Accéder au contenu principal

Le compagnon de pain

Il y a une dizaine d'années un ami me lançait l'affirmation suivante: "De toute façon internet, ce n'est pas un outil d'érudition". A l'époque, ce n'était pas faux. Aujourd'hui, on ne peut plus dire la même chose. Internet est, entre autres, une base d'information et de culture comme il n'y en avait jamais eu auparavant. Personnellement, je trouve consternant les propos des personnes (personnalités publiques ou non) pointant du doigt internet comme responsable de tous les maux et dérives de la société. Ce sont les mêmes qui fustigeaient et continue de fustiger la télévision ou les films d'horreur.

Mais... Car il y a un "mais"!

Les bases de données, aussi fournies qu'elles le sont et le seront, ne remplaceront jamais le contact humain, les échanges avec les personnes que l'on côtoie physiquement. On peut communiquer avec des amis ou de la famille via MSN par exemple, les rencontrer a une autre saveur. On peut apprendre sur tout un tas de sujets grâce à Wikipedia, la culture entendue de la bouche d'un homme en face de soi peut s'avérer plus sympathique qu'une ligne lue sur un écran d'ordinateur.

 C'est un peu ce que je me suis dit quand j'ai appris l'origine du mot "copain" il y a quelques jours en visitant le château de Talmont-Saint-Hilaire en Vendée. C'est dans la salle des gardes que le guide attire notre attention sur la table où sont posées verres et assiettes en nous expliquant qu'à l'époque les gardes assis côte à côte partageaient le même pain entre eux. Il étaient alors des "Compagnons de pain" selon l'expression en usage à l'époque. Avec le temps, l'expression a été raccourcie pour devenir "copain".

Je ne le savais pas et ça m'a plu d'apprendre une telle chose, certainement pour tout ce que ça évoque. J'aurais pu l'apprendre sur internet. Sur wiktionary par exemple. J'ai fait une recherche via Google. J'ai effectivement trouvé l'origine du mot copain ICI. Ça a quand même moins de charme que de l'apprendre par un guide revêtu d'un costume moyenâgeux au milieu de vieilles pierres (dont certaines sont rougies par un incendie provoqué en 1138 pour punir Guillaume de Lezay d'avoir voulu prendre le roi de France en otage) qui ont une histoire de plusieurs siècles.



Un troubadour vous y conte aussi l'histoire de l'ogresse Béatrix de Machecoul qui a terrifié les familles du village (quelle est la part du vrai et celle de la légende?) et du haut du château, on peut admirer une vue imprenable sur la région.

Le château de Talmont-Saint-Hilaire est aujourd'hui classé monument historique.

Texte: Gaspard01 (Twitter)
Photos: Gaspard01 (Twitter) et JustmeFanny (Twitter)




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…