Accéder au contenu principal

Comme un enfant perdu - Autobiographie (2016) - Renaud Séchan


Combien de livres au sujet de Renaud ont été publiés ? Je n'en ai aucune idée mais il en existe un paquet. Moi même, j'en ai deux. Un premier écrit par Régis Lefèvre, Dès que le vent soufflera, sorti en 1985 et un second que l'on doit à Thierry Séchan, le frère du chanteur, Bouquin d'enfer paru en 2002. Si je n'ai pas de souvenirs du contenu du livre de Lefèvre (ce ne serait pas inintéressant de se replonger dedans d'ailleurs), celui de Thierry Séchan m'a laissé un goût amer à sa lecture. En effet, le frère de Renaud n'hésite pas à faire part de ses convictions politiques, pour afficher des sympathies plus que douteuses, et visiblement bien éloignées de celles de son illustre cadet. De quoi regretter d'avoir participé financièrement à l'achat  d'une des chemises du frère Séchan.

La littérature sur Renaud est donc abondante et pas forcément satisfaisante ; et je ne compte pas le nombre invraisemblable d'articles dans les revues people "qui n'impriment, que des ragots, que des salades".  Il ne manquait donc que le principal intéressé pour s'y coller et en profiter peut-être pour remettre quelques pendules à l'heure.

Dès les premiers mots, j'ai retrouvé le Renaud que j'aime, dans sa façon de s'exprimer. Bien sûr, ne soyons pas dupes, il ne l'a pas écrit seul, on sait que pas mal d'artistes se font aider et Renaud ne se distingue pas des autres. A la fin, il remercie un certain Lionel Duroy qui l'a accompagné pendant la rédaction de son livre mais au moins, il n'y a pas de trahison dans le langage employé.

De son enfance jusqu'à son récent album, Renaud parcourt sa vie avec sincérité et honnêteté. Ainsi, il n'hésite pas à reconnaitre que son grand-père, le Oscar de la chanson qui porte son prénom, avait rejoint le PPF pendant l'occupation et que son père avait travaillé pour Radio Paris, pour traduire des textes. Pour Renaud, c'est un poids qu'il a du supporter toute sa vie.

Il éclaircit aussi les raisons qui l'ont conduit à sombrer deux fois dans un alcoolisme ravageur et qui lui a coûté deux mariages : une paranoïa aigüe, la première fois au cours et après un voyage en URSS où il a donné un concert qui s'est mal passé. Il s'est alors mis à voir des espions du KGB un peu partout jusqu'en bas de chez lui. La seconde fois, ce fut après un voyage à Cuba où ses angoisses sont remontées et il s'est mis à voir des agents cubains à chaque coin de rue.

Il évoque aussi ses souvenirs de tournage pour Germinal, pour lequel il a finalement accepté de jouer Lantier après plusieurs refus de sa part et surtout après avoir appris que Claude Berri avait, par défaut, proposé le rôle à Patrick Bruel. J'aurais apprécié qu'il écrive aussi quelques mots au sujet de son deuxième long métrage sorti en 2003, Crime spree, (devenu Wanted en France) car je me souviens qu'à l'annonce du lancement du tournage, j'ai d'abord cru à une blague. Renaud en compagnie de Gérard Depardieu, Johnny Hallyday, Saïd Taghmaoui, Richard Bohringer, Harvey Keitel et quelques autres dans un polar américain réalisé par Brad Mirman, scénariste de quelques navets avec Christophe Lambert, il y avait quand même de quoi exploser de rire devant un tel canular. Eh bien non, ce film existe bel et bien. On peut comprendre qu'il n'en parle pas, ce n'est pas du grand cinéma.

Les passages les plus touchants sont peut-être ceux où il évoque ses copains et ses amis, le désespoir que lui a causé la mort tragique de quelques-uns d'entre eux, Desproges, Coluche, et d'autres non célèbres.

Renaud lève également le voile sur la signification de certaines de ses chansons, notamment sur le personnage de Gérard Lambert sur lequel il ironise à deux reprises. Même si je m'en doutais fortement, il s'agit de Gérard Lanvin, à qui il piquera Dominique, sa première femme. J'aurais pourtant apprécié qu'il éclaircisse l'origine de Chanson dégueulasse qui me fait mourir de rire à chaque fois que je l'écoute, pourtant dans un album plutôt sombre, Putain de camion.

Je m'étais donné l'occasion d'exprimer mon admiration pour ce gars ICI. Depuis plus de trente ans, sa musique et ses mots m'accompagnent dans les bons et les mauvais moments, dans la grâce et la douleur. Je l'aimerai toujours.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…