Accéder au contenu principal

Guns of the magnificent seven (1969) - Paul Wendkos


Il ne reste rien du casting original et c'est cette vieille baderne de George Kennedy qui remplace Yul Brynner pour jouer Chris.

Guns of the magnificent seven est pourtant plus convaincant que la précédente suite au célèbre film de John Sturges. Des efforts ont été faits pour que le scénario soit un peu plus intéressant que celui de Return of the seven (ce n'était pas difficile) et la mise en scène de Paul Wendkos est meilleure que celle de Burt Kennedy. Elle n'atteint cependant pas la classe du premier film, bien sûr. On sent quand même que les moyens ont été alloués afin d'obtenir un spectacle honnête.

Un village mexicain subit, non pas le harcèlement d'une bande de bandits comme c'était le cas dans les deux précédents films, mais celui de l'armée officielle du pays. N'ayant aucune aide des révolutionnaires dont le chef ne pense qu'à se distraire avec l'alcool et les femmes, les villageois n'ont pas d'autre choix que de chercher une aide extérieure.

Il s'agit quand même d'une vision très hollywoodienne du monde : vous, peuple opprimé, ne comptez pas sur vos sois-disant révolutionnaires locaux, ce sont des bons à rien, mais faites appel à nous, les valeureuses armes du monde libre car, pour vous sauver, nous sommes les meilleurs.

Le casting également est intéressant. S'il n'atteint pas la maestria de The magnificent seven, il a plus d'allure que celui du deuxième. Les efforts de caractérisation pour chaque personnage sont évidents ; et dans la bande, les bondophiles reconnaitront Bernie Casey (Felix Leiter dans Never say never again) et Joe Don Baker (Brad Whitaker dans The living daylights).

Guns of the magnificent seven n'est pas un chef d’œuvre mais il reste appréciable.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…