Accéder au contenu principal

9 mois ferme (2013) - Albert Dupontel

J'aime bien Albert Dupontel. Je l'ai déjà dit dans mon article sur Le convoyeur, je le considère comme l'un des meilleurs acteurs-réalisateurs français actuels. Ainsi, je ne pouvais pas passer à côté de 9 mois ferme dont il a écrit le scénario, où il assure la mise en scène et dans laquelle il partage la tête d'affiche avec Sandrine Kiberlain.

Ariane Felder (Sandrine Kiberlain) est juge d'instruction. Célibataire endurcie, elle ne vit que par et pour son travail et est promise aux plus hautes fonctions de la magistrature. Lors du réveillon de fin d'année, elle est encore dans son bureau au milieu de ses dossiers alors que ses collègues font la fête dans l'enceinte du tribunal. Ceux-ci viennent la chercher et parviennent tant bien que mal à la convaincre de les rejoindre. Elle finit par se lâcher et se prend une cuite phénoménale dont elle n'aura aucun souvenir le lendemain. Six mois plus tard, elle apprend qu'elle est enceinte de six mois et à peu près deux semaines, ce qui fait remonter la conception du bébé à cette nuit de beuverie. Après quelques recherches de paternité, elle apprend que le père est un certain Bob Nolan (Albert Dupontel), cambrioleur multirécidiviste incarcéré récemment car accusé d'avoir coupé les quatre membres et mangé les yeux du propriétaire de la maison dans laquelle il s'était introduit pour percer le coffre. Il est surnommé par les médias le "globophage". Comment tout cela a t-il été possible? Évidemment, pour Ariane Felder, c'est le drame absolu.

On retrouve dans 9 mois ferme l'univers déjanté d'Albert Dupontel, son humour moqueur et corrosif, son goût pour les situations burlesques, presque improbables et même parfois assez trash. Cette fois, c'est l'univers de la justice qui fait l'objet de sa mordante ironie et il n'a rien perdu de sa verve depuis Bernie, sa première réalisation. Il s'est même bonifié avec le temps dans sa façon de filmer et fait preuve d'une sincère sensibilité dans sa façon d'illustrer certains moments.

En dehors du couple formé par Albert Dupontel et Sandrine Kiberlain, le cinéaste acteur a offert, comme il l'a fait dans ses précédents films, des seconds rôles très marquants à commencer par celui de Maître Trolos (Nicolas Marié, absolument génial), un avocat bègue adepte des effets de manche mais au discours complètement creux. En vérité, Dupontel est l'un de ces scénaristes qui offrent des seconds rôles de premier rang, une véritable aubaine pour les acteurs qui les interprètent et le plaisir qu'ils ont à les jouer est évident.

Après Bernie, Le créateur, Enfermés dehors et Le vilain, Albert Dupontel a une fois de plus livré un film original à des kilomètres de ce que nous livre la comédie française depuis de trop nombreuses années, engoncée qu'elle est dans ses facilités et la paresse de ses histoires.

Chaque film d'Albert Dupontel est une vraie bouffée d'oxygène.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…