Accéder au contenu principal

Le déjeuner de Sousceyrac (1931) - Pierre Benoit

"C'est un sauvage et dur pays que le Ségala, l'un des plus écartés, des plus ignorés de France. A la lisière du Cantal et du Lot, il n'est plus le Quercy, sans être tout à fait l'Auvergne. Abrupt plateau de roches schisteuses, de granits, de grès, il s'élève, par étages, sous les nuées, avec ses noires châtaigneraies, les maigres champs de seigle auxquels il doit son nom, ses landes qu'au crépuscule les troupeaux désertent, et dont les bruyères agitées sans fin par le triste vent de la nuit demeurent seules sous les étoiles."

Après des vacances dans le Lot cet été, j'ai souhaité poursuivre le plaisir de la découverte des lieux et c'est sur les conseils de Jacques Layani que j'ai lu Le déjeuner de Sousceyrac.

Philippe et Jean, deux amis qui rentrent en voiture à Paris, se voient dans l'obligation de faire une halte à Sousceyrac, un petit village du Haut-Quercy à cause d'un ennui mécanique. La famille de Philippe est originaire du village, et alors qu'ils sont installés à une table du restaurant Au déjeuner de Sousceyrac, il apprend qu'une vieille tante qu'il croyait sans un sou est décédée en laissant une petite fortune à un marchand de bois.

A travers son livre, Pierre Benoit s'amuse à décrire les Lotois avec leurs petites affaires et les manœuvres qui s'y rattachent. Les commerçants, le notaire le curé local, en somme la petite bourgeoisie locale, peu de personnes n'échappe à la plume de l'écrivain. Il est même assez surprenant de lire des portraits pouvant parfois être aussi cruels au sein d'un texte rédigé dans l'entre deux guerres. Ah! cette lente agonie du notaire qui, devant l'évidence de sa supercherie découverte, se refuse à l'admettre pour peu à peu glisser fatalement vers l'acceptation.

L'ensemble général est plutôt ironique. Diverses tromperies se font jour, jusqu'aux dernières lignes où l'histoire se conclue par une  dernière entourloupe.

Note : le restaurant où Philippe et Jean s'arrêtent, existe. Voici le lien vers son site internet :  http://www.au-dejeuner-de-sousceyrac.com/


Commentaires

  1. Une précision : le nom du restaurant, dans le livre, est Prunet, c'est le patronyme des propriétaires. C'est le grand succès du roman qui lui a donné l'occasion de s'intituler Au déjeuner de Sousceyrac. Cela dit, à voir son site, aujourd’hui, il me semble bien que les choses ont changé, depuis 1931 évidemment, mais aussi depuis la fois où j'y suis allé, il y a quelques années. Ce qu'on voit sur les images ne correspond guère, me semble-t-il, à ce qu'on servait alors, qui était extraordinairement bon et copieux. Il faudrait voir ce qu'il en est réellement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'avais bien noté le changement de nom, et visiblement, il y a toujours la mention "Prunet" sur leurs affiches.
      J'imagine bien que les choses ont changé depuis 1931, le contraire aurait été étonnant.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…