Accéder au contenu principal

Icebreaker (1983) - John Gardner

"Le complexe de la Mission commerciale militaire de la République socialiste populaire de Libye est situé près de la côte, à une quinzaine de kilomètres au sud-est de Tripoli. Un rideau d'eucalyptus, de cyprès et de pins le dissimule aux regards indiscrets. Vu du ciel, on dirait une prison. Trois clôtures anti-cyclones d'une hauteur de six mètres, surmontées d'un mètre de barbelé et de fil électrique, en forment l'enceinte.
La nuit, des chiens sont lâchés entre les clôtures et des patrouilles, en voitures blindées Cascavel, font des rondes régulières.
Les bâtiments du quartier sont avant tout fonctionnels. Une caserne basse, construite en bois, abrite les forces de sécurité ; deux immeubles plus confortables font office d' "hôtels" ; le premier héberge les délégués militaires étrangers, le second leurs homologues libyens."

Lire Ian Fleming une deuxième fois fut une profonde redécouverte de l'écrivain et du personnage qu'il a créé ; j'ai ensuite décidé de continuer avec les auteurs qui ont été chargés de perdurer les aventures littéraires de James Bond.

Les deux premiers romans de John Gardner (Licence renewed et For special services) sont des déceptions et ce n'est pas ce Icebreaker qui remonte le niveau. Dès les premières pages, j'ai vu poindre l'ennui. En plus d'un manque évident de personnalité dans l'écriture - je n'exige pourtant pas la lune, juste un récit bien construit suscitant un minimum d'excitation - je ne retrouve pas ce James Bond souvent à la limite de la dépression que Fleming a su si bien développé ni ces ambiances qu'il savait installer.

Chez Gardner, l'influence cinématographique se ressent fortement. Or, en 1983, c'est la période Roger Moore qui est loin d'être la meilleure. De mon point de vue, c'est même la pire. Pourtant, il met en place une situation qui avait du potentiel, celui d'être dans la lignée d'une Agatha Christie. Ian Fleming lui même l'avait fait dans Moonraker.

En Arctique, à la frontière russo-finlandaise dans une station de ski au milieu des neiges et des glaces, des agents de différents pays (Etats-Unis, URSS, Israël et Grande-Bretagne, cette dernière étant bien entendu représentée par James Bond) sont regroupés dans le but d'enquêter et d'arrêter une certaine armée d'action national-socialiste vraisemblablement dirigée par un ancien criminel de guerre nazi. Rapidement, 007 soupçonne la présence d'un traitre parmi les membres de l'opération Brise-Glace.

Hélas, l'écrivain est incapable de créer la moindre tension, le moindre suspense et se contente d'enchainer des événements sans grande finesse. Tout est plutôt caricatural et finalement barbant ; à tel point que le bouquin m'est tombé des mains avant d'atteindre la fin, me fichant entièrement de savoir qui pouvait bien être la brebis galeuse du groupe.
.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…