Accéder au contenu principal

Radin! (2016) - Fred Cavayé


Il était très loin de mes pensées cet ami... ce copain... cette connaissance... enfin, ce gars qui s'était greffé à notre bande de potes pendant quelques années et qui avait d'énormes oursins dans le porte-monnaie. Son souvenir s'est rappelé à moi dès les premières minutes de Radin!

Qu'est devenu Sam, lui qui demandait très régulièrement, pour économiser de l'essence, qu'on vienne le chercher chez lui pour aller au bar de nuit où l'on avait pris l'habitude de passer nos samedis soir autour d'une bière entre deux parties de billard ou de baby-foot ? Pourtant, c'était lui qui avait le moins de route à faire !

Je crois que c'est Guillaume qui a endossé le plus souvent du rôle de taxi ; et moi, le plus rarement, parce que je n'aime pas qu'on se foute de ma gueule. Pour tout remerciement, Guillaume a eu droit à une Amstel... la bière la moins onéreuse... "pour le chauffeur !" lui avait lancé Sam, généreusement.

Sam, qui avait caché une bouteille de vodka dans l'appartement des parents de Guillaume à Saint-Cyr-sur-Mer où la petite bande que nous formions passait les vacances d'été, parce qu'un soir après être revenus de la plage, nous avions commencé à vider les bouteilles et il sentait bien qu'il allait falloir rallonger quelques billets dans la caisse commune.

Je vois encore Julien, énervé le lendemain matin, aller et venir dans l'appartement à la recherche de je ne savais quoi, alors que, affalé dans le canapé, je tentais de lutter contre une belle gueule de bois.

- Mais Ju, qu'est-ce que tu fais ?

- Sam a planqué une bouteille de vodka hier soir, je la cherche.

- Mais non, on l'a fini la bouteille. 

- Il y en avait une deuxième.

Julien avait raison. Il a déniché la bouteille un peu plus tard et a engueulé Sam comme du poisson pourri ; à juste titre.

Sam qui, le même été, avait caché sous son oreiller des bonbons énergisants qu'une hôtesse nous avait donné en boite de nuit, alors que tout le monde avait déposé les siens sur la table.

Sam qui, à la fin d'un repas dans une pizzeria, avait insisté à payer exactement ce qu'il avait mangé parce que ça lui coutait moins que la division de l'addition que j'avais calculé en fonction du nombre de personnes présentes. Il n'avait pas pris d'apéritif, ni de dessert, ni de café et certainement l'une des pizzas les moins coûteuses.

Voilà maintenant seize ans que je ne l'ai pas vu. Est-ce que, comme dans Radin!, il débranche les rallonges avant d'aller dormir ? Collectionne t-il les bons de réduction ? Se cache t-il quand ses collègues font une quête au moment d'un départ en retraite ? Laisse t-il ses volets ouverts le soir pour éclairer son salon au réverbère ? Garde t-il des produits périmés depuis plusieurs années ? Mange t-il des demi steaks hachés à chaque repas ?

Dans le fond, ce qu'il devient, je m'en fiche mais il y a trois ou quatre ans, j'avais appris qu'il était adjoint au maire dans une petite commune... aux finances. J'espère que les agents de la collectivité territoriale n'en souffrent pas trop.

A part tout cela, Radin! est un film assez drôle.

Commentaires

  1. Je m'en souviens et J'ai bien ri en te lisant !!! Je me souviens aussi quand on l'a emmené dans le sud... au moment de payer l'essence dans une station 24/24 il nous a fait le coup de "j'ai pas de carte bancaire..."
    et puis aussi quand je lui avais payé un verre et que le lendemain il m'en a payé un, il a comparé le tarif des cocas dans les bars... et a choisi celui ou ca lui coûtait moins cher... et aussi il voulait pas mettre autant que nous dans la cagnotte parce qu'il ne buvait pas d'alcool ^^ peg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui !!! Tes souvenirs sont encore plus précis que les miens. Je me souvenais qu'il y avait eu une histoire autour d'un Coca avec toi mais je ne savais plus quoi exactement. Énorme !

      Supprimer
    2. Et il roulait les fenêtres fermées pour économiser de l'essence 😭

      Supprimer
    3. j'explose de rire! J'avais aussi oublié ce détail! Aujourd'hui, il doit être du genre à ne pas déclencher la climatisation parce que ça consomme plus d'essence. Il aurait pu jouer dans Radin!

      Supprimer
  2. Je suis sûre qu'il a une voiture sans clim ça coûte moins cher à l'achat

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça se trouve encore des voitures sans clim? Mais ne sous estimons pas les radins, ils sont capables de développer d'incroyables stratagèmes pour dépenser moins, et Sam n'était pas des plus mauvais

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …