Accéder au contenu principal

Heat (Michael Mann,1995) & Rightehous kill (Jon Avnet, 2008)

Depuis que je l'ai vu au cinéma à sa sortie, Heat fait partie de ces films que je ne me lasse pas de regarder régulièrement. C'était la première fois que ces deux monstres du cinéma que sont Robert De Niro et Al Pacino avaient des scènes ensembles. Ils avaient déjà joué tous les deux dans un même film mais leurs personnages évoluaient dans des périodes différentes d'où l'absence de moments communs entre eux. Il s'agissait de The godfather part II. Cette information, si je me souviens bien avait d'ailleurs été l'un des arguments de promotion de Heat. Dans ce film, De Niro joue le rôle de Neil McCauley, le chef d'une bande de braqueurs que le lieutenant Hanna (Al Pacino) espère bien arrêter jusqu'à en être obsédé. A la fin (attention spoilers à venir), Hanna tire sur McCauley. Puis Hanna s'approche et prend la main de McCauley, un peu pour l'aider à passer de l'autre côté (fin des spoilers).

Point de commune mesure avec Rightehous kill (La loi et l'ordre en France) mais si je fais ce rapprochement entre le magnifique film de Michael Mann et la série B (aucun préjugé dans l'utilisation de ce terme de ma part, il y a d'excellentes série B) policière de Jon Avnet que je n'ai découvert que récemment, ce n'est pas parce que Robert de Niro et Al Pacino partagent l'affiche mais en raison d'une scène similaire à la fin mais inversée. Je ne sais pas si c'est voulu, je suppose uniquement que ça l'est, mais je trouve le parallèle amusant et surtout intéressant.

Une telle mise en regard n'est possible qu'avec de tels acteurs. Ils ont une carrière derrière eux, ils ont joué des rôles marquants dans des longs métrages devenus des références et souvent réalisés par des metteurs en scène qui savent se montrer exigeants.

C'est pour le plaisir de repérer ce genre de parallèle que j'aime le cinéma ; entre autres choses bien sûr.

De Rightehous kill, je n'attendais rien de plus que de passer un moment sympathique avec deux acteurs effectuant leur numéro de star au sein d'une intrigue plutôt calibrée et me voilà à pousser quelques réflexions sur le septième art.

Heat
Rightehous kill

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…