Accéder au contenu principal

The woman in black (2012) - James Watkins

La scène d'ouverture installe le spectateur dans l'ambiance. Trois fillettes jouent gentiment à la poupée dans une chambre. Soudain, elles lèvent toutes les trois la tête vers quelque chose que la caméra ne dévoile pas. Puis, elles se dirigent vers les fenêtres, les ouvrent et se jettent dans le vide. On entend alors leur mère hurler. Elles sont mortes.

La saga Harry Potter étant finie, Daniel Radcliffe peut passer à autre chose et on peut le féliciter d'avoir choisi de tourner dans un film très différent des aventures du petit sorcier de Poudlard produit par les studios Hammer et mis en scène par James Watkins qui s'était précédemment fait remarquer avec le terrible et implacable Eden Lake.

Il semble que depuis qu'il a racheté la Hammer, John de Mol entend bel et bien relancer la production cinématographique de cette mythique société de production britannique de cinéma fantastique dont Peter Cushing et Christopher Lee en sont les acteurs les plus emblématiques. L'adaptation des studios de The hound of the Baskervilles avec ces deux acteurs justement et Terence Fisher à la caméra est certainement l'une des adaptations de Sir Arthur Conan Doyle les plus connues. Ainsi, alors qu'aucun film estampillé Hammer n'était sorti depuis 1979, quelques uns sont sortis depuis le rachat du créateur d'Endemol et j'avais d'ailleurs été voir Resident l'année dernière.

The woman in black, sorti cette année, est l'adaptation d'un roman de Susan Hill que je n'ai pas lu. Après la glaciale scène d'ouverture, on suit Arthur Kipps (Daniel Radcliffe) qui joue un jeune clerc de notaire à la fin du XIXème siècle et qui est envoyé en mission dans un village du nord de l'Angleterre pour régler la succession d'une cliente décédée. Dès son arrivée à l'auberge où une chambre lui a été normalement réservée, on lui annonce que c'est complet... ce dont on est en droit de douter. La femme de l'aubergiste finit par lui donner une chambre, celle où les trois fillettes du début se sont jetées par la fenêtre.

Si le film joue sur des ressorts scénaristiques et de mise en scène classiques et utilisés à maintes reprises dans le cinéma, James Watkins les utilise efficacement en réussissant à installer une ambiance de plus en plus inquiétante, certains passages s'avérant réellement angoissants et quelques moments ne manquant pas de faire sursauter le spectateur sur son fauteuil. Le seul point faible du film est peut-être qu'on devine les raisons du mystère qui plombe l'ambiance dans le village avant le personnage principal, ce qui peut faire sourire lorsqu'il finit par s'exclamer qu'il ne comprend pas ce qu'il se passe.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…