Accéder au contenu principal

Moonraker (1979) - Lewis Gilbert


Moonraker s'ouvre sur la subtilisation d'une navette spatiale transportée par avion entre les Etats-Unis et l'Angleterre. S'en suit une séquence où James Bond est surpris par des ennemis et éjecté sans parachute d'un avion. Dans sa chute libre, il affronte un homme de main pour tenter de récupérer un parachute. Puis c'est Jaws (Richard Kiel), qui refait son apparition dans ce film après avoir survécu à la destruction du repère de Karl Stromberg dans The spy who loved me qui s'en prend à lui. Cassant la poignée de son parachute en tentant de l'ouvrir, Jaws finira sa chute sur le chapiteau d'un cirque.

Tout Moonraker est à l'image de son prégénérique, une succession de scènes plus ou moins spectaculaires qui s'achèvent systématiquement en clowneries. Même Jaws, pourtant si inquiétant et effrayant dans The spy who loved me, est ici prétexte à un humour de collégien jusqu'à lui faire avoir un coup de foudre pour une blondinette à couettes deux fois plus petite que lui (Blanche Ravalec, aperçue précédemment dans La carapate avec Pierre Richard) et devenir un allié de James Bond à la fin. L'ensemble est relié par une intrigue basique digne d'un enfant de 12 ans reposant sur des indices grossiers pour la faire évoluer et à chaque fois Roger Moore achève chaque séquence par une vanne facile transformant James Bond en dandy mondain décontracté.

Scénario insipide, humour potache voire parfois grivois, séquences idiotes, fusils laser, Roger Moore habillé en cowboy sur un cheval avec le thème de The magnificent seven pour musique d'accompagnement, le code musical de Close encounters of the third kind pour ouvrir la porte d'un laboratoire secret, Jean-Pierre Castaldi, Georges Beller... oui, le tournage ayant eu lieu principalement en France, une partie du casting est d'origine hexagonale mais c'est loin d'être les meilleurs acteurs qui ont été choisis, on a aussi droit à Nicaise Jean-Louis et Catherine Serre, futures gendarmettes de ce navet qu'est Le gendarme et les gendarmettes avec Louis de Funès... et encore beaucoup d'autres choses, la liste des idioties est trop longue pour être exhaustif et je n'ai pas envie de perdre mon temps à les détailler.

Dans tout cela, une scène est peut-être à sauver, celle du meurtre de Corinne Dufour (Corinne Cléry, oui, vous avez bien lu, la O de l'adaptation de Histoire d'O) poursuivie par des dobermans qui réussiront à la rattraper alors qu'elle tente de  s'enfuir au milieu d'un bois. On se demande même par quelle grâce a été touché Lewis Gilbert pour réussir ce passage.

Ainsi, le quatrième James Bond de Roger Moore est un désastre dont le final dans et autour de la station spatiale de Hugo Drax (Michael Lonsdale), l'ennemi, est hallucinant de bêtise. En effet, il voit l'armée de Drax affronter des rangers de l'espace à coups de fusils laser. Inutile de dire que l'on est à des années-lumière du livre de Ian Fleming.

Moonraker, quelle connerie !

Comme les autres films, l'image du bluray est magnifique mais ce n'est pas suffisant pour sauver Moonraker de sa médiocrité.


Commentaires

  1. On se demande comment le Bond cinématographique a pu survivre à Roger Moore. On se demande comment Roger Moore a pu survivre à Moonraker. On se demande comment Roger Moore a pu survivre à Roger Moore.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…