Accéder au contenu principal

James Bond Day

Aujourd'hui, 5 octobre 2012, c'est le James Bond Day. Les fans de la saga célébrent les 50 ans de l'espion britannique. En effet, Dr No est sorti il y a exactement un demi siècle jour pour jour.

50 ans ? Vraiment ? Les 50 ans de la série de films, oui, mais je tiens à préciser ici que James Bond est en réalité né le 13 avril 1953, date de la parution de Casino Royale, le premier roman de Ian Fleming. Parfois, on a un peu tendance à l'occulter. Sans les romans et nouvelles de l'écrivain, James Bond n'existerait pas, tout simplement.

On oublie également qu'avant Dr No, il y avait eu une première adaptation de Casino Royale pour la télévision en 1954 avec Barry Nelson dans le rôle principal.

Depuis l'année dernière, je relis les romans et nouvelles de Ian Fleming (bientôt je mettrai en ligne un article sur For your eyes only) et plus j'avance dans ses écrits, plus je me rends compte que le personnage littéraire est très différent de celui qui vit à travers les films. Même Sean Connery qui fût le premier interprète de 007 au cinéma n'a pas incarné le James Bond de Ian Fleming.

Je ne vais pas énumérer une liste des différences, il suffit de lire les récits de l'auteur pour s'en convaincre mais je voulais rendre à César ce qui lui appartient.

Ian Fleming

Quoi qu'il en soit, j'attends Skyfall avec impatience, les bandes annonces font envie. Quatre ans quand même qu'on attend ! Et Quantum of solace m'avait assez déçu.

C'est aussi en ce jour anniversaire que la production a choisi de révéler la chanson titre interprétée par Adele. Lorsque les premières rumeurs concernant son interprétation de la chanson du film sont apparues l'année dernière, je m'en étais réjoui et j'avais partagé mon enthousiasme. J'avais écrit qu'elle avait tout le potentiel artistique pour enregistrer un titre aussi marquant que le Golfinger de Shirley Bassey, le Live and let die de Paul McCartney ou encore le GoldenEye de Tina Turner.

Maintenant que la chanson est révélée, qu'en est-il ?

Je m'attendais à quelque chose de plus lyrique, de plus vocal, j'ai même eu du mal à reconnaître la voix de la chanteuse mais on est bien dans l'univers de James Bond. Il y a une ambiance de mystère dans la voix et de danger qui rôde dans l'orchestration... A l'image du film ?

Happy James Bond Day !


Commentaires

  1. Je pensais aussi intéresser le public aux quatorze merveilleux livres de Fleming, lorsque j'ai publié mon petit livre, en 2008. Et puis... Rien à faire, on ne peut pas lutter contre le cinéma. C'est terrible. Et c'est tant pis...
    En tout cas, ceux qui ne liront jamais les ouvrages de Fleming passeront évidemment à côté de l'essentiel, en tout cas à côté de quelque chose d’important, de considérable et, en tout état de cause, de passionnant. Longue vie à cette œuvre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien sûr d'accord avec vous, ne pas lire Fleming, c'est rater quelque chose de passionnant.
      J'ai lu sur un forum les propos d'une personne qui se disait fan de James Bond mais qui ne lira jamais Fleming parce qu'elle n'aime pas lire. Outre le fait que ne pas lire est idiot, ce manque de curiosité à propos d'un sujet qui a priori passionne est consternant.

      Amitiés.

      Supprimer
  2. Diable ! Que répondre, en effet, à une sottise pareille ? C'est le genre de chose qui me laisse sans voix. Effectivement, face à une telle prise de position, il ne reste que le silence, dont Ferré disait : "Cette musique du doute et du pardon".

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…