Accéder au contenu principal

Captain America : The first avenger (2011) - Joe Johnston

A l'instar de Superman chez DC, Captain America est le héros patriote des Etats-Unis de l'écurie Marvel. Affublé d'un costume aux couleurs de la bannière étoilée, le personnage est créé par Jack Kirby et Joe Simon dans les années 40 dont le premier ennemi sera Red Skull, nazi proche de Hitler. En ces temps d'adaptations de comics au cinéma, il fallait bien que ce super-héros passe sur grand écran, d'autant plus qu'on prépare le public à la sortie de The avengers qui réunit, entre autres, Hulk, Iron Man, Thor et ce Captain America. Les films des autres personnages cités étant sortis, c'était donc au tour de celui racontant l'histoire de Steve Rogers (interprété ici par Chris Evans qui avait déjà joué un autre super-héros, la torche humaine dans les deux récentes adaptations des Fantastic Four), petit gringalet américain qui se voit systématiquement refuser toutes ses demandes d'engagement dans l'armée américaine et qui va donc devenir, grâce au Dr Erskine scientifique juif réfugié aux Etats-Unis, Captain America.

Avec un tel personnage, on peut craindre le pire : Patriotisme exacerbé, musique pompeuse et grandiloquente, effets appuyés sur l'engagement sans faille du héros, America save the world everywhere and everytime etc. En réalité, tous ces aspects gênants ont plutôt été évités. Le film commence de nos jours en Arctique où une équipe de recherches découvre, enfoui dans la glace, le bouclier de Captain America. Flash-back en 1942 et plongée dans l'épopée du personnage pendant la seconde guerre mondiale où il affronte Red Skull, à la tête d'une secte nazie, Hydra, et dont le but est de devenir le führer à la place du fürher et conquérir le monde grâce à des armes surpuissantes qu'il a créées à l'aide du cube cosmique, joyau du trésor du Dieu Odin. Bon... écrit comme ça, ça a l'air un peu simpliste,un peu con... un peu crétin... et il faut bien reconnaître que ça l'est quand même un peu, mais pas mal d'éléments en font un film divertissant et sympathique à suivre.



D'abord, Joe Johnston, malgré la profusion d'effets numériques, a donné à son film un look série B vintage agréable qui sied bien à l'époque où il se déroule, les années 40. Après JumanjiJurassic Park III ou encore The wolfman, le metteur en scène démontre à nouveau qu'il vaut plus que l'image d'honnête artisan qu'on lui  prête et qu'il sait illustrer impeccablement les univers qu'on lui confie. Il avait d'ailleurs déjà précédemment mis en scène l'Amérique des années 40 avec The Rocketeer où le héros, une sorte de Iron Man avant l'heure, luttait contre des espions allemands.



Captain America sait aussi se moquer de la propagande américaine effectuée par le gouvernement auprès de sa population pendant cette période. Le héros sert d'abord à faire le show dans les spectacles destinés à récolter des fonds pour financer la guerre dans un costume risible et à jouer les fers de lance dans des productions cinématographiques guerrières de série B destinées à gonfler le moral des troupes et à motiver l'embrigadement militaire (c'est d'ailleurs la fonction première de ce comics à sa création). Ce n'est évidemment pas ce dont rêvait Steve Rogers. Il prendra alors en main son destin en allant libérer de lui-même un groupe de prisonniers. Dès lors, il aura la confiance de ses chefs, en tête le Colonel Phillips (impeccable Tommy Lee Jones) et pourra aller affronter le terrible Red Skull (Hugo Weaving) en portant un costume de super-héros digne de ce nom ; et vu comment il est dans les bandes dessinées, il n'était pas évident d'en créer un pour le cinéma sans paraître ridicule.



Il y a peut-être un flottement au milieu du film, le moment où Steve Rogers décide de prendre toute la dimension de sa transformation et de s'impliquer dans l'action se fait un peu attendre. Un autre défaut est qu'il manque sans aucun doute un vraie scène de bataille, on est dans la seconde guerre mondiale quand même ! Et enfin, on aurait apprécié des personnages un peu plus développés surtout la petite bande de soldats atypiques qui accompagnent le Captain America dans leurs avancées à travers l'Europe.

Vu en Blu-ray 3D, la tri-dimension est pas mal sans être extraordinaire. J'en ai vu de plus convaincantes mais de moins bonnes également.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…