Accéder au contenu principal

Rise of the Planet of the Apes (2011) - Rupert Wyatt


Qui attendait une nouvelle mouture de La planète des singes? Les premiers films semblent bien loin et le remake de Tim Burton sorti en 2001 n'avait pas fait l'unanimité aussi bien dans la presse que dans le public (personnellement, j'apprécie assez cette version). On pouvait donc légitimement penser que c'en était fini des aventures simiesques au cinéma. Seulement, Hollywood a suffisamment de ressources pour recycler les vieilles histoires pour le meilleur et pour le pire. Et dans le cas de La planète des singes - Les origines, c'est plutôt pour le meilleur.

Je ne savais même pas que ce film allait sortir jusqu'à ce que je vois la première bande-annonce sur Allociné. Une bande-annonce qui m'a donné très envie de découvrir les événements imaginés pour l'occasion et qui ont abouti à la domination des primates sur terre. Je n'ai pas été déçu du voyage, on tient peut-être là le blockbuster de l'été et même de l'année (mais pour l'affirmer, il faudra attendre le 31 décembre 2011).


Il est d'abord agréable de se rendre compte au fur et à mesure que le film avance qu'il est plutôt bien écrit. L'intrigue prend le temps de l'exposition, de distiller doucement mais sûrement les événements qui feront de Cesar, le singe qui mènera les siens à la révolte en s'imposant par divers moyens comme leur chef indétrônable dans le refuge pour primates. Tout ce qui se déroule dans ce refuge devient véritablement passionnant. On pourra cependant reprocher quelques personnages superficiels (la vétérinaire jouée par Freida Pinto (La Latika adulte de Slumdog Millionaire n'a pas grande consistance, Tom Felton a un rôle un peu trop "caricaturalement" méchant) ainsi que quelques raccourcis à l'image des décisions prises entre deux portes au sein de la société Gen-Sys. Mais dans l'ensemble, le casting est bien choisi et la narration très fluide.

Du côté des effets spéciaux, c'est également excellent. Ils sont bluffants de réalisme. Il y a bien ça et là quelques imperfections et des passages un peu tape à l’œil mais ils sont toujours au service de l'histoire et non l'inverse. Ainsi, l'intensité du film ne faiblit jamais et le spectateur passe par toute les émotions que les auteurs cherchent à lui faire ressentir: joie, tristesse, colère... et lorsque les singes s'échappent, le sentiment de la liberté retrouvée associé à celui de la crainte de ce que cela va engendrer est vraiment prenant ; car les auteurs de La planète des singes - Les origines ont pris soin de relier leur film à celui de 1968 (par un procédé vraiment sympathique) et on sait donc ce que ça va donner.

La fin est ouverte. Une suite est tout à fait possible et si elle est du même niveau, elle sera la bienvenue mais s'il n'en existe pas, cet épisode pourra boucler la boucle avec les productions précédentes (sauf celle de Tim Burton).

Un jour, il va quand même falloir que je lise le roman de Pierre Boulle.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

Et puis ça fait bête d'être triste en maillot de bain (2013) - Amandine Dhée

"Elle est laide, aurait dit ma grand-mère lorsque je suis venue au monde.
C'est qu'il faut voir, tout juste sortie du ventre. Mes yeux qui débordent du visage sans jamais voir vraiment. Mes secousses du corps, impossibles à soulager.
Pesée, mesurée, testée. On me jette de petits coups d'yeux, on chuchote de moi. Les infirmières marchent feutré. Il fait chaud. Ça sent le produit de nettoyage et de soignage, le bonheur et la confusion.
Les visiteurs égarés ravalent leurs points d'interrogation. T'as eu mal ? T'es recousue ? T'as vu comme il est bizarre ton bébé ?"

Et puis ça fait bête d'être triste en maillot de bain est le récit d'une fille qui avance vers l'âge adulte, le regard posé sur le quotidien qui l'entoure, les gens, les codes de conduite en société, mais il y a toujours un "couac", un "hic" qui vient ternir le plaisir.
Le livre est plutôt court, l'écriture assez légère et l'ensemble est amusant et …