Accéder au contenu principal

Moonraker (1979) - Lewis Gilbert


Moonraker s'ouvre sur la subtilisation d'une navette spatiale transportée par avion entre les Etats-Unis et l'Angleterre. S'en suit une séquence où James Bond est surpris par des ennemis et éjecté sans parachute d'un avion. Dans sa chute libre, il affronte un homme de main pour tenter de récupérer un parachute. Puis c'est Jaws (Richard Kiel), qui refait son apparition dans ce film après avoir survécu à la destruction du repère de Karl Stromberg dans The spy who loved me qui s'en prend à lui. Cassant la poignée de son parachute en tentant de l'ouvrir, Jaws finira sa chute sur le chapiteau d'un cirque.

Tout Moonraker est à l'image de son prégénérique, une succession de scènes plus ou moins spectaculaires qui s'achèvent systématiquement en clowneries. Même Jaws, pourtant si inquiétant et effrayant dans The spy who loved me, est ici prétexte à un humour de collégien jusqu'à lui faire avoir un coup de foudre pour une blondinette à couettes deux fois plus petite que lui (Blanche Ravalec, aperçue précédemment dans La carapate avec Pierre Richard) et devenir un allié de James Bond à la fin. L'ensemble est relié par une intrigue basique digne d'un enfant de 12 ans reposant sur des indices grossiers pour la faire évoluer et à chaque fois Roger Moore achève chaque séquence par une vanne facile transformant James Bond en dandy mondain décontracté.

Scénario insipide, humour potache voire parfois grivois, séquences idiotes, fusils laser, Roger Moore habillé en cowboy sur un cheval avec le thème de The magnificent seven pour musique d'accompagnement, le code musical de Close encounters of the third kind pour ouvrir la porte d'un laboratoire secret, Jean-Pierre Castaldi, Georges Beller... oui, le tournage ayant eu lieu principalement en France, une partie du casting est d'origine hexagonale mais c'est loin d'être les meilleurs acteurs qui ont été choisis, on a aussi droit à Nicaise Jean-Louis et Catherine Serre, futures gendarmettes de ce navet qu'est Le gendarme et les gendarmettes avec Louis de Funès... et encore beaucoup d'autres choses, la liste des idioties est trop longue pour être exhaustif et je n'ai pas envie de perdre mon temps à les détailler.

Dans tout cela, une scène est peut-être à sauver, celle du meurtre de Corinne Dufour (Corinne Cléry, oui, vous avez bien lu, la O de l'adaptation de Histoire d'O) poursuivie par des dobermans qui réussiront à la rattraper alors qu'elle tente de  s'enfuir au milieu d'un bois. On se demande même par quelle grâce a été touché Lewis Gilbert pour réussir ce passage.

Ainsi, le quatrième James Bond de Roger Moore est un désastre dont le final dans et autour de la station spatiale de Hugo Drax (Michael Lonsdale), l'ennemi, est hallucinant de bêtise. En effet, il voit l'armée de Drax affronter des rangers de l'espace à coups de fusils laser. Inutile de dire que l'on est à des années-lumière du livre de Ian Fleming.

Moonraker, quelle connerie !

Comme les autres films, l'image du bluray est magnifique mais ce n'est pas suffisant pour sauver Moonraker de sa médiocrité.


Commentaires

  1. On se demande comment le Bond cinématographique a pu survivre à Roger Moore. On se demande comment Roger Moore a pu survivre à Moonraker. On se demande comment Roger Moore a pu survivre à Roger Moore.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…