Accéder au contenu principal

Alex (2011) - Pierre Lemaître

"Alex adore ça. Il y a déjà près d'une heure qu'elle essaye, qu'elle hésite, qu'elle ressort, revient sur ses pas, essaye de nouveau. Perruques et postiches. Elle pourrait y passer des après-midi entiers.
Il y a trois ou quatre ans, par hasard, elle a découvert cette boutique, boulevard de Strasbourg. Elle n'a pas vraiment regardé, elle est entrée par curiosité. Elle a reçu un tel choc de se voir ainsi en rousse, tout en elle était transformé à un tel point qu'elle l'a aussitôt achetée, cette perruque.
Alex peut presque tout porter parce qu'elle est vraiment jolie. Ça n'a pas toujours été le cas, c'est venu à l'adolescence. Avant, elle a été une petite fille assez laide et terriblement maigre. Mais quand ça s'est déclenché, ç'a été comme une lame de fond, le corps a mué presque d'un coup, on aurait dit du morphing en accéléré, en quelques mois, Alex était ravissante. Du coup, comme personne ne s'y attendait plus, cette grâce soudaine, à commencer par elle, elle n'est jamais parvenue à y croire réellement. Aujourd'hui encore."

Je n'avais jamais entendu parler de Pierre Lemaître. C'est donc sans aucun a priori que j'ai entamé la lecture de Alex mis à part qu'elle me fut conseillé par JustmeFanny

Comme beaucoup de polars/thriller, l'histoire commence sur un thème assez classique. Ici, il s’agit donc d'Alex, une jolie trentenaire qui se fait enlever par un homme. Celui-ci va l'enfermer nue dans une cage suspendue au milieu d'un hangar vide. Son bourreau la nourrit de croquettes pour chiens et ne lui a dit qu'une chose, qu'il voulait la voir mourir. Les heures, les jours passent, les douleurs physiques sont de moins en moins tolérables et ses conditions d'hygiène sont humiliantes. Des rats affamés font leur apparition et convoitent sa chair. C'est sordide, effrayant. Parallèlement, grâce à un témoin, la police enquête sur l'enlèvement de la jeune femme. Là aussi, on retrouve une figure assez classique du roman policier, celle du flic qui ne s'est jamais remis d'un drame personnel. Ici, c'est Camille Verhoeven qui ne voulait plus d'affaires d'enlèvement depuis que sa propre femme s'est elle-même faite enlever et tuer. 

Une femme victime d'un enlèvement, un kidnappeur pervers et un flic psychologiquement atteint, combien de polars contiennent ce genre d'archétypes ? Mais Alex va prendre une tournure originale, une tournure qu'on espère dès les premières pages car sinon son intérêt serait considérablement amoindri. La police va rapidement retrouver l'identité du kidnappeur et le lieu où la jeune femme a été enfermée. Arrivée dans le hangar, la police constate qu'elle a réussi à s'échapper de sa cage et on apprend qu'elle ne veut surtout pas être retrouvée. Pire, elle se lance dans une croisade meurtrière d'une stupéfiante violence dont on ignore tout des raisons et son tortionnaire, avec lequel elle est certainement liée d'une manière ou d'une autre, ne peut plus révéler quoi que ce soit, il s'est suicidé au moment de son arrestation.

Bien sûr, tout au long de la lecture, on essaie de trouver les raisons qui poussent la jeune femme à éliminer toutes ces personnes. On fait des suppositions, on imagine le pire. Malgré les meurtres, l'auteur nous la rend sympathique au point d'avoir de l'empathie pour elle. La fin approchant, les indices et les révélations s’enchaînent et finalement, avec un peu d'intelligence, le lecteur peut trouver ce qui motive Alex dans les grandes lignes. Cependant, il apparaît que le plus grand intérêt du roman, tout ce qui en fait le "sel", ne réside pas uniquement dans les raisons de ses actes mais dans ultime finalité et son étonnant jusqu’au boutisme.

Sans dévoiler la fin, le lecteur sait que la vérité n'a pas triomphé, du moins pas entièrement. Le sentiment se partage entre l'empathie pour la tueuse que l'on ressent malgré tout mais aussi pour Camille qui a mené son enquête de façon exemplaire et qui méritait de ne pas la finir en se faisant en quelque sorte manipulé. Néanmoins, alors que nous sommes dans ce genre de dilemme, les dernières lignes laissent apparaître que lui et le juge d'instruction ne sont finalement pas dupes comme le révèlent les derniers mots de la conversation qui clôt le roman.

Spoiler : il s'agit des derniers mots du livre mais qui en eux-même ne révèlent rien de l'intrigue

"- Bah, la vérité, la vérité... Qui peut dire ce qui est vrai et ce qui ne l'est pas commandant ! Pour nous, l'essentiel, ce n'est pas la vérité, c'est la justice, non ?
Camille sourit en hochant la tête."

Fin spoiler

Je trouve la morale de l'histoire assez courageuse et se démarquant du schéma habituel des polars.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…