Accéder au contenu principal

Titanic (1997) - James Cameron

Titanic, sorti en 1997, reste aujourd'hui le plus gros succès au box office enregistré en France et le deuxième au niveau mondial. Beaucoup de gens qui ne vont jamais au cinéma sont allés le voir en salle. Moi-même, je n'y ai pas résisté, surtout parce que le metteur en scène, James Cameron, est un cinéaste dont j'aime beaucoup le travail. Concernant Titanic, j'ai encore des souvenirs très précis de la séance, avec qui j'étais, dans quel cinéma et de cette salle remplie et excitée à l'idée de voir le film du moment qu'il ne fallait pas rater. Un moment de cinéma qu'on n'oublie pas.

Je n'avais pas revu Titanic depuis sa sortie. En vérité, tout le battage qui s'en était suivi m'avait finalement agacé jusqu'à en être écœuré. C'est le revers de la médaille de ces énormes succès qui finissent par énerver tant tout le monde en parle, des médias qui en profitent pour vendre du papier jusqu'aux proches qui y vont de leurs commentaires plus ou moins inspirés. S'est aussi ajouté le martèlement de la chanson de Céline Dion  dont le style musical est loin d'être ma tasse de thé.

En avril dernier, le film est ressorti en 3D. Entre temps, James Cameron a démontré ses capacités dans l'utilisation de la 3D en tournant directement Avatar avec ce procédé se rendant par ce fait à l'origine de la généralisation de films sortant en tri-dimension . En gros, il y a deux techniques : soit le film est tourné en 3D, soit il est converti après le tournage. Concernant Titanic, il s'agit évidemment d'une conversion.

Pourtant, James Cameron s'était montré très critique à propos de la conversion 3D notamment à propos de Piranha 3D et Clash of the Titans, tous deux convertis après tournage. Pour le premier, il avait estimé qu'il s'agissait de "l'exemple parfait de ce qu'on ne devait pas faire en 3D" (plus de détails sur le site Première ICI). Quant au second, il avait déclaré que les "Les nouveaux films faits en 3D ne devaient pas être faits de cette manière (...) d'après ce qu'on m'a dit ça n'a pas l'air génial" (A lire ICI sur le site Ecran large). Il est vrai que la 3D de Clash of the Titans est décevante, celle de sa suite, Wrath of the Titans, est nettement plus convaincante. Quoi qu'il en soit, James Cameron a ressorti Titanic reconvertie en 3D.

Je ne suis pas allé voir Titanic en 3D au cinéma mais je me suis précipité sur le Blu-ray 3D. Verdict ? A quelques détails près, c'est l'une des plus belles 3D qui m'ait été donné de voir, les 3h15 du film sont passées sans aucune gêne. Beaucoup de passages sont étonnants, un formidable travail d'orfèvre a été effectué. Cette séance dans mon salon fût un moment très agréable d'autant plus que le film en lui même n'a pas pris une ride.



Je l'ai déjà dit sur mon blog, je considère l'arrivée de la 3D comme étant l'avenir du cinéma, comme le fût l'arrivée du parlant puis de la couleur. Toutefois, ce type de conversion peut poser un problème artistique : Pourquoi transformer d'anciens films au risque de les dénaturer ? Je suis contre la colorisation des films faits en noir et blanc, je trouve que ça n'a aucun sens et dénature l'oeuvre en question. Pour avoir vu La vache et le prisonnier, Faites sauter la banque ! et The longest day (ce dernier volontairement tourné en noir et blanc a été colorisé à l'occasion du 50ème anniversaire du débarquement de Normandie, un comble ! De plus, la version colorisée ne respecte pas le format cinémascope original), à chaque fois, le résultat m'a semblé manquer de naturel et les couleurs souvent baveuses.

Ainsi, dans la même logique, je devrais ne pas être favorable à ces conversions. Cependant, Titanic m'a convaincu que la transformation pouvait être heureuse, la technique est au point. Simplement, il suffit qu'elle soit faite avec goût. J'étais déjà convaincu pour les films d'animation (voir mon article à propos de The Polar express), je le suis maintenant pour les films avec acteurs à l'écran.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

You only live twice (1964) - Ian Fleming

"La geisha "Feuille Tremblante", agenouillée à côté de James Bond, se pencha en avant et l'embrassa chastement sur la joue droite.
- Ça, c'est tricher, dit James Bond avec sévérité. Vous aviez accepté, si je gagnais, de me donner un vrai baiser : sur la bouche. C'est un minimum, ajouta t-il.
"Madame" Perle Grise avait les dents laquées de noir, signe de grande distinction ;  son maquillage était si épais qu'on aurait pu la croire sortie d'une pièce de théâtre No. Elle traduisit. Il y eut des rires étouffés, des cris d'encouragement. Feuille Tremblante cacha son visage dans ses jolies mains comme si on lui avait demandé de se livrer à la pire des obscénités. Elle écarta ses doigts, examina la bouche de Bond de ses yeux bruns et vifs, comme si elle visait, et s'élança. Cette fois le baiser était bien sur les lèvres, et elle s'y attarda. Invite ? Promesse ?"

A la fin de On her Majesty's secret service, James Bond se mariait…

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…