Accéder au contenu principal

Dirty Harry (1971) - Don Siegel


L'histoire est connue, Dirty Harry est le film qui a valu à Clint Eastwood d'être qualifié de fasciste, une réputation qu'il a trainée jusqu'à aujourd'hui. Certes, le personnage de l'inspecteur Harry Callahan n'est pas le plus ouvert des hommes mais de là à le traiter de fasciste, voilà un qualificatif que je n'ai jamais approuvé et que je n'approuverai jamais. Harry Callahan est un individualiste qui se place prioritairement du côté des droits des victimes plutôt que ceux des criminels, une position qui le conduit à  s'opposer régulièrement à une administration aveugle et sourde tant elle est enfermée dans des principes qu'il ne reconnait pas ; une position un brin caricaturale mais servant de nombreuses œuvres du même genre.

Il est assez rare de lire un sujet sur Dirty Harry ne se focalisant pas sur son aspect réactionnaire et dans les forums, il y a toujours une ou plusieurs personnes pour venir fustiger son supposé fascisme. Clint Eastwood a pu à de nombreuses reprises affirmer qu'il n'y avait jamais eu la moindre intention politique derrière ce film, Dirty Harry traine définitivement une réputation polémique ; tout comme son interprète car, à l'inverse de la plupart des cinéastes et des acteurs hollywoodiens, il n'est pas démocrate mais républicain.


Plutôt donc que de traiter de cet angle qui dans le fond ne m'intéresse pas, je souhaite d'abord mettre l'accent sur les qualités artistiques, et éventuellement les faiblesses, du premier long métrage mettant en scène Harry Callahan, Clint Eastwood l'ayant interprété finalement à cinq reprises (viendront s'ajouter Magnum force, The enforcer, Sudden impact et enfin The dead pool).

Je pense qu'il est possible de considérer ce film comme l'un des premiers représentants du polar urbain, dans ce que le genre peut avoir de moderne à l'époque. Nous avons un flic qui, face à la montée de la violence en ville, a décidé que la façon de faire devait être autre. Débarrassé de la paperasserie administrative, il faut agir.


En plus de l'intrigue principale où un déséquilibré fait régner la peur sur San Francisco, les activités policières quotidiennes de l'inspecteur Harry sont filmées. Là, il intervient sur le braquage d'une banque, ici, il empêche un homme de se suicider, etc. Et à chaque fois, il emploie la manière forte. En parallèle, la caméra suit Scorpio dont la voie vers la folie semble inéluctable. Quelques séquences en dehors du fil conducteur peuvent apparaitre comme des moments de remplissage afin que le film fasse une durée de cinéma raisonnable.

La mise en scène est de bonne tenue et un bon nombre de plans sont destinés à marquer les esprits comme plusieurs répliques d'une cruelle ironie. J'aime assez la bande originale composée par Lalo Schifrin, très seventies.

 Aujourd'hui, Dirty Harry est une référence et fait figure de classique dans le cinéma policier.

NB : ce que j'ignorais jusqu'à encore récemment est que Dirty Harry avait été inspiré par les crimes du tueur du Zodiaque à la fin des années soixante, en Californie.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…