Accéder au contenu principal

Il était une fois en France - Tome 5 : Le petit juge de Melun

Suite de la série de BD Il était une fois en France : tome 5 et avant dernier opus : Le petit juge de Melun.

Articles concernant les tomes précédents :

Tome 1 : L'empire de monsieur Joseph ; Tome 2 : Le vol noir des corbeaux ; Tome 3 : Honneur et police ; Tome 4 : Aux armes, citoyens !

Nous sommes au lendemain de la fin de la seconde guerre mondiale. La guerre et l'occupation allemande sont finies. La France, comme toute l'Europe, est libre ; mais c'est aussi l'heure des règlements des comptes et du jugement des collaborateurs. La mère du jeune résistant Robert Scaffa apporte des photos de son fils assassiné au juge d'instruction Jacques Legentil avec qui nous faisions brièvement connaissance dans le premier tome. Bouleversé, celui-ci se donne pour mission de trouver les coupables. Il s'agit de Joseph Joanovici et de ses complices (cf. les tomes précédents). Le problème est que Joanovici ayant joué sur les deux tableaux, résistance et collaboration, il a réussi à être décoré pour ses (maigres) activités de résistant. Une terrible pression est alors mise sur le juge Legentil et madame Scaffa.

Le vent tourne pour Joanovici mais lui et ses complices sont prêts à tout pour échapper à la justice, jusqu'à l'ignoble. "Personne n'est intouchable !" lance le juge Legentil à son épouse qui s'inquiète de l'obsession qui anime son mari. Celui-ci apprendra à ses dépends que pour les sbires de Joanovici, il ne l'est pas non plus. Sa femme se fera agresser, violer.

Si je m'en tiens à ce que j'ai pu glaner en effectuant des recherches sur internet, il semble que le juge Legentil soit une pure création des auteurs de cette bande dessinée. Si jusqu'à présent, la part fictionnelle ne me gênait pas, elle m'apparait avec ce cinquième tome plutôt problématique. En effet, les auteurs font du juge Legentil le protagoniste principal. Il en est même le personnage du titre. Le petit juge de Melun, c'est lui. L'ensemble, même s'il est employé pour servir de support à des faits réels, relève donc plus de la fiction que de la réalité ; et on sait à quel point, encore aujourd'hui, les faits liés à l'occupation allemande peuvent être des sujets délicats. Fabien Nury et Sylvain Vallée n'auraient peut-être pas du donner autant d'importance à un personnage fictif.

Ils sont néanmoins honnêtes. Dès le premier tome, ils préviennent qu'il existe une part romancée dans leur série. D'ailleurs, dans un entretien pour Paris-Match que l'on peut lire ICI, Fabien Nury est très clair : "J'écris des scénarii à partir de faits réels. Ce n'est pas là le travail d'un historien qui essaie lui de produire une vérité historique. Moi je fais de la fiction". On se rend compte que ce qui les intéressait, lui et Sylvain Vallée étaient de raconter une histoire de gangsters pendant l'occupation en ayant cependant conscience que "quand on traite d'un sujet aussi lourd que l'Holocauste ou l'Occupation, on ne peut pas faire n'importe quoi". Leur référence, et je m'en doutais bien, est l'excellent Once upon a time in America. Le titre fait d'ailleurs écho au dernier film de Sergio Leone et bien que se déroulant à une époque et dans des lieux différents, l'ambiance est assez similaire.

La narration a été simplifiée pour ce cinquième numéro. Il n'y a plus ces flashbacks que j'aimais tant mais un récit qui se déroule de façon linéaire. C'est un peu dommage. Cela dit, le travail du dessin reste toujours de qualité et cet opus s'avère intéressant dans la mesure où le trouble qui pouvait régner au lendemain de la libération est plutôt bien retranscrit et mis en scène ; du moins, je l'imagine, je suis trop jeune pour avoir vécu cette période.

Rendez-vous pour le sixième et dernier tome : La Terre Promise 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…