Accéder au contenu principal

Radin! (2016) - Fred Cavayé


Il était très loin de mes pensées cet ami... ce copain... cette connaissance... enfin, ce gars qui s'était greffé à notre bande de potes pendant quelques années et qui avait d'énormes oursins dans le porte-monnaie. Son souvenir s'est rappelé à moi dès les premières minutes de Radin!

Qu'est devenu Sam, lui qui demandait très régulièrement, pour économiser de l'essence, qu'on vienne le chercher chez lui pour aller au bar de nuit où l'on avait pris l'habitude de passer nos samedis soir autour d'une bière entre deux parties de billard ou de baby-foot ? Pourtant, c'était lui qui avait le moins de route à faire !

Je crois que c'est Guillaume qui a endossé le plus souvent du rôle de taxi ; et moi, le plus rarement, parce que je n'aime pas qu'on se foute de ma gueule. Pour tout remerciement, Guillaume a eu droit à une Amstel... la bière la moins onéreuse... "pour le chauffeur !" lui avait lancé Sam, généreusement.

Sam, qui avait caché une bouteille de vodka dans l'appartement des parents de Guillaume à Saint-Cyr-sur-Mer où la petite bande que nous formions passait les vacances d'été, parce qu'un soir après être revenus de la plage, nous avions commencé à vider les bouteilles et il sentait bien qu'il allait falloir rallonger quelques billets dans la caisse commune.

Je vois encore Julien, énervé le lendemain matin, aller et venir dans l'appartement à la recherche de je ne savais quoi, alors que, affalé dans le canapé, je tentais de lutter contre une belle gueule de bois.

- Mais Ju, qu'est-ce que tu fais ?

- Sam a planqué une bouteille de vodka hier soir, je la cherche.

- Mais non, on l'a fini la bouteille. 

- Il y en avait une deuxième.

Julien avait raison. Il a déniché la bouteille un peu plus tard et a engueulé Sam comme du poisson pourri ; à juste titre.

Sam qui, le même été, avait caché sous son oreiller des bonbons énergisants qu'une hôtesse nous avait donné en boite de nuit, alors que tout le monde avait déposé les siens sur la table.

Sam qui, à la fin d'un repas dans une pizzeria, avait insisté à payer exactement ce qu'il avait mangé parce que ça lui coutait moins que la division de l'addition que j'avais calculé en fonction du nombre de personnes présentes. Il n'avait pas pris d'apéritif, ni de dessert, ni de café et certainement l'une des pizzas les moins coûteuses.

Voilà maintenant seize ans que je ne l'ai pas vu. Est-ce que, comme dans Radin!, il débranche les rallonges avant d'aller dormir ? Collectionne t-il les bons de réduction ? Se cache t-il quand ses collègues font une quête au moment d'un départ en retraite ? Laisse t-il ses volets ouverts le soir pour éclairer son salon au réverbère ? Garde t-il des produits périmés depuis plusieurs années ? Mange t-il des demi steaks hachés à chaque repas ?

Dans le fond, ce qu'il devient, je m'en fiche mais il y a trois ou quatre ans, j'avais appris qu'il était adjoint au maire dans une petite commune... aux finances. J'espère que les agents de la collectivité territoriale n'en souffrent pas trop.

A part tout cela, Radin! est un film assez drôle.

Commentaires

  1. Je m'en souviens et J'ai bien ri en te lisant !!! Je me souviens aussi quand on l'a emmené dans le sud... au moment de payer l'essence dans une station 24/24 il nous a fait le coup de "j'ai pas de carte bancaire..."
    et puis aussi quand je lui avais payé un verre et que le lendemain il m'en a payé un, il a comparé le tarif des cocas dans les bars... et a choisi celui ou ca lui coûtait moins cher... et aussi il voulait pas mettre autant que nous dans la cagnotte parce qu'il ne buvait pas d'alcool ^^ peg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui !!! Tes souvenirs sont encore plus précis que les miens. Je me souvenais qu'il y avait eu une histoire autour d'un Coca avec toi mais je ne savais plus quoi exactement. Énorme !

      Supprimer
    2. Et il roulait les fenêtres fermées pour économiser de l'essence 😭

      Supprimer
    3. j'explose de rire! J'avais aussi oublié ce détail! Aujourd'hui, il doit être du genre à ne pas déclencher la climatisation parce que ça consomme plus d'essence. Il aurait pu jouer dans Radin!

      Supprimer
  2. Je suis sûre qu'il a une voiture sans clim ça coûte moins cher à l'achat

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça se trouve encore des voitures sans clim? Mais ne sous estimons pas les radins, ils sont capables de développer d'incroyables stratagèmes pour dépenser moins, et Sam n'était pas des plus mauvais

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…