Accéder au contenu principal

Titanic (1997) - James Cameron

Titanic, sorti en 1997, reste aujourd'hui le plus gros succès au box office enregistré en France et le deuxième au niveau mondial. Beaucoup de gens qui ne vont jamais au cinéma sont allés le voir en salle. Moi-même, je n'y ai pas résisté, surtout parce que le metteur en scène, James Cameron, est un cinéaste dont j'aime beaucoup le travail. Concernant Titanic, j'ai encore des souvenirs très précis de la séance, avec qui j'étais, dans quel cinéma et de cette salle remplie et excitée à l'idée de voir le film du moment qu'il ne fallait pas rater. Un moment de cinéma qu'on n'oublie pas.

Je n'avais pas revu Titanic depuis sa sortie. En vérité, tout le battage qui s'en était suivi m'avait finalement agacé jusqu'à en être écœuré. C'est le revers de la médaille de ces énormes succès qui finissent par énerver tant tout le monde en parle, des médias qui en profitent pour vendre du papier jusqu'aux proches qui y vont de leurs commentaires plus ou moins inspirés. S'est aussi ajouté le martèlement de la chanson de Céline Dion  dont le style musical est loin d'être ma tasse de thé.

En avril dernier, le film est ressorti en 3D. Entre temps, James Cameron a démontré ses capacités dans l'utilisation de la 3D en tournant directement Avatar avec ce procédé se rendant par ce fait à l'origine de la généralisation de films sortant en tri-dimension . En gros, il y a deux techniques : soit le film est tourné en 3D, soit il est converti après le tournage. Concernant Titanic, il s'agit évidemment d'une conversion.

Pourtant, James Cameron s'était montré très critique à propos de la conversion 3D notamment à propos de Piranha 3D et Clash of the Titans, tous deux convertis après tournage. Pour le premier, il avait estimé qu'il s'agissait de "l'exemple parfait de ce qu'on ne devait pas faire en 3D" (plus de détails sur le site Première ICI). Quant au second, il avait déclaré que les "Les nouveaux films faits en 3D ne devaient pas être faits de cette manière (...) d'après ce qu'on m'a dit ça n'a pas l'air génial" (A lire ICI sur le site Ecran large). Il est vrai que la 3D de Clash of the Titans est décevante, celle de sa suite, Wrath of the Titans, est nettement plus convaincante. Quoi qu'il en soit, James Cameron a ressorti Titanic reconvertie en 3D.

Je ne suis pas allé voir Titanic en 3D au cinéma mais je me suis précipité sur le Blu-ray 3D. Verdict ? A quelques détails près, c'est l'une des plus belles 3D qui m'ait été donné de voir, les 3h15 du film sont passées sans aucune gêne. Beaucoup de passages sont étonnants, un formidable travail d'orfèvre a été effectué. Cette séance dans mon salon fût un moment très agréable d'autant plus que le film en lui même n'a pas pris une ride.



Je l'ai déjà dit sur mon blog, je considère l'arrivée de la 3D comme étant l'avenir du cinéma, comme le fût l'arrivée du parlant puis de la couleur. Toutefois, ce type de conversion peut poser un problème artistique : Pourquoi transformer d'anciens films au risque de les dénaturer ? Je suis contre la colorisation des films faits en noir et blanc, je trouve que ça n'a aucun sens et dénature l'oeuvre en question. Pour avoir vu La vache et le prisonnier, Faites sauter la banque ! et The longest day (ce dernier volontairement tourné en noir et blanc a été colorisé à l'occasion du 50ème anniversaire du débarquement de Normandie, un comble ! De plus, la version colorisée ne respecte pas le format cinémascope original), à chaque fois, le résultat m'a semblé manquer de naturel et les couleurs souvent baveuses.

Ainsi, dans la même logique, je devrais ne pas être favorable à ces conversions. Cependant, Titanic m'a convaincu que la transformation pouvait être heureuse, la technique est au point. Simplement, il suffit qu'elle soit faite avec goût. J'étais déjà convaincu pour les films d'animation (voir mon article à propos de The Polar express), je le suis maintenant pour les films avec acteurs à l'écran.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…