Accéder au contenu principal

Moonraker (1979) - Lewis Gilbert


Moonraker s'ouvre sur la subtilisation d'une navette spatiale transportée par avion entre les Etats-Unis et l'Angleterre. S'en suit une séquence où James Bond est surpris par des ennemis et éjecté sans parachute d'un avion. Dans sa chute libre, il affronte un homme de main pour tenter de récupérer un parachute. Puis c'est Jaws (Richard Kiel), qui refait son apparition dans ce film après avoir survécu à la destruction du repère de Karl Stromberg dans The spy who loved me qui s'en prend à lui. Cassant la poignée de son parachute en tentant de l'ouvrir, Jaws finira sa chute sur le chapiteau d'un cirque.

Tout Moonraker est à l'image de son prégénérique, une succession de scènes plus ou moins spectaculaires qui s'achèvent systématiquement en clowneries. Même Jaws, pourtant si inquiétant et effrayant dans The spy who loved me, est ici prétexte à un humour de collégien jusqu'à lui faire avoir un coup de foudre pour une blondinette à couettes deux fois plus petite que lui (Blanche Ravalec, aperçue précédemment dans La carapate avec Pierre Richard) et devenir un allié de James Bond à la fin. L'ensemble est relié par une intrigue basique digne d'un enfant de 12 ans reposant sur des indices grossiers pour la faire évoluer et à chaque fois Roger Moore achève chaque séquence par une vanne facile transformant James Bond en dandy mondain décontracté.

Scénario insipide, humour potache voire parfois grivois, séquences idiotes, fusils laser, Roger Moore habillé en cowboy sur un cheval avec le thème de The magnificent seven pour musique d'accompagnement, le code musical de Close encounters of the third kind pour ouvrir la porte d'un laboratoire secret, Jean-Pierre Castaldi, Georges Beller... oui, le tournage ayant eu lieu principalement en France, une partie du casting est d'origine hexagonale mais c'est loin d'être les meilleurs acteurs qui ont été choisis, on a aussi droit à Nicaise Jean-Louis et Catherine Serre, futures gendarmettes de ce navet qu'est Le gendarme et les gendarmettes avec Louis de Funès... et encore beaucoup d'autres choses, la liste des idioties est trop longue pour être exhaustif et je n'ai pas envie de perdre mon temps à les détailler.

Dans tout cela, une scène est peut-être à sauver, celle du meurtre de Corinne Dufour (Corinne Cléry, oui, vous avez bien lu, la O de l'adaptation de Histoire d'O) poursuivie par des dobermans qui réussiront à la rattraper alors qu'elle tente de  s'enfuir au milieu d'un bois. On se demande même par quelle grâce a été touché Lewis Gilbert pour réussir ce passage.

Ainsi, le quatrième James Bond de Roger Moore est un désastre dont le final dans et autour de la station spatiale de Hugo Drax (Michael Lonsdale), l'ennemi, est hallucinant de bêtise. En effet, il voit l'armée de Drax affronter des rangers de l'espace à coups de fusils laser. Inutile de dire que l'on est à des années-lumière du livre de Ian Fleming.

Moonraker, quelle connerie !

Comme les autres films, l'image du bluray est magnifique mais ce n'est pas suffisant pour sauver Moonraker de sa médiocrité.


Commentaires

  1. On se demande comment le Bond cinématographique a pu survivre à Roger Moore. On se demande comment Roger Moore a pu survivre à Moonraker. On se demande comment Roger Moore a pu survivre à Roger Moore.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Magnum Force (1973) - Ted Post

Malgré les foudres qui se sont abattues sur Dirty Harry en 1971, Clint Eastwood récidive deux ans plus tard avec ce Magnum Force où il enfile à nouveau le costume de l'inspecteur Harry Callahan. Je pourrais, comme beaucoup (trop) d'autres expliquer que cette suite est une réponse au supposé fascisme du personnage et du film précédent parce que l'inspecteur se trouve confronté à des flics qui n'hésitent pas à assassiner toutes sortes de délinquants, mafieux, proxénètes et autres individus responsables de tous les maux de la société et que Harry est loin d'approuver leurs méthodes.


Mais je ne ferais que répéter un discours qui m'inscrirait dans une chaîne moutonnière sans faire preuve du moindre esprit critique. Alors non. Quand on s'apprête à regarder un film dont les affiches mettent en évidence un Clint Eastwood brandissant un énorme revolver vers le public en exagérant délibérément la perspective, il ne faut pas s'attendre à un spectacle des plus tol…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

Montreuil sur Mer & On her Majesty's secret service (Ian Fleming, 1963)

"160, 170, 180. Il ne gagnait pas de terrain. Il se pencha vers le tableau de bord et pressa un bouton rouge. La plainte aigüe de la mécanique lui déchira les tympans et la Bentley fit un bond en avant. 190, 200. Cette fois la distance qui le séparait du cabriolet diminua : 50 mètres, 40, 30 ! Maintenant, il pouvait apercevoir les yeux de la fille dans le rétroviseur de la Lancia. Mais la route allait cesser d'être bonne : un de ces points d'exclamation, qui en France, signalent un danger, surgit sur la droite. Puis, après une côte, apparurent le clocher d'une église et les maisons d'un petit village, tassées en bas d'une colline abrupte.
Les deux voitures ralentirent, 140, 130, 120. Bond vit les feux stop du cabriolet s'éclairer un instant, la main droite de la fille chercha au plancher le levier de vitesse, presque en même temps que lui. Ils étaient maintenant dans le virage en S. La route était pavée et Bond, tout en se cramponnant à son volant pour gar…