Accéder au contenu principal

Mad Max : Fury road - George Miller



Bon sang... quelle claque ! Je n'avais pas vu un tel spectacle depuis... depuis Mad Max 2 : The road warrior. Les bandes annonces ne sont pas trompeuses, ce qu'elles promettaient est à l'écran. George Miller, qui était déjà celui à qui l'on devait les trois premiers opus, vient de réussir le retour de son personnage trente ans après Mad Max : Beyond thunderdome (le décevant troisième Mad Max).

Cette fois non interprété par Mel Gibson, il était possible de se demander ce qu'allait donner Tom Hardy dans le rôle qui a fait connaitre l'acteur australien dans le monde. En effet, Mel Gibson, même s'il a interprété d'autres rôles qui ont marqué sa carrière (je pense par exemple au Martin Riggs des Lethal weapon), il est d'abord et pour toujours Max Rockatansky, car aucun n'a la puissance de Max et aussi parce que ces films m'ont marqué pour toujours.

Tout de cuir vêtu, Tom Hardy est Max dès les premières minutes du film ; surtout en fait parce que George Miller n'a pas trahi son matériau d'origine, ce monde apocalyptique qu'il a lui même créé avec son second Mad Max. Ainsi, je vois plus ce nouvel épisode comme une suite à The road warrior qu'à Beyond thunderdome.

Et quelle suite ! Pendant deux heures, c'est un enchaînement quasiment ininterrompu de poursuites et de cascades plus dingues les unes que les autres à bord de véhicules rafistolés et pilotés par des types complètement barrés. Comment ne pas exploser de rire en voyant cette énorme voiture où un guitariste enchaîné à l'avant de la carrosserie aligne les riffs de heavy metal pour exciter tout le monde pendant que quelques autres à l'arrière frappent inlassablement d'énormes percussions ? Et de telles idées délirantes, Mad Max : Fury road les enchaîne jusqu'au générique de fin.

ICI, voici ce qu'on peut lire : "Face à Mad Max, Fast and furious c'est Oui-Oui dans sa voiture". Non seulement, en plus d'être drôle, cette affirmation est vraie.

On peut aussi lire et entendre qu'il s'agit d'un film féministe. Là aussi, je suis d'accord. Bien sûr, on n'est pas dans le discours ou la thèse d'université mais les motivations sont bien celles de l'émancipation des femmes dans ce monde barbare ; et mention spéciale à Charlize Theron, surprenante de charisme dans ce monde de sauvages et de tôles fracassées.

Le plus du film est sa 3D. Régulièrement, elle vous envoie du sable, des roues et des bouts de tôle en pleine tronche.

Pour chipoter, une petite déception : j'aurais souhaité quelque chose d'encore plus extrême.

Et dire qu'avant de se lancer dans le cinéma, George Miller avait fait des études de médecine.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

Lone wolf (2006) - Linwood Barclay

"Ce mardi-là, pendant que nous déjeunons, Trixie Snelling semble préoccupée. Pour tuer le temps, elle me raconte qu'elle écume les boutiques de déguisements afin de se procurer une arête osseuse frontale et satisfaire un client qui aime être dominé par une Klingon.
- Dans la série Star Trek, il y avait bien ces deux nanas klingon et ce chauve qui était le commandant ? me demande Trixie, qui sait que je suis une sorte d'autorité en matière de science-fiction.
- Ouais. Lursa et B'Etor Duras Deux sœurs humanoïdes. Elles essayaient d'éliminer le chancelier Gowron du Haut Conseil klingon.
Je marque une pause avant d'ajouter :
- Elles aimaient le cuir et les décolletés pigeonnants.
- De ce côté-là, ça va, rétorque-t-elle avec un petit mouvement de tête qui m'indique que mes connaissances approfondies ne l'impressionnent pas.
Parfois, je me demande pourquoi le cerveau rejette des informations importantes pour ne retenir que des bêtises."

C'est une plongée …

.