deux sœurs humanoïdes. Elles essayaient d'éliminer le chancelier Gowron du Haut Conseil klingon.
Je marque une pause avant d'ajouter :
- Elles aimaient le cuir et les décolletés pigeonnants.
- De ce côté-là, ça va, rétorque-t-elle avec un petit mouvement de tête qui m'indique que mes connaissances approfondies ne l'impressionnent pas.
Parfois, je me demande pourquoi le cerveau rejette des informations importantes pour ne retenir que des bêtises."

C'est une plongée …

.