Accéder au contenu principal

The invisible man (1933) - James Whale



Je poursuis le visionnage des films regroupés dans le coffret blu-ray des classic monsters du studio Universal. Cette fois, il s'agit de The invisible man, libre adaptation du roman de Herbert George Wells réalisée par James Whale qui avait déjà mis en scène Frankenstein (inclus dans le même coffret et que j'ai chroniqué ICI). Je n'avais jamais eu l'occasion de voir ce classique de l'épouvante même si j'avais vu d'autres productions dont le personnage principal est un personnage invisible. Il y a Memoirs of an invisible man (l'un des rares John Carpenter m'ayant un peu déçu), Hollow man (un Paul Verhoeven mal aimé mais que je trouve intéressant) et quelques épisodes des séries The invisible man avec David McCallum dans le rôle titre et Gemini man où le héros contrôle son invisibilité grâce à une montre spéciale.

C'est pas une soirée d'hiver, sous la neige, que débute The invisble man. Les clients d'une auberge d'un village isolé voient l'arrivée d'un homme chaudement vêtu et au visage recouvert de bandages. Il demande une chambre avec un salon et de ne jamais être dérangé. Bien sûr, il s'agit de l'homme invisible, plus précisément de Jack Griffin (Claude Rains), scientifique qui a découvert une formule d'invisibilité qu'il a  testé sur lui. Ne parvenant pas à inverser l'effet, il a amené avec lui tout le matériel nécessaire pour trouver un antidote dans cet endroit où il pense qu'on le laissera tranquille.

Dans ces classiques fantastiques des années 30, il y a parfois une sorte de naïveté qui a complètement disparu du cinéma du même genre actuel. Comment Jack Griffin peut penser qu'il trouvera la tranquillité dans une chambre d'auberge d'un village afin de trouver un remède pour redevenir visible ? Un tel individu recouvert des pieds à la tête et au comportement aussi étrange ne pouvait qu'attirer la curiosité des villageois et c'est bien sûr ce qui arrive. Il se voit alors contraint de fuir les lieux non s'en s'être d'abord amusé à effrayer les habitants du fait de sa condition. On s'aperçoit rapidement que Jack Griffin devient de plus en plus mégalomane, se dirigeant ainsi de façon irrémédiable vers une fin tragique.

Ce qui m'a frappé, c'est que la structure narrative finit par se rapprocher de plus en plus de celle de Frankenstein. Pourtant, on se prend au jeu car The invisible man reste un film de grande qualité, même aujourd'hui. Les talents de mise en scène de James Whale sont intacts et les effets spéciaux restent surprenants. Le ton du film évolue en même temps que la folie de Jack Griffin grandit. Si la première moitié n'est pas dénuée d'humour, la seconde se veut plus grave lorsqu'on comprend que le personnage principal contient de moins en moins sa violence et sa soif de puissance.

Le film dure à peine 1h15 et malgré sa courte durée, lorsque le générique de fin commence, on a le sentiment d'avoir vu une œuvre entièrement achevée, aux personnages parfaitement définis qui ont tout exprimé et vécu toutes les situations nécessaires à l'histoire.

Une référence, indéniablement.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…