Accéder au contenu principal

Magnum Force (1973) - Ted Post


Malgré les foudres qui se sont abattues sur Dirty Harry en 1971, Clint Eastwood récidive deux ans plus tard avec ce Magnum Force où il enfile à nouveau le costume de l'inspecteur Harry Callahan. Je pourrais, comme beaucoup (trop) d'autres expliquer que cette suite est une réponse au supposé fascisme du personnage et du film précédent parce que l'inspecteur se trouve confronté à des flics qui n'hésitent pas à assassiner toutes sortes de délinquants, mafieux, proxénètes et autres individus responsables de tous les maux de la société et que Harry est loin d'approuver leurs méthodes.


Mais je ne ferais que répéter un discours qui m'inscrirait dans une chaîne moutonnière sans faire preuve du moindre esprit critique. Alors non. Quand on s'apprête à regarder un film dont les affiches mettent en évidence un Clint Eastwood brandissant un énorme revolver vers le public en exagérant délibérément la perspective, il ne faut pas s'attendre à un spectacle des plus tolérants vis-à-vis de la délinquance qu'elle qu'en soit la nature, ni à une pensée des plus ouvertes. C'est d'autant plus évident quand on voit John Milius, futur réalisateur de Conan the barbarian, au scénario et dont la fascination pour les armes à feu est de notoriété publique. Que les vierges effarouchées cessent leur petit jeu vis-à-vis de ce genre de cinéma et arrêtent de tenter d'en dégoûter les autres.

Ce deuxième opus (il y en aura cinq) prend le temps de développer un peu le personnage de Clint Eastwood en introduisant quelques séquences dans son appartement où l'on peut remarquer une photo de sa femme tuée par un chauffard. Ce genre de petit détail humanise un peu "Harry le charognard". On appréciera aussi de retrouver une nouvelle fois Lalo Schifrin à la bande originale et ses instrumentalisations superbement ancrées dans les années soixante-dix et parmi ce qu'il a fait de mieux pour le cinéma.


Au casting, parmi les flics extrémistes, on remarquera David Soul, futur Hutch de la série Starsky & Hutch. D'ailleurs, le charisme de l'acteur se démarque immédiatement parmi ces inquiétants personnages. C'est aussi le seul à qui est offert une scène de concours de tirs où il est opposé à Harry Callahan.

Le scénario est plutôt intéressant mais il est cependant dommage que le rythme du film s’affaiblisse dans sa dernière demi-heure. En comparaison, Dirty Harry maintenait la tension jusque dans ses dernières minutes. On pourra aussi estimer que la mise en scène, si elle est de bonne facture, est moins marquante que celle de Don Siegel.

Dans mon souvenir, Magnum Force était mieux réussi. Cela dit, Clint Eastwood est toujours aussi charismatique et percutant dans le rôle.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…

Casino Royale (1953) - Ian Fleming

Avant propos : la quasi intégralité de cet article a été rédigée avant le week-end James Bond au Touquet. C'est l'organisation de ce week-end qui m'a motivé pour me plonger à nouveau dans les origines de 007 plus de 20 ans après les avoir lu. Il y a quelques similitudes avec les propos de Jacques Layani lors de sa conférence du 8 octobre dernier mais en aucune façon, je n'ai copié ou récupéré ce qu'il a pu dire sur Ian Fleming et James Bond. Je tenais à le préciser afin d'éviter tout malentendu avec celles et ceux qui ont assisté à la conférence ainsi qu'avec Jacques Layani lui même.
"L'odeur d'un casino, mélange de fumée et de sueur, devient nauséabonde à trois heures du matin. L'usure nerveuse causée par le jeu - complexe de rapacité, de peur et de tension - devient insupportable ; les sens se réveillent et se révoltent."
C'est par ces mots que commence en 1953 la toute première intrigue de James Bond 007 imaginée par Ian Fleming,…

Lone wolf (2006) - Linwood Barclay

"Ce mardi-là, pendant que nous déjeunons, Trixie Snelling semble préoccupée. Pour tuer le temps, elle me raconte qu'elle écume les boutiques de déguisements afin de se procurer une arête osseuse frontale et satisfaire un client qui aime être dominé par une Klingon.
- Dans la série Star Trek, il y avait bien ces deux nanas klingon et ce chauve qui était le commandant ? me demande Trixie, qui sait que je suis une sorte d'autorité en matière de science-fiction.
- Ouais. Lursa et B'Etor Duras Deux sœurs humanoïdes. Elles essayaient d'éliminer le chancelier Gowron du Haut Conseil klingon.
Je marque une pause avant d'ajouter :
- Elles aimaient le cuir et les décolletés pigeonnants.
- De ce côté-là, ça va, rétorque-t-elle avec un petit mouvement de tête qui m'indique que mes connaissances approfondies ne l'impressionnent pas.
Parfois, je me demande pourquoi le cerveau rejette des informations importantes pour ne retenir que des bêtises."

C'est une plongée …