Accéder au contenu principal

Dirty Harry (1971) - Don Siegel


L'histoire est connue, Dirty Harry est le film qui a valu à Clint Eastwood d'être qualifié de fasciste, une réputation qu'il a trainée jusqu'à aujourd'hui. Certes, le personnage de l'inspecteur Harry Callahan n'est pas le plus ouvert des hommes mais de là à le traiter de fasciste, voilà un qualificatif que je n'ai jamais approuvé et que je n'approuverai jamais. Harry Callahan est un individualiste qui se place prioritairement du côté des droits des victimes plutôt que ceux des criminels, une position qui le conduit à  s'opposer régulièrement à une administration aveugle et sourde tant elle est enfermée dans des principes qu'il ne reconnait pas ; une position un brin caricaturale mais servant de nombreuses œuvres du même genre.

Il est assez rare de lire un sujet sur Dirty Harry ne se focalisant pas sur son aspect réactionnaire et dans les forums, il y a toujours une ou plusieurs personnes pour venir fustiger son supposé fascisme. Clint Eastwood a pu à de nombreuses reprises affirmer qu'il n'y avait jamais eu la moindre intention politique derrière ce film, Dirty Harry traine définitivement une réputation polémique ; tout comme son interprète car, à l'inverse de la plupart des cinéastes et des acteurs hollywoodiens, il n'est pas démocrate mais républicain.


Plutôt donc que de traiter de cet angle qui dans le fond ne m'intéresse pas, je souhaite d'abord mettre l'accent sur les qualités artistiques, et éventuellement les faiblesses, du premier long métrage mettant en scène Harry Callahan, Clint Eastwood l'ayant interprété finalement à cinq reprises (viendront s'ajouter Magnum force, The enforcer, Sudden impact et enfin The dead pool).

Je pense qu'il est possible de considérer ce film comme l'un des premiers représentants du polar urbain, dans ce que le genre peut avoir de moderne à l'époque. Nous avons un flic qui, face à la montée de la violence en ville, a décidé que la façon de faire devait être autre. Débarrassé de la paperasserie administrative, il faut agir.


En plus de l'intrigue principale où un déséquilibré fait régner la peur sur San Francisco, les activités policières quotidiennes de l'inspecteur Harry sont filmées. Là, il intervient sur le braquage d'une banque, ici, il empêche un homme de se suicider, etc. Et à chaque fois, il emploie la manière forte. En parallèle, la caméra suit Scorpio dont la voie vers la folie semble inéluctable. Quelques séquences en dehors du fil conducteur peuvent apparaitre comme des moments de remplissage afin que le film fasse une durée de cinéma raisonnable.

La mise en scène est de bonne tenue et un bon nombre de plans sont destinés à marquer les esprits comme plusieurs répliques d'une cruelle ironie. J'aime assez la bande originale composée par Lalo Schifrin, très seventies.

 Aujourd'hui, Dirty Harry est une référence et fait figure de classique dans le cinéma policier.

NB : ce que j'ignorais jusqu'à encore récemment est que Dirty Harry avait été inspiré par les crimes du tueur du Zodiaque à la fin des années soixante, en Californie.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…