Accéder au contenu principal

Clint Eastwood est républicain. Sans blague ?



Jeudi 30 août 2012 à Tampa (Floride), Clint Eastwood effectue au cours de la convention républicaine un discours très critique envers Barack Obama. S'adressant à une chaise vide censée représenter le Président des Etats-Unis, les commentateurs de toutes sortes ont principalement retenu la dénonciation des 23 millions de chômeurs que la star a qualifié de "honte nationale" et qu'il était donc "temps que quelqu'un d'autre arrive et règle le problème" en concluant que "Quand quelqu'un ne fait pas le travail, qu'il s'en aille" ; Et tout le monde s'enflamme. Globalement, la prestation est jugée incohérente, étrange et même désastreuse.

Ainsi, par exemple, pour le Washington Post, "il n'y a pas de mots pour décrire ce qu'a fait l'acteur sur la scène de la convention jeudi soir". Evidemment, Michael Moore sur qui Eastwood avait menacé de tirer dessus si l'auteur de Bowling for Columbine se pointait chez lui avec sa caméra a aussi sauté sur l'occasion en le qualifiant de "crazy old man". De ce fait, il n'est jamais allé chez lui... car c'est certainement plus dangereux que d'aller chez Charlton Heston qui était atteint de la maladie d'Alzheimer.

Il est tout aussi intéressant d'observer les réactions françaises. Les inrocks se demandent s'il n'est pas gâteux, un blog de Libération affirme qu'il fait le pitre dans une séquence relevant du tragi-comique mais l'article le plus dégueulasse que j'ai pu lire sur un site est certainement celle de ce blog sur Mediapart : "La succession de feu Charlton Heston est bien assurée au Parti Républicain. L'apparition pathétique, hier en Floride à la Convention Républicaine, de Clint Eastwood a confirmé les paroles de la chanson de Georges Brassens, Le temps ne fait rien à l'affaire. Qu'on ait vingt ans, qu'on soit grand-père, quand on est c..., on est c... Il ne s'agit pas d'un problème d'âge, car avec ses 94 ans Stéphane Hessel fait figure de jeune premier en comparaison et sera toujours jeune d'esprit et riche d'idées. Mais ses 82 ans, Eastwood semble les porter depuis longtemps et confirme que la mièvrerie qu'il a laissé transparaître dans son œuvre cinématographique, que ce soit en tant qu'acteur ou réalisateur, est bien fondée sur une réalité tangible". Comparer Clint Eastwood à Charlton heston relève de la malhonnêteté intellectuelle, Eastwood étant quand même plus ouvert, plus libéral sur les questions sociétales que son collègue. De plus, faire cette comparaison, c'est aussi sous entendre que la maladie d'Alzheimer commence à atteindre Clint Eastwood, ce qui est particulièrement écoeurant, les familles touchées par cette maladie apprécieront. Au mieux, pour ce monsieur, le cinéaste devient sénile et pour appuyer son idée, il le compare à Stéphane Hessel. Hors-sujet. Quant à "la mièvrerie qu'il a laissé transparaître dans son oeuvre cinématographique", l'affirmation montre tout simplement qu'il n'a pas vu grand chose de la filmographie d'Eastwood.

Sur twitter, les réactions sont encore plus violentes. En recherchant "Clint Eastwood" ou avec le hashtag #clint, on tombe sur des "réac gâteux", "c'est moche la vieillesse", etc. Ou comment assassiner l'un des plus grands cinéastes américains en quelques mots.

Il n'y a finalement que Le monde pour dire que la star "a parfaitement lancé la soirée". 

En vérité, ce qui est reproché à Clint Eastwood par tous ces gens, c'est qu'il soit républicain. Certains feignent même de le découvrir alors que son engagement est connu depuis les années 50 ; Parce qu'un artiste (et il n'en est pas des moindres), c'est forcément à gauche, en tout cas démocrate aux Etats-Unis. Ça les emmerde qu'à nouveau Clint Eastwood leur rappelle de cette manière qu'il est un GOP. Chez certains, c'est même vécu comme une trahison tant ils étaient persuadés que cette fois il allait se rallier aux démocrates. En effet, comment peut-il soutenir les républicains après avoir mis en scène des films tels que Gran Torino, Invictus, Flags of our father, Million dollar baby ? Alors on nous ressort la vieille accusation  du Eastwood fasciste parce qu'il a incarné à cinq reprises l'inspecteur Harry, c'est tellement plus facile que d'interroger un peu plus profondément sa filmographie.

Dans ce déluge de réactions hystériques, il est donc nécessaire de lire l'article de Romain Huret, pertinent et intelligent, je n'aurais pas écrit mieux.

Quoi qu'il en soit, je suis un admirateur de Clint Eastwood, aussi bien l'acteur que le metteur en scène et personne ne m'en dégoûtera. Il est la dernière légende vivante d'Hollywood.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Goldfinger (1959) - Ian Fleming

"James Bond, dans la salle d'attente de l'aéroport de Miami, se livrait à des considérations sur la vie et la mort, après avoir avalé deux doubles bourbons.
Tuer faisait partie de son métier. La chose ne lui plaisait guère, mais, lorsqu'il y était obligé, il la faisait de son mieux et l'oubliait le plus vite possible. En tant qu'agent secret dont le matricule était précédé du rarissime double 0 (ce qui lui conférait le droit de tuer où et quand il le jugeait bon), il était de son devoir de considérer la mort avec autant de calme qu'un chirurgien. Lorsque cela arrivait, c'est qu'il n'y avait pas d'autre solution à envisager. Les regrets étaient superflus. Bien plus, l'idée de la mort était profondément ancrée en James Bond."
Les considérations sur la mort qui ouvrent Goldfinger et auxquelles se livre James Bond peuvent paraître surprenantes. En réalité, elles correspondent à l'évolution du personnage. Après avoir fait tuer son hér…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

Lone wolf (2006) - Linwood Barclay

"Ce mardi-là, pendant que nous déjeunons, Trixie Snelling semble préoccupée. Pour tuer le temps, elle me raconte qu'elle écume les boutiques de déguisements afin de se procurer une arête osseuse frontale et satisfaire un client qui aime être dominé par une Klingon.
- Dans la série Star Trek, il y avait bien ces deux nanas klingon et ce chauve qui était le commandant ? me demande Trixie, qui sait que je suis une sorte d'autorité en matière de science-fiction.
- Ouais. Lursa et B'Etor Duras Deux sœurs humanoïdes. Elles essayaient d'éliminer le chancelier Gowron du Haut Conseil klingon.
Je marque une pause avant d'ajouter :
- Elles aimaient le cuir et les décolletés pigeonnants.
- De ce côté-là, ça va, rétorque-t-elle avec un petit mouvement de tête qui m'indique que mes connaissances approfondies ne l'impressionnent pas.
Parfois, je me demande pourquoi le cerveau rejette des informations importantes pour ne retenir que des bêtises."

C'est une plongée …