Accéder au contenu principal

Le déjeuner de Sousceyrac (1931) - Pierre Benoit

"C'est un sauvage et dur pays que le Ségala, l'un des plus écartés, des plus ignorés de France. A la lisière du Cantal et du Lot, il n'est plus le Quercy, sans être tout à fait l'Auvergne. Abrupt plateau de roches schisteuses, de granits, de grès, il s'élève, par étages, sous les nuées, avec ses noires châtaigneraies, les maigres champs de seigle auxquels il doit son nom, ses landes qu'au crépuscule les troupeaux désertent, et dont les bruyères agitées sans fin par le triste vent de la nuit demeurent seules sous les étoiles."

Après des vacances dans le Lot cet été, j'ai souhaité poursuivre le plaisir de la découverte des lieux et c'est sur les conseils de Jacques Layani que j'ai lu Le déjeuner de Sousceyrac.

Philippe et Jean, deux amis qui rentrent en voiture à Paris, se voient dans l'obligation de faire une halte à Sousceyrac, un petit village du Haut-Quercy à cause d'un ennui mécanique. La famille de Philippe est originaire du village, et alors qu'ils sont installés à une table du restaurant Au déjeuner de Sousceyrac, il apprend qu'une vieille tante qu'il croyait sans un sou est décédée en laissant une petite fortune à un marchand de bois.

A travers son livre, Pierre Benoit s'amuse à décrire les Lotois avec leurs petites affaires et les manœuvres qui s'y rattachent. Les commerçants, le notaire le curé local, en somme la petite bourgeoisie locale, peu de personnes n'échappe à la plume de l'écrivain. Il est même assez surprenant de lire des portraits pouvant parfois être aussi cruels au sein d'un texte rédigé dans l'entre deux guerres. Ah! cette lente agonie du notaire qui, devant l'évidence de sa supercherie découverte, se refuse à l'admettre pour peu à peu glisser fatalement vers l'acceptation.

L'ensemble général est plutôt ironique. Diverses tromperies se font jour, jusqu'aux dernières lignes où l'histoire se conclue par une  dernière entourloupe.

Note : le restaurant où Philippe et Jean s'arrêtent, existe. Voici le lien vers son site internet :  http://www.au-dejeuner-de-sousceyrac.com/


Commentaires

  1. Une précision : le nom du restaurant, dans le livre, est Prunet, c'est le patronyme des propriétaires. C'est le grand succès du roman qui lui a donné l'occasion de s'intituler Au déjeuner de Sousceyrac. Cela dit, à voir son site, aujourd’hui, il me semble bien que les choses ont changé, depuis 1931 évidemment, mais aussi depuis la fois où j'y suis allé, il y a quelques années. Ce qu'on voit sur les images ne correspond guère, me semble-t-il, à ce qu'on servait alors, qui était extraordinairement bon et copieux. Il faudrait voir ce qu'il en est réellement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'avais bien noté le changement de nom, et visiblement, il y a toujours la mention "Prunet" sur leurs affiches.
      J'imagine bien que les choses ont changé depuis 1931, le contraire aurait été étonnant.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

Et puis ça fait bête d'être triste en maillot de bain (2013) - Amandine Dhée

"Elle est laide, aurait dit ma grand-mère lorsque je suis venue au monde.
C'est qu'il faut voir, tout juste sortie du ventre. Mes yeux qui débordent du visage sans jamais voir vraiment. Mes secousses du corps, impossibles à soulager.
Pesée, mesurée, testée. On me jette de petits coups d'yeux, on chuchote de moi. Les infirmières marchent feutré. Il fait chaud. Ça sent le produit de nettoyage et de soignage, le bonheur et la confusion.
Les visiteurs égarés ravalent leurs points d'interrogation. T'as eu mal ? T'es recousue ? T'as vu comme il est bizarre ton bébé ?"

Et puis ça fait bête d'être triste en maillot de bain est le récit d'une fille qui avance vers l'âge adulte, le regard posé sur le quotidien qui l'entoure, les gens, les codes de conduite en société, mais il y a toujours un "couac", un "hic" qui vient ternir le plaisir.
Le livre est plutôt court, l'écriture assez légère et l'ensemble est amusant et …