Accéder au contenu principal

Rise of the Planet of the Apes (2011) - Rupert Wyatt


Qui attendait une nouvelle mouture de La planète des singes? Les premiers films semblent bien loin et le remake de Tim Burton sorti en 2001 n'avait pas fait l'unanimité aussi bien dans la presse que dans le public (personnellement, j'apprécie assez cette version). On pouvait donc légitimement penser que c'en était fini des aventures simiesques au cinéma. Seulement, Hollywood a suffisamment de ressources pour recycler les vieilles histoires pour le meilleur et pour le pire. Et dans le cas de La planète des singes - Les origines, c'est plutôt pour le meilleur.

Je ne savais même pas que ce film allait sortir jusqu'à ce que je vois la première bande-annonce sur Allociné. Une bande-annonce qui m'a donné très envie de découvrir les événements imaginés pour l'occasion et qui ont abouti à la domination des primates sur terre. Je n'ai pas été déçu du voyage, on tient peut-être là le blockbuster de l'été et même de l'année (mais pour l'affirmer, il faudra attendre le 31 décembre 2011).


Il est d'abord agréable de se rendre compte au fur et à mesure que le film avance qu'il est plutôt bien écrit. L'intrigue prend le temps de l'exposition, de distiller doucement mais sûrement les événements qui feront de Cesar, le singe qui mènera les siens à la révolte en s'imposant par divers moyens comme leur chef indétrônable dans le refuge pour primates. Tout ce qui se déroule dans ce refuge devient véritablement passionnant. On pourra cependant reprocher quelques personnages superficiels (la vétérinaire jouée par Freida Pinto (La Latika adulte de Slumdog Millionaire n'a pas grande consistance, Tom Felton a un rôle un peu trop "caricaturalement" méchant) ainsi que quelques raccourcis à l'image des décisions prises entre deux portes au sein de la société Gen-Sys. Mais dans l'ensemble, le casting est bien choisi et la narration très fluide.

Du côté des effets spéciaux, c'est également excellent. Ils sont bluffants de réalisme. Il y a bien ça et là quelques imperfections et des passages un peu tape à l’œil mais ils sont toujours au service de l'histoire et non l'inverse. Ainsi, l'intensité du film ne faiblit jamais et le spectateur passe par toute les émotions que les auteurs cherchent à lui faire ressentir: joie, tristesse, colère... et lorsque les singes s'échappent, le sentiment de la liberté retrouvée associé à celui de la crainte de ce que cela va engendrer est vraiment prenant ; car les auteurs de La planète des singes - Les origines ont pris soin de relier leur film à celui de 1968 (par un procédé vraiment sympathique) et on sait donc ce que ça va donner.

La fin est ouverte. Une suite est tout à fait possible et si elle est du même niveau, elle sera la bienvenue mais s'il n'en existe pas, cet épisode pourra boucler la boucle avec les productions précédentes (sauf celle de Tim Burton).

Un jour, il va quand même falloir que je lise le roman de Pierre Boulle.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…