Accéder au contenu principal

Le déjeuner de Sousceyrac (1931) - Pierre Benoit

"C'est un sauvage et dur pays que le Ségala, l'un des plus écartés, des plus ignorés de France. A la lisière du Cantal et du Lot, il n'est plus le Quercy, sans être tout à fait l'Auvergne. Abrupt plateau de roches schisteuses, de granits, de grès, il s'élève, par étages, sous les nuées, avec ses noires châtaigneraies, les maigres champs de seigle auxquels il doit son nom, ses landes qu'au crépuscule les troupeaux désertent, et dont les bruyères agitées sans fin par le triste vent de la nuit demeurent seules sous les étoiles."

Après des vacances dans le Lot cet été, j'ai souhaité poursuivre le plaisir de la découverte des lieux et c'est sur les conseils de Jacques Layani que j'ai lu Le déjeuner de Sousceyrac.

Philippe et Jean, deux amis qui rentrent en voiture à Paris, se voient dans l'obligation de faire une halte à Sousceyrac, un petit village du Haut-Quercy à cause d'un ennui mécanique. La famille de Philippe est originaire du village, et alors qu'ils sont installés à une table du restaurant Au déjeuner de Sousceyrac, il apprend qu'une vieille tante qu'il croyait sans un sou est décédée en laissant une petite fortune à un marchand de bois.

A travers son livre, Pierre Benoit s'amuse à décrire les Lotois avec leurs petites affaires et les manœuvres qui s'y rattachent. Les commerçants, le notaire le curé local, en somme la petite bourgeoisie locale, peu de personnes n'échappe à la plume de l'écrivain. Il est même assez surprenant de lire des portraits pouvant parfois être aussi cruels au sein d'un texte rédigé dans l'entre deux guerres. Ah! cette lente agonie du notaire qui, devant l'évidence de sa supercherie découverte, se refuse à l'admettre pour peu à peu glisser fatalement vers l'acceptation.

L'ensemble général est plutôt ironique. Diverses tromperies se font jour, jusqu'aux dernières lignes où l'histoire se conclue par une  dernière entourloupe.

Note : le restaurant où Philippe et Jean s'arrêtent, existe. Voici le lien vers son site internet :  http://www.au-dejeuner-de-sousceyrac.com/


Commentaires

  1. Une précision : le nom du restaurant, dans le livre, est Prunet, c'est le patronyme des propriétaires. C'est le grand succès du roman qui lui a donné l'occasion de s'intituler Au déjeuner de Sousceyrac. Cela dit, à voir son site, aujourd’hui, il me semble bien que les choses ont changé, depuis 1931 évidemment, mais aussi depuis la fois où j'y suis allé, il y a quelques années. Ce qu'on voit sur les images ne correspond guère, me semble-t-il, à ce qu'on servait alors, qui était extraordinairement bon et copieux. Il faudrait voir ce qu'il en est réellement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'avais bien noté le changement de nom, et visiblement, il y a toujours la mention "Prunet" sur leurs affiches.
      J'imagine bien que les choses ont changé depuis 1931, le contraire aurait été étonnant.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…