Accéder au contenu principal

Le déjeuner de Sousceyrac (1931) - Pierre Benoit

"C'est un sauvage et dur pays que le Ségala, l'un des plus écartés, des plus ignorés de France. A la lisière du Cantal et du Lot, il n'est plus le Quercy, sans être tout à fait l'Auvergne. Abrupt plateau de roches schisteuses, de granits, de grès, il s'élève, par étages, sous les nuées, avec ses noires châtaigneraies, les maigres champs de seigle auxquels il doit son nom, ses landes qu'au crépuscule les troupeaux désertent, et dont les bruyères agitées sans fin par le triste vent de la nuit demeurent seules sous les étoiles."

Après des vacances dans le Lot cet été, j'ai souhaité poursuivre le plaisir de la découverte des lieux et c'est sur les conseils de Jacques Layani que j'ai lu Le déjeuner de Sousceyrac.

Philippe et Jean, deux amis qui rentrent en voiture à Paris, se voient dans l'obligation de faire une halte à Sousceyrac, un petit village du Haut-Quercy à cause d'un ennui mécanique. La famille de Philippe est originaire du village, et alors qu'ils sont installés à une table du restaurant Au déjeuner de Sousceyrac, il apprend qu'une vieille tante qu'il croyait sans un sou est décédée en laissant une petite fortune à un marchand de bois.

A travers son livre, Pierre Benoit s'amuse à décrire les Lotois avec leurs petites affaires et les manœuvres qui s'y rattachent. Les commerçants, le notaire le curé local, en somme la petite bourgeoisie locale, peu de personnes n'échappe à la plume de l'écrivain. Il est même assez surprenant de lire des portraits pouvant parfois être aussi cruels au sein d'un texte rédigé dans l'entre deux guerres. Ah! cette lente agonie du notaire qui, devant l'évidence de sa supercherie découverte, se refuse à l'admettre pour peu à peu glisser fatalement vers l'acceptation.

L'ensemble général est plutôt ironique. Diverses tromperies se font jour, jusqu'aux dernières lignes où l'histoire se conclue par une  dernière entourloupe.

Note : le restaurant où Philippe et Jean s'arrêtent, existe. Voici le lien vers son site internet :  http://www.au-dejeuner-de-sousceyrac.com/


Commentaires

  1. Une précision : le nom du restaurant, dans le livre, est Prunet, c'est le patronyme des propriétaires. C'est le grand succès du roman qui lui a donné l'occasion de s'intituler Au déjeuner de Sousceyrac. Cela dit, à voir son site, aujourd’hui, il me semble bien que les choses ont changé, depuis 1931 évidemment, mais aussi depuis la fois où j'y suis allé, il y a quelques années. Ce qu'on voit sur les images ne correspond guère, me semble-t-il, à ce qu'on servait alors, qui était extraordinairement bon et copieux. Il faudrait voir ce qu'il en est réellement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'avais bien noté le changement de nom, et visiblement, il y a toujours la mention "Prunet" sur leurs affiches.
      J'imagine bien que les choses ont changé depuis 1931, le contraire aurait été étonnant.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…