Accéder au contenu principal

Moonraker (1979) - Lewis Gilbert


Moonraker s'ouvre sur la subtilisation d'une navette spatiale transportée par avion entre les Etats-Unis et l'Angleterre. S'en suit une séquence où James Bond est surpris par des ennemis et éjecté sans parachute d'un avion. Dans sa chute libre, il affronte un homme de main pour tenter de récupérer un parachute. Puis c'est Jaws (Richard Kiel), qui refait son apparition dans ce film après avoir survécu à la destruction du repère de Karl Stromberg dans The spy who loved me qui s'en prend à lui. Cassant la poignée de son parachute en tentant de l'ouvrir, Jaws finira sa chute sur le chapiteau d'un cirque.

Tout Moonraker est à l'image de son prégénérique, une succession de scènes plus ou moins spectaculaires qui s'achèvent systématiquement en clowneries. Même Jaws, pourtant si inquiétant et effrayant dans The spy who loved me, est ici prétexte à un humour de collégien jusqu'à lui faire avoir un coup de foudre pour une blondinette à couettes deux fois plus petite que lui (Blanche Ravalec, aperçue précédemment dans La carapate avec Pierre Richard) et devenir un allié de James Bond à la fin. L'ensemble est relié par une intrigue basique digne d'un enfant de 12 ans reposant sur des indices grossiers pour la faire évoluer et à chaque fois Roger Moore achève chaque séquence par une vanne facile transformant James Bond en dandy mondain décontracté.

Scénario insipide, humour potache voire parfois grivois, séquences idiotes, fusils laser, Roger Moore habillé en cowboy sur un cheval avec le thème de The magnificent seven pour musique d'accompagnement, le code musical de Close encounters of the third kind pour ouvrir la porte d'un laboratoire secret, Jean-Pierre Castaldi, Georges Beller... oui, le tournage ayant eu lieu principalement en France, une partie du casting est d'origine hexagonale mais c'est loin d'être les meilleurs acteurs qui ont été choisis, on a aussi droit à Nicaise Jean-Louis et Catherine Serre, futures gendarmettes de ce navet qu'est Le gendarme et les gendarmettes avec Louis de Funès... et encore beaucoup d'autres choses, la liste des idioties est trop longue pour être exhaustif et je n'ai pas envie de perdre mon temps à les détailler.

Dans tout cela, une scène est peut-être à sauver, celle du meurtre de Corinne Dufour (Corinne Cléry, oui, vous avez bien lu, la O de l'adaptation de Histoire d'O) poursuivie par des dobermans qui réussiront à la rattraper alors qu'elle tente de  s'enfuir au milieu d'un bois. On se demande même par quelle grâce a été touché Lewis Gilbert pour réussir ce passage.

Ainsi, le quatrième James Bond de Roger Moore est un désastre dont le final dans et autour de la station spatiale de Hugo Drax (Michael Lonsdale), l'ennemi, est hallucinant de bêtise. En effet, il voit l'armée de Drax affronter des rangers de l'espace à coups de fusils laser. Inutile de dire que l'on est à des années-lumière du livre de Ian Fleming.

Moonraker, quelle connerie !

Comme les autres films, l'image du bluray est magnifique mais ce n'est pas suffisant pour sauver Moonraker de sa médiocrité.


Commentaires

  1. On se demande comment le Bond cinématographique a pu survivre à Roger Moore. On se demande comment Roger Moore a pu survivre à Moonraker. On se demande comment Roger Moore a pu survivre à Roger Moore.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

Casino Royale (1953) - Ian Fleming

Avant propos : la quasi intégralité de cet article a été rédigée avant le week-end James Bond au Touquet. C'est l'organisation de ce week-end qui m'a motivé pour me plonger à nouveau dans les origines de 007 plus de 20 ans après les avoir lu. Il y a quelques similitudes avec les propos de Jacques Layani lors de sa conférence du 8 octobre dernier mais en aucune façon, je n'ai copié ou récupéré ce qu'il a pu dire sur Ian Fleming et James Bond. Je tenais à le préciser afin d'éviter tout malentendu avec celles et ceux qui ont assisté à la conférence ainsi qu'avec Jacques Layani lui même.
"L'odeur d'un casino, mélange de fumée et de sueur, devient nauséabonde à trois heures du matin. L'usure nerveuse causée par le jeu - complexe de rapacité, de peur et de tension - devient insupportable ; les sens se réveillent et se révoltent."
C'est par ces mots que commence en 1953 la toute première intrigue de James Bond 007 imaginée par Ian Fleming,…

Lone wolf (2006) - Linwood Barclay

"Ce mardi-là, pendant que nous déjeunons, Trixie Snelling semble préoccupée. Pour tuer le temps, elle me raconte qu'elle écume les boutiques de déguisements afin de se procurer une arête osseuse frontale et satisfaire un client qui aime être dominé par une Klingon.
- Dans la série Star Trek, il y avait bien ces deux nanas klingon et ce chauve qui était le commandant ? me demande Trixie, qui sait que je suis une sorte d'autorité en matière de science-fiction.
- Ouais. Lursa et B'Etor Duras Deux sœurs humanoïdes. Elles essayaient d'éliminer le chancelier Gowron du Haut Conseil klingon.
Je marque une pause avant d'ajouter :
- Elles aimaient le cuir et les décolletés pigeonnants.
- De ce côté-là, ça va, rétorque-t-elle avec un petit mouvement de tête qui m'indique que mes connaissances approfondies ne l'impressionnent pas.
Parfois, je me demande pourquoi le cerveau rejette des informations importantes pour ne retenir que des bêtises."

C'est une plongée …