Accéder au contenu principal

Rise of the Planet of the Apes (2011) - Rupert Wyatt


Qui attendait une nouvelle mouture de La planète des singes? Les premiers films semblent bien loin et le remake de Tim Burton sorti en 2001 n'avait pas fait l'unanimité aussi bien dans la presse que dans le public (personnellement, j'apprécie assez cette version). On pouvait donc légitimement penser que c'en était fini des aventures simiesques au cinéma. Seulement, Hollywood a suffisamment de ressources pour recycler les vieilles histoires pour le meilleur et pour le pire. Et dans le cas de La planète des singes - Les origines, c'est plutôt pour le meilleur.

Je ne savais même pas que ce film allait sortir jusqu'à ce que je vois la première bande-annonce sur Allociné. Une bande-annonce qui m'a donné très envie de découvrir les événements imaginés pour l'occasion et qui ont abouti à la domination des primates sur terre. Je n'ai pas été déçu du voyage, on tient peut-être là le blockbuster de l'été et même de l'année (mais pour l'affirmer, il faudra attendre le 31 décembre 2011).


Il est d'abord agréable de se rendre compte au fur et à mesure que le film avance qu'il est plutôt bien écrit. L'intrigue prend le temps de l'exposition, de distiller doucement mais sûrement les événements qui feront de Cesar, le singe qui mènera les siens à la révolte en s'imposant par divers moyens comme leur chef indétrônable dans le refuge pour primates. Tout ce qui se déroule dans ce refuge devient véritablement passionnant. On pourra cependant reprocher quelques personnages superficiels (la vétérinaire jouée par Freida Pinto (La Latika adulte de Slumdog Millionaire n'a pas grande consistance, Tom Felton a un rôle un peu trop "caricaturalement" méchant) ainsi que quelques raccourcis à l'image des décisions prises entre deux portes au sein de la société Gen-Sys. Mais dans l'ensemble, le casting est bien choisi et la narration très fluide.

Du côté des effets spéciaux, c'est également excellent. Ils sont bluffants de réalisme. Il y a bien ça et là quelques imperfections et des passages un peu tape à l’œil mais ils sont toujours au service de l'histoire et non l'inverse. Ainsi, l'intensité du film ne faiblit jamais et le spectateur passe par toute les émotions que les auteurs cherchent à lui faire ressentir: joie, tristesse, colère... et lorsque les singes s'échappent, le sentiment de la liberté retrouvée associé à celui de la crainte de ce que cela va engendrer est vraiment prenant ; car les auteurs de La planète des singes - Les origines ont pris soin de relier leur film à celui de 1968 (par un procédé vraiment sympathique) et on sait donc ce que ça va donner.

La fin est ouverte. Une suite est tout à fait possible et si elle est du même niveau, elle sera la bienvenue mais s'il n'en existe pas, cet épisode pourra boucler la boucle avec les productions précédentes (sauf celle de Tim Burton).

Un jour, il va quand même falloir que je lise le roman de Pierre Boulle.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…