Accéder au contenu principal

The invisible man (1933) - James Whale



Je poursuis le visionnage des films regroupés dans le coffret blu-ray des classic monsters du studio Universal. Cette fois, il s'agit de The invisible man, libre adaptation du roman de Herbert George Wells réalisée par James Whale qui avait déjà mis en scène Frankenstein (inclus dans le même coffret et que j'ai chroniqué ICI). Je n'avais jamais eu l'occasion de voir ce classique de l'épouvante même si j'avais vu d'autres productions dont le personnage principal est un personnage invisible. Il y a Memoirs of an invisible man (l'un des rares John Carpenter m'ayant un peu déçu), Hollow man (un Paul Verhoeven mal aimé mais que je trouve intéressant) et quelques épisodes des séries The invisible man avec David McCallum dans le rôle titre et Gemini man où le héros contrôle son invisibilité grâce à une montre spéciale.

C'est pas une soirée d'hiver, sous la neige, que débute The invisble man. Les clients d'une auberge d'un village isolé voient l'arrivée d'un homme chaudement vêtu et au visage recouvert de bandages. Il demande une chambre avec un salon et de ne jamais être dérangé. Bien sûr, il s'agit de l'homme invisible, plus précisément de Jack Griffin (Claude Rains), scientifique qui a découvert une formule d'invisibilité qu'il a  testé sur lui. Ne parvenant pas à inverser l'effet, il a amené avec lui tout le matériel nécessaire pour trouver un antidote dans cet endroit où il pense qu'on le laissera tranquille.

Dans ces classiques fantastiques des années 30, il y a parfois une sorte de naïveté qui a complètement disparu du cinéma du même genre actuel. Comment Jack Griffin peut penser qu'il trouvera la tranquillité dans une chambre d'auberge d'un village afin de trouver un remède pour redevenir visible ? Un tel individu recouvert des pieds à la tête et au comportement aussi étrange ne pouvait qu'attirer la curiosité des villageois et c'est bien sûr ce qui arrive. Il se voit alors contraint de fuir les lieux non s'en s'être d'abord amusé à effrayer les habitants du fait de sa condition. On s'aperçoit rapidement que Jack Griffin devient de plus en plus mégalomane, se dirigeant ainsi de façon irrémédiable vers une fin tragique.

Ce qui m'a frappé, c'est que la structure narrative finit par se rapprocher de plus en plus de celle de Frankenstein. Pourtant, on se prend au jeu car The invisible man reste un film de grande qualité, même aujourd'hui. Les talents de mise en scène de James Whale sont intacts et les effets spéciaux restent surprenants. Le ton du film évolue en même temps que la folie de Jack Griffin grandit. Si la première moitié n'est pas dénuée d'humour, la seconde se veut plus grave lorsqu'on comprend que le personnage principal contient de moins en moins sa violence et sa soif de puissance.

Le film dure à peine 1h15 et malgré sa courte durée, lorsque le générique de fin commence, on a le sentiment d'avoir vu une œuvre entièrement achevée, aux personnages parfaitement définis qui ont tout exprimé et vécu toutes les situations nécessaires à l'histoire.

Une référence, indéniablement.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

Night of the living dead (1968), Zombie (1978), Day of the dead (1985) - George A. Romero

En apprenant la mort de George A. Romero le 16 juillet 2017, j'ai tenu à lui rendre mon petit hommage en regardant à nouveau sa trilogie des morts vivants : Night of the living dead, Zombie et Day of the dead. C'était surtout l'occasion de revoir des films qui m'amusent beaucoup et de les partager avec Stéphanie qui ne les avait jamais vu...

Lorsqu'on lit un sujet sur Night of the living dead, il y a de grandes chances que soit signalé, derrière son aspect film d'horreur, son propos contestataire, à savoir la destruction symbolique de la famille traditionnelle et son antiracisme du fait que le héros soit joué par un acteur noir, Duane Jones, chose rare effectivement à l'époque.
Personnellement, j'ai toujours douté de ces intentions prêtées à George A. Romero. D'abord, il a toujours affirmé qu'il avait choisi Duane Jones pour ses talents d'acteur ; ce qui est cependant la preuve d'une ouverture d'esprit de sa part à une époque où…

Lone wolf (2006) - Linwood Barclay

"Ce mardi-là, pendant que nous déjeunons, Trixie Snelling semble préoccupée. Pour tuer le temps, elle me raconte qu'elle écume les boutiques de déguisements afin de se procurer une arête osseuse frontale et satisfaire un client qui aime être dominé par une Klingon.
- Dans la série Star Trek, il y avait bien ces deux nanas klingon et ce chauve qui était le commandant ? me demande Trixie, qui sait que je suis une sorte d'autorité en matière de science-fiction.
- Ouais. Lursa et B'Etor Duras Deux sœurs humanoïdes. Elles essayaient d'éliminer le chancelier Gowron du Haut Conseil klingon.
Je marque une pause avant d'ajouter :
- Elles aimaient le cuir et les décolletés pigeonnants.
- De ce côté-là, ça va, rétorque-t-elle avec un petit mouvement de tête qui m'indique que mes connaissances approfondies ne l'impressionnent pas.
Parfois, je me demande pourquoi le cerveau rejette des informations importantes pour ne retenir que des bêtises."

C'est une plongée …