Accéder au contenu principal

Dawn of the dead (2004) - Zack Snyder


En 2004, quand j'ai entendu parler de l'arrivée d'un remake de Zombie, le célèbre film d'horreur de George A Romero, ma réaction fut d'abord d'être sceptique. Curieux malgré tout, je m'étais rendu au cinéma pour le voir et étonnamment, la version de Zack Snyder m'avait semblé assez bonne. Comme je m'y attendais, exit la critique de la société de consommation sous-entendu dans le film original mais le remake ne lésinant pas sur les effets sanglants et les scènes de tension et d'angoisse, je pouvais très bien m'en satisfaire. J'avais vu ce que j'étais venu chercher : des individus luttant pour leur survie dans un monde soudainement rempli de morts vivants. Sans pouvoir en expliquer les raisons, j'adore ce thème.


J'ai eu récemment envie de regarder à nouveau le DVD (peut-être est ce dû à ma lecture des comics Walking dead), en version intégrale du film bien évidemment, c'est-à-dire avec plus de gore et de zombies que dans la version cinéma. Qu'en est-il de Dawn of the dead, douze ans après sa sortie initiale ? Dans mon souvenir, c'était encore plus sanglant. Une petite déception de ce côté là donc mais graphiquement, il tient toujours la route et le rythme ne mollit jamais. Nous n'étions pas encore dans cette mode où la durée d'un film de fiction doit nécessairement avoisiner les deux heures et demi et plus.

En 2004, j'étais partagé sur l'idée de faire courir morts vivants. Cette fois, elle ne m'a pas du tout posé de problème. Elle constitue même un atout de tension supplémentaire. Les survivants doivent courir pour leur échapper, et vite !


Bien que se déroulant comme Zombie dans un centre commercial, aucun des personnages d'origine n'a été gardé et seules quelques allusions viennent rappeler le film de Romero, ce qui atténue considérablement le fait de se savoir en présence de quelque chose qui a déjà été fait. D'ailleurs, c'est presque à se demander pourquoi la filiation a été mise en avant. Ne soyons pas dupe cependant, l'intérêt est publicitaire. Risqué (tant Zombie est depuis longtemps une référence du cinéma gore) mais publicitaire. On remarquera cependant, dans un court rôle de shérif, Tom Savini, le responsable des maquillages et des effets sanglants du long métrage original.

La fin du film de Snyder est tout autant désespérée que celui de Romero. Fuyant le centre commercial à bord d'un hélicoptère dans Zombie, le visage des survivants trahissait leur pensée. Aucune illusion ne se lisait quant à la longévité de leur survie. Dans la version de Snyder, après avoir navigué à bord d'un voilier, ils atteignent une île... remplie de morts vivants.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…