Accéder au contenu principal

Never say never again (1983) - Irvin Kershner


Parce que non produit par EON, souvent, trop souvent, je lis que Never say never again est un James Bond non officiel. Je ne reviendrai pas ici sur les raisons juridiques qui ont permis la mise en chantier d'une nouvelle adaptation de Thunderball, il y a suffisamment de sites qui en causent, mais le qualifier de non officiel est absurde. Kevin McClory avait parfaitement les droits pour produire une nouvelle version du neuvième livre de Ian Fleming narrant les aventures de son héros. Le film n'a pas été réalisé sous le manteau, il est sorti en toute légalité à travers le monde et Sean Connery interprète bien James Bond, plus de dix ans après avoir quitté le rôle avec Diamonds are forever. Les seuls éléments manquants sont ceux déposés par EON pour ses films, comme le gun logo par exemple.

Cela dit, Never say never again est-il bon ? Est-ce un bon James Bond ?

Le problème est que le film n'évite pas la comparaison avec Thunderball sorti en 1965 et qui fait partie des meilleurs James Bond (de mon point de vue, il s'agissait de mon préféré avant la découverte Skyfall) et Thunderball lui est inévitablement supérieur. On ne peut pas non plus s'empêcher de comparer le film de Irvin Kerschner avec Octopussy, le James Bond de EON réalisé par John Glen et sorti la même année peu de temps avant ; et il faut bien reconnaître que Octopussy, malgré ses défauts, est également meilleur. Fatalement.

"I hope we're gonna have some gratuitous sex and violence" espère l'armurier. En réalité... pas vraiment. Sean Connery se contente de suivre l'interprétation de l'agent secret qu'a imposé Roger Moore depuis Live and let die, à savoir celle d'un espion décontracté à l'ironie facile. L'affiche du film avec ce Sean Connery souriant annonçait déjà la couleur. D'ailleurs, si M envoie James Bond dans une clinique de remise en forme en début de film, ce n'est pas parce qu'il est dépressif et alcoolique (il s'agit là des raisons développées dans le roman) mais parce qu'il mène le train de vie d'un bon vivant et forcément, ses aptitudes en entraînement en pâtissent. A noter que Thunderball n'avait pas non plus osé mettre en scène la dépression de 007 pour l'envoyer se refaire une santé.

Pour des questions de droit, l'intrigue ne pouvant s'éloigner de celle d'origine, c'est à nouveau une histoire de vol d'ogives nucléaires par SPECTRE qui est développée. Le film est cependant incapable de créer un véritable suspens à ce sujet et finit par enchaîner platement les scènes sans grande imagination ni originalité. Si Michel Legrand avait au moins réussi à créer une bande originale solide soutenant l'ensemble, tout cela aurait pu permettre au spectateur de se sentir dans l'ambiance mais il est incapable de composer un thème trépidant. Ses compositions sont même parfois agaçantes.

Le retour de Sean Connery dans le rôle qui l'a rendu célèbre est une déception.

Never say never again... ni fait ni à faire.

Bien qu'il ne fasse pas partie du coffret BOND 50, le blu-ray offre une belle image, peut-être moins éclatante que celles des films dudit coffret.

Commentaires

  1. Il faut, je pense, apporter une précision. EON ne manque jamais de rappeler qu'Octopussy a réuni plus de spectateurs que Jamais plus jamais. Ils oublient de dire que, selon toute vraisemblance, les spectateurs des deux films sont en grande partie (et peut-être totalement) les mêmes. Si l'on garde cela à l'esprit, les choses se nuancent. Comme vous le savez, la logique du chiffre brut n'a aucun intérêt si elle n'est pas pondérée.

    RépondreSupprimer
  2. J'avais l'intention de le mentionner mais je n'ai finalement pas souhaité entrer dans le jeu de la quantité des spectateurs, cela intéresse surtout les producteurs. Cela dit, vous avez raison, beaucoup de spectateurs sont certainement les mêmes, les deux films visant le même public.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…