Accéder au contenu principal

Soldier blue (1970) - Ralph Nelson

Il existe des films dont vous entendez parler depuis des années mais les occasions de les voir sont rares voire inexistantes. Tout le monde vous en dit le plus grand bien, vous en énonce les thèmes, vous en décrit certaines scènes, les plus marquantes mais impossible pour vous de les visionner. Quasiment pas de diffusion tv et quand ils passent enfin, vous les loupez ou alors la chaîne ne fait pas partie de votre offre télévisuelle, ils ne sont pas en location en vidéo club (même si dans les années 80, le choix des films en VHS était plus vaste, nettement plus importante qu'aujourd'hui où l'offre de location DVD est d'une affligeante pauvreté), ils ne sortent pas à l'achat en DVD ou en BLU-RAY. Bref, il faut se contenter de contempler les affiches, les photos d'exploitation, lire et écouter les commentaires de ceux qui les ont vus. Avant, il fallait tomber sur un magazine qui en parlait (Merci principalement à L'Ecran Fantastique, Mad Movies et Impact), maintenant internet permet d'avoir accès aux informations quand on en a envie.

Ces films, on finit par les fantasmer. 

Parmi ceux que j'ai longtemps rêvé de voir, il y a "Soldier blue" ("Soldat bleu" en français) de Ralph Nelson. 25 ans que j'en entends causer. Je me souviens très bien qui m'en avait parlé, c'était mon père. Pour me dire que ce film racontait le massacre des indiens par les soldats américains. Je me souviens aussi à quelle occasion, il m'en avait parlé. C'était après avoir regardé ensemble "Duel at Diablo" ("La bataille de la vallée du diable") du même Ralph Nelson diffusé dans le cadre de la mythique émission de Eddy Mitchel, "La dernière séance". Ironie de l'histoire, ni lui ni moi ne savions que les deux films avaient le même metteur en scène.

Il n'est pourtant pas étonnant que "Duel at Diablo" lui ait évoqué "Soldier blue" car les deux films ont certains thèmes en commun dont surtout celui du sort des indiens d'Amérique dans la deuxième moitié du XIXème siècle. Appréciant "Duel at Diablo" (qui lui est sorti en DVD il y a déjà quelques années), je désespérais de voir "Soldier blue" dans un format un minimum correct. Puis un jour de mars 2011, j'apprends par un forumeur du site "Devildead" la sortie du film en DVD pour le 24 mai chez STUDIO CANAL. Le 24 mai, j'avais "Soldier blue" et j'ai pu enfin prendre le temps de le voir.

Alors qu'il escorte contre son gré une jeune femme blanche qui vient de passer deux années dans une tribu Cheyenne  pour la ramener auprès de son officier militaire de fiancé, un régiment de l'armée de l'Union est attaqué par des Cheyennes. Seuls, Cresta (Candice Bergen), la jeune femme et Honus (Peter Strauss), un jeune soldat naïf et inexpérimenté en sortiront vivants. Ils vont alors se mettre en route pour rejoindre le prochain fort. Au cours du voyage où ils croiseront notamment un cynique marchand d'armes (interprété par un Donald Pleasance tout à fait remarquable), Cresta n'aura de cesse de plaider la cause des indiens auprès de Honus. Ils finiront par apprendre que la Cavalerie s'apprête à raser un village Cheyenne. Ce sera un véritable massacre.

"Soldier blue" est inspiré d'un fait réel appelé le Massacre de Sand Creek où l'armée se livra à une véritable boucherie contre un campement de cheyennes dont les hommes étaient pour la plupart sans défense: meurtres, mutilations, viols ont été rapportés à propos de cet événement où hommes, femmes et enfants indiens furent assassinés en masse. Le dernier quart d'heure du film met en scène ce massacre dont la sauvagerie laisse sans voix. Bien sûr, depuis la sortie de ce film, on a assisté à des spectacles cinématographiques nettement plus violents mais le final a gardé bien des aspects choquants : impacts de balles sanglants, bras, jambes et têtes coupés brandis comme des trophées, viols d'indiennes par des soldats rieurs, enfants assassinés, etc.


C'est sur cette violence que se sont bâtis les Etats-Unis et le film s'inscrit dans les mouvements contestataires qui prirent forme fin des années 60 début des années 70 notamment à travers ceux contre la guerre du Vietnam dont "Soldier blue" fait écho. D'ailleurs, la chanson du générique du début interprétée par l'activiste Buffy Sainte-Marie aux tonalités "Joan Baezienne" ne dépareillerait pas dans un concert hippie contre cette guerre. Cependant, il manque à Ralph Nelson un sens de la mise en scène un peu plus personnel. Trop académique, les images du cinéaste peuvent parfois manquer de force et c'est peut-être la raison qui fait que ce film est relativement mais injustement méconnu.

L'image du DVD est très belle et le son en mono d'origine tout à fait clair. Vu en VOSTFR bien présente contrairement à ce qui est indiqué.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …