Accéder au contenu principal

James Bond Day

Aujourd'hui, 5 octobre 2012, c'est le James Bond Day. Les fans de la saga célébrent les 50 ans de l'espion britannique. En effet, Dr No est sorti il y a exactement un demi siècle jour pour jour.

50 ans ? Vraiment ? Les 50 ans de la série de films, oui, mais je tiens à préciser ici que James Bond est en réalité né le 13 avril 1953, date de la parution de Casino Royale, le premier roman de Ian Fleming. Parfois, on a un peu tendance à l'occulter. Sans les romans et nouvelles de l'écrivain, James Bond n'existerait pas, tout simplement.

On oublie également qu'avant Dr No, il y avait eu une première adaptation de Casino Royale pour la télévision en 1954 avec Barry Nelson dans le rôle principal.

Depuis l'année dernière, je relis les romans et nouvelles de Ian Fleming (bientôt je mettrai en ligne un article sur For your eyes only) et plus j'avance dans ses écrits, plus je me rends compte que le personnage littéraire est très différent de celui qui vit à travers les films. Même Sean Connery qui fût le premier interprète de 007 au cinéma n'a pas incarné le James Bond de Ian Fleming.

Je ne vais pas énumérer une liste des différences, il suffit de lire les récits de l'auteur pour s'en convaincre mais je voulais rendre à César ce qui lui appartient.

Ian Fleming

Quoi qu'il en soit, j'attends Skyfall avec impatience, les bandes annonces font envie. Quatre ans quand même qu'on attend ! Et Quantum of solace m'avait assez déçu.

C'est aussi en ce jour anniversaire que la production a choisi de révéler la chanson titre interprétée par Adele. Lorsque les premières rumeurs concernant son interprétation de la chanson du film sont apparues l'année dernière, je m'en étais réjoui et j'avais partagé mon enthousiasme. J'avais écrit qu'elle avait tout le potentiel artistique pour enregistrer un titre aussi marquant que le Golfinger de Shirley Bassey, le Live and let die de Paul McCartney ou encore le GoldenEye de Tina Turner.

Maintenant que la chanson est révélée, qu'en est-il ?

Je m'attendais à quelque chose de plus lyrique, de plus vocal, j'ai même eu du mal à reconnaître la voix de la chanteuse mais on est bien dans l'univers de James Bond. Il y a une ambiance de mystère dans la voix et de danger qui rôde dans l'orchestration... A l'image du film ?

Happy James Bond Day !


Commentaires

  1. Je pensais aussi intéresser le public aux quatorze merveilleux livres de Fleming, lorsque j'ai publié mon petit livre, en 2008. Et puis... Rien à faire, on ne peut pas lutter contre le cinéma. C'est terrible. Et c'est tant pis...
    En tout cas, ceux qui ne liront jamais les ouvrages de Fleming passeront évidemment à côté de l'essentiel, en tout cas à côté de quelque chose d’important, de considérable et, en tout état de cause, de passionnant. Longue vie à cette œuvre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien sûr d'accord avec vous, ne pas lire Fleming, c'est rater quelque chose de passionnant.
      J'ai lu sur un forum les propos d'une personne qui se disait fan de James Bond mais qui ne lira jamais Fleming parce qu'elle n'aime pas lire. Outre le fait que ne pas lire est idiot, ce manque de curiosité à propos d'un sujet qui a priori passionne est consternant.

      Amitiés.

      Supprimer
  2. Diable ! Que répondre, en effet, à une sottise pareille ? C'est le genre de chose qui me laisse sans voix. Effectivement, face à une telle prise de position, il ne reste que le silence, dont Ferré disait : "Cette musique du doute et du pardon".

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Magnum Force (1973) - Ted Post

Malgré les foudres qui se sont abattues sur Dirty Harry en 1971, Clint Eastwood récidive deux ans plus tard avec ce Magnum Force où il enfile à nouveau le costume de l'inspecteur Harry Callahan. Je pourrais, comme beaucoup (trop) d'autres expliquer que cette suite est une réponse au supposé fascisme du personnage et du film précédent parce que l'inspecteur se trouve confronté à des flics qui n'hésitent pas à assassiner toutes sortes de délinquants, mafieux, proxénètes et autres individus responsables de tous les maux de la société et que Harry est loin d'approuver leurs méthodes.


Mais je ne ferais que répéter un discours qui m'inscrirait dans une chaîne moutonnière sans faire preuve du moindre esprit critique. Alors non. Quand on s'apprête à regarder un film dont les affiches mettent en évidence un Clint Eastwood brandissant un énorme revolver vers le public en exagérant délibérément la perspective, il ne faut pas s'attendre à un spectacle des plus tol…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

Montreuil sur Mer & On her Majesty's secret service (Ian Fleming, 1963)

"160, 170, 180. Il ne gagnait pas de terrain. Il se pencha vers le tableau de bord et pressa un bouton rouge. La plainte aigüe de la mécanique lui déchira les tympans et la Bentley fit un bond en avant. 190, 200. Cette fois la distance qui le séparait du cabriolet diminua : 50 mètres, 40, 30 ! Maintenant, il pouvait apercevoir les yeux de la fille dans le rétroviseur de la Lancia. Mais la route allait cesser d'être bonne : un de ces points d'exclamation, qui en France, signalent un danger, surgit sur la droite. Puis, après une côte, apparurent le clocher d'une église et les maisons d'un petit village, tassées en bas d'une colline abrupte.
Les deux voitures ralentirent, 140, 130, 120. Bond vit les feux stop du cabriolet s'éclairer un instant, la main droite de la fille chercha au plancher le levier de vitesse, presque en même temps que lui. Ils étaient maintenant dans le virage en S. La route était pavée et Bond, tout en se cramponnant à son volant pour gar…