Accéder au contenu principal

Seul à savoir (2010) - Patrick Bauwen

"Le plaisir d'être surpris.
Voilà l'émotion essentielle.
Marion  était assise sur le toit de l'Hôtel-Dieu, l'un des plus anciens hôpitaux de Paris. Il faisait un peu froid, et elle regardait la neige tomber sur la capitale.
En bas, les lumières de Noël brillaient sur le tapis blanchâtre qui recouvrait le parvis de la cathédrale Notre-Dame. Il était quatre heures du matin et seules quelques voitures circulaient encore. De rares passants rentraient chez eux, solitaires. Les bruits atténués semblaient étouffés par du coton. Marion contemplait la scène en essayant de capturer chaque son, chaque détail,la moindre texture, jusqu'au goût de la neige sur la langue. Elle hésitait presque à battre des paupières de peur de perturber cet instant fragile. Elle n'avait que vingt ans, mais elle savait déjà que ce genre de moment était le fruit d'une alchimie unique, et qu'il ne se reproduirait plus. Alors, elle essayait d'en profiter encore un peu."

Au début de la lecture d'un livre dont je ne sais rien de l'auteur, il y a toujours cette crainte d'être déçu. Cela est d'autant plus vrai en matière de thrillers qu'il m'arrive de me dire que dans le genre, tout a été dit, tout a été écrit.

Ce qui distingue Patrick Bauwen des autres est qu'il est médecin urgentiste. De ce fait, ce qu'il rédige autour du domaine hospitalier et médical possède le goût de la vérité. C'est assez flagrant au sujet des salles de garde des hôpitaux, à propos des fresques qui habillent leurs murs et des rituels et des coutumes qui les entourent. J'ignorais tout de ces lieux jusqu'à ce que je lise un article de presse leur étant consacré, il y a plusieurs années déjà, et dont une description vivante est relatée dans Seul à savoir.

Marion, assistante d'une productrice d'une chaîne de télévision, est contactée par un inconnu sur Facebook. Ignorant le message, elle reçoit le lendemain un e-mail de la même personne, sur sa boite professionnelle. En pièce jointe, une photo de Nathan, son amour disparu sans laisser de trace du jour au lendemain, plus de dix ans auparavant.

Il s'agit donc d'une trame assez classique, celle d'un mystère du passé qui ressurgit alors que l'individu qui en avait été confronté le croyait enfoui à jamais. Seul à savoir n'est pas déplaisant à la lecture et tient les promesses que le lecteur est en droit d'attendre avec ce genre de littérature. Le suspense est bon, certaines situations sont plutôt haletantes et Marion, qui est sous l'emprise et la manipulation d'un personnage insaisissable, "le troyen", est assez attachante de par sa vulnérabilité comme de sa volonté.

Comme dans tous romans de ce type, il y a les habituels raccourcis. Tout dépend ensuite de la tolérance du lecteur à les accepter ou non. Me concernant, je suis plutôt tolérant à ce sujet, tant qu'ils ne sont pas trop gros. Ceux que l'on peut rencontrer avec Seul à savoir ne m'ont pas posé trop de problème mais, sans révéler le fond de l'intrigue, le personnage de Nathan fait une chose tellement hallucinante que je me suis demandé comment il pouvait prétendre être si amoureux de Marion et surtout comment, elle, pouvait continuer ensuite à lui manifester le même amour. Il y a là quelque chose qui me dépasse. Bref, dans les dernières pages, le Nathan me paraissait parfaitement infréquentable et odieux.

C'est un peu dommage que le personnage qui est le moteur principal de l'enquête paraisse, dans les derniers chapitres, nettement moins sympathique que ce qu'il semblait être et surtout assez incompréhensible que son amour reste toujours aussi fort après ce qu'il a fait.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…