Accéder au contenu principal

Clint Eastwood est républicain. Sans blague ?



Jeudi 30 août 2012 à Tampa (Floride), Clint Eastwood effectue au cours de la convention républicaine un discours très critique envers Barack Obama. S'adressant à une chaise vide censée représenter le Président des Etats-Unis, les commentateurs de toutes sortes ont principalement retenu la dénonciation des 23 millions de chômeurs que la star a qualifié de "honte nationale" et qu'il était donc "temps que quelqu'un d'autre arrive et règle le problème" en concluant que "Quand quelqu'un ne fait pas le travail, qu'il s'en aille" ; Et tout le monde s'enflamme. Globalement, la prestation est jugée incohérente, étrange et même désastreuse.

Ainsi, par exemple, pour le Washington Post, "il n'y a pas de mots pour décrire ce qu'a fait l'acteur sur la scène de la convention jeudi soir". Evidemment, Michael Moore sur qui Eastwood avait menacé de tirer dessus si l'auteur de Bowling for Columbine se pointait chez lui avec sa caméra a aussi sauté sur l'occasion en le qualifiant de "crazy old man". De ce fait, il n'est jamais allé chez lui... car c'est certainement plus dangereux que d'aller chez Charlton Heston qui était atteint de la maladie d'Alzheimer.

Il est tout aussi intéressant d'observer les réactions françaises. Les inrocks se demandent s'il n'est pas gâteux, un blog de Libération affirme qu'il fait le pitre dans une séquence relevant du tragi-comique mais l'article le plus dégueulasse que j'ai pu lire sur un site est certainement celle de ce blog sur Mediapart : "La succession de feu Charlton Heston est bien assurée au Parti Républicain. L'apparition pathétique, hier en Floride à la Convention Républicaine, de Clint Eastwood a confirmé les paroles de la chanson de Georges Brassens, Le temps ne fait rien à l'affaire. Qu'on ait vingt ans, qu'on soit grand-père, quand on est c..., on est c... Il ne s'agit pas d'un problème d'âge, car avec ses 94 ans Stéphane Hessel fait figure de jeune premier en comparaison et sera toujours jeune d'esprit et riche d'idées. Mais ses 82 ans, Eastwood semble les porter depuis longtemps et confirme que la mièvrerie qu'il a laissé transparaître dans son œuvre cinématographique, que ce soit en tant qu'acteur ou réalisateur, est bien fondée sur une réalité tangible". Comparer Clint Eastwood à Charlton heston relève de la malhonnêteté intellectuelle, Eastwood étant quand même plus ouvert, plus libéral sur les questions sociétales que son collègue. De plus, faire cette comparaison, c'est aussi sous entendre que la maladie d'Alzheimer commence à atteindre Clint Eastwood, ce qui est particulièrement écoeurant, les familles touchées par cette maladie apprécieront. Au mieux, pour ce monsieur, le cinéaste devient sénile et pour appuyer son idée, il le compare à Stéphane Hessel. Hors-sujet. Quant à "la mièvrerie qu'il a laissé transparaître dans son oeuvre cinématographique", l'affirmation montre tout simplement qu'il n'a pas vu grand chose de la filmographie d'Eastwood.

Sur twitter, les réactions sont encore plus violentes. En recherchant "Clint Eastwood" ou avec le hashtag #clint, on tombe sur des "réac gâteux", "c'est moche la vieillesse", etc. Ou comment assassiner l'un des plus grands cinéastes américains en quelques mots.

Il n'y a finalement que Le monde pour dire que la star "a parfaitement lancé la soirée". 

En vérité, ce qui est reproché à Clint Eastwood par tous ces gens, c'est qu'il soit républicain. Certains feignent même de le découvrir alors que son engagement est connu depuis les années 50 ; Parce qu'un artiste (et il n'en est pas des moindres), c'est forcément à gauche, en tout cas démocrate aux Etats-Unis. Ça les emmerde qu'à nouveau Clint Eastwood leur rappelle de cette manière qu'il est un GOP. Chez certains, c'est même vécu comme une trahison tant ils étaient persuadés que cette fois il allait se rallier aux démocrates. En effet, comment peut-il soutenir les républicains après avoir mis en scène des films tels que Gran Torino, Invictus, Flags of our father, Million dollar baby ? Alors on nous ressort la vieille accusation  du Eastwood fasciste parce qu'il a incarné à cinq reprises l'inspecteur Harry, c'est tellement plus facile que d'interroger un peu plus profondément sa filmographie.

Dans ce déluge de réactions hystériques, il est donc nécessaire de lire l'article de Romain Huret, pertinent et intelligent, je n'aurais pas écrit mieux.

Quoi qu'il en soit, je suis un admirateur de Clint Eastwood, aussi bien l'acteur que le metteur en scène et personne ne m'en dégoûtera. Il est la dernière légende vivante d'Hollywood.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…