Accéder au contenu principal

The invisible man (1933) - James Whale



Je poursuis le visionnage des films regroupés dans le coffret blu-ray des classic monsters du studio Universal. Cette fois, il s'agit de The invisible man, libre adaptation du roman de Herbert George Wells réalisée par James Whale qui avait déjà mis en scène Frankenstein (inclus dans le même coffret et que j'ai chroniqué ICI). Je n'avais jamais eu l'occasion de voir ce classique de l'épouvante même si j'avais vu d'autres productions dont le personnage principal est un personnage invisible. Il y a Memoirs of an invisible man (l'un des rares John Carpenter m'ayant un peu déçu), Hollow man (un Paul Verhoeven mal aimé mais que je trouve intéressant) et quelques épisodes des séries The invisible man avec David McCallum dans le rôle titre et Gemini man où le héros contrôle son invisibilité grâce à une montre spéciale.

C'est pas une soirée d'hiver, sous la neige, que débute The invisble man. Les clients d'une auberge d'un village isolé voient l'arrivée d'un homme chaudement vêtu et au visage recouvert de bandages. Il demande une chambre avec un salon et de ne jamais être dérangé. Bien sûr, il s'agit de l'homme invisible, plus précisément de Jack Griffin (Claude Rains), scientifique qui a découvert une formule d'invisibilité qu'il a  testé sur lui. Ne parvenant pas à inverser l'effet, il a amené avec lui tout le matériel nécessaire pour trouver un antidote dans cet endroit où il pense qu'on le laissera tranquille.

Dans ces classiques fantastiques des années 30, il y a parfois une sorte de naïveté qui a complètement disparu du cinéma du même genre actuel. Comment Jack Griffin peut penser qu'il trouvera la tranquillité dans une chambre d'auberge d'un village afin de trouver un remède pour redevenir visible ? Un tel individu recouvert des pieds à la tête et au comportement aussi étrange ne pouvait qu'attirer la curiosité des villageois et c'est bien sûr ce qui arrive. Il se voit alors contraint de fuir les lieux non s'en s'être d'abord amusé à effrayer les habitants du fait de sa condition. On s'aperçoit rapidement que Jack Griffin devient de plus en plus mégalomane, se dirigeant ainsi de façon irrémédiable vers une fin tragique.

Ce qui m'a frappé, c'est que la structure narrative finit par se rapprocher de plus en plus de celle de Frankenstein. Pourtant, on se prend au jeu car The invisible man reste un film de grande qualité, même aujourd'hui. Les talents de mise en scène de James Whale sont intacts et les effets spéciaux restent surprenants. Le ton du film évolue en même temps que la folie de Jack Griffin grandit. Si la première moitié n'est pas dénuée d'humour, la seconde se veut plus grave lorsqu'on comprend que le personnage principal contient de moins en moins sa violence et sa soif de puissance.

Le film dure à peine 1h15 et malgré sa courte durée, lorsque le générique de fin commence, on a le sentiment d'avoir vu une œuvre entièrement achevée, aux personnages parfaitement définis qui ont tout exprimé et vécu toutes les situations nécessaires à l'histoire.

Une référence, indéniablement.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…