Accéder au contenu principal

Il buono, il brutto, il cattivo (1966) - Sergio Leone


J'ai eu l'occasion de voir Il buono, il brutto, il cattivo dans une salle de cinéma en 2003 ou 2004, à l'occasion d'une ressortie. Je l'avais vu à plusieurs reprises sur un écran de télévision auparavant. En plus du plaisir de découvrir une version longue inédite, celle sensée être la plus proche de la vision de Sergio Leone, ce fut une entière redécouverte. Certains films prennent tout leur sens sur grand écran et c'est le cas avec celui-ci. Je vis un cinémascope éblouissant, qui m'a laissé pantois d'admiration. Depuis ce jour, Il buono, il brutto, il cattivo est mon film favori, tous genres confondus.

Il ne s'agit pas uniquement d'une réussite formelle. Ce western est aussi une réussite scénaristique. Ce qui est à l'origine une simple chasse au trésor devient une traversée dans l'Ouest américain en pleine guerre de sécession, où se succèdent des personnages souvent pittoresques et où se construit un discours sur la guerre et son absurdité. Ainsi, les combats autour du pont entre les soldats de l'Union et les confédérés, des soldats abrutis par l'alcool, cessent dès que le pont est détruit et les lieux sont rapidement abandonnés. Il ne s'agissait donc nullement d'un point stratégique.


Un autre moment marquant est celui où Tuco surgit du désert assoiffé, pour se plonger le visage dans un seau d'eau puis imposer sa présence dans une armurerie pour se confectionner un révolver qu'il essaiera sur des personnages en bois représentant des indiens et se barrer sans payer. En quelques minutes, Sergio Leone a résumé sa vision de la conquête de l'Ouest ; et toutes ces scènes, et bien d'autres, sont appuyées par des dialogues d'une ironie souvent mordante.

Sur l'emplacement du trésor, 200 000 dollars en pièces d'or, le suspense à son sujet est maintenu jusque dans les dernières minutes du film, après le fameux duel... à trois, en plein centre d'un cimetière. Ce duel, j'ai beau l'avoir vu plus d'une dizaine de fois, je reste toujours ébahi par sa chorégraphie. La bande originale d'Ennio Morricone en totale symbiose avec le montage en fait l'un des plus grands moments de cinéma. Ennio Morricone, le maître compositeur des longs métrages de Sergio Leone et de quelques autres westerns italiens, livre ici ses meilleures partitions, une musique inoubliable. Il fait par exemple de la découverte de Sad Hill par Tuco un intense moment de lyrisme qui, au cinéma, m'avait ébloui.


Dans l'univers de Sergio Leone, les apparences sont très relatives. Le bon (Clint Eastwood) n'est pas aussi bon qu'il en a l'air et le truand (Eli Wallach) pas assez malin pour duper tout le monde. Seul le troisième personnage, la brute (Lee Van Cleef), paraissait correspondre à son qualificatif, jusqu'à cette version longue où l'ajout de nouvelles scènes vient adoucir son caractère d'être impitoyable, notamment lorsqu'il semble troublé à la vision de soldats estropiés par les combats.

Après Per un pugno di dollari et Per qualche dollaro in più, Il buono, il brutto, il cattivo clôt magistralement une trilogie communément dénommée la trilogie des dollars. Par la suite, Sergio Leone fera d'autres films, dont deux westerns, avec la volonté d'explorer l'histoire des États-Unis à travers différentes périodes.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…