Accéder au contenu principal

James Bond : l'encyclopédie (2015) - John Cork & Collin Stutz

Pour ce livre illustré de nombreuses photographies, John Cork et Collin Stutz ont effectué un important travail de recensement. Les acteurs ayant incarné James Bond sont bien entendu décrits, comme les alliés soutenant et assistant 007 dans les films, de Dr No à Skyfall (le travail semble avoir été achevé avant la sortie de SPECTRE), les ennemis, les girls, jusqu'à des personnages plus secondaires ainsi que les véhicules, les armes et les gadgets qui apparaissent en plus de cinquante années d'aventures.

Ils n'oublient pas de mentionner parfois ce qu'il en est des romans et des nouvelles de Ian Fleming même si on pourra regretter, une fois de plus, que le traitement qui leur est réservé soit nettement moins conséquent. Mais que voulez-vous, le 007 originel est moins vendeur...

Nous avons les sujets classiques comme les différents interprètes de James Bond, les alliés, les ennemis, les girls, les véhicules, les gadgets, etc. Il y a cependant quelque chose qui devient assez fascinant dans cet ouvrage, les auteurs ont poussé leurs descriptions jusqu'à des personnages et des éléments très secondaires. Aux M, Miss Moneypenny, Blofeld, Jaws et autres Honeychile Rider et Xenia Onatopp, s'ajoutent par exemple l'assassin dans l'arbre de Moonraker ou Linda, la femme qui s'ennuie sur son yacht dans le prégénérique de The living daylights... avant l’atterrissage de 007 sur son bateau. D'ailleurs, c'est en lisant ce livre que j'ai appris qu'elle se nommait ainsi ; de mémoire, il ne me semble pas que son prénom soit simplement prononcé. Ainsi, tous les personnages décrits, jusqu'aux plus anonymes, ont leur biographie.

Il semble que Cork et Stutz ont eu accès aux scripts des films et parfois, l'explication sur des points précis a pu différer par rapport à ce que j'imaginais. Concernant GoldenEye par exemple, ils expliquent que c'est Alec Trevelyan qui vole l'hélicoptère Tigre à Monaco en compagnie de Xenia Onatopp. Or, j'ai toujours considéré qu'il s'agissait de Ourumov. En effet, on ne voit pas directement qui prend la place de l'Amiral Farrel, mais les traits du visage du militaire russe m'apparaissent plus proches de ceux de l'Amiral. De plus, la séquence qui suit avec l'hélicoptère, met en scène Ourumov et Onatopp descendant de l'appareil à Severnaya. Il y a pour moi une suite logique dans l'enchaînement des deux scènes. Cependant, en écrivant ces lignes, je me rends compte que ce qu'écrivent les auteurs de cette encyclopédie se tient, l'identité de Janus étant un point clé du scénario qu'il convient de garder secrète jusqu'à la rencontre avec James Bond.

Les auteurs du livre font également une remarque pertinente à propos du lien qui unit 007 et Valentin Zukovsky et sur laquelle je n'avais pas eu conscience. Nous savons dans GoldenEye que si Zukovsky boîte, c'est en raison d'un coup de feu tiré dans son genou par James Bond pendant la guerre froide. John Cork et Collin Stutz écrivent à propos de l'ancien agent du KGB : "Lorsqu'il comprend qu'Elektra et son amant Renard ont tué Nikolai, Zukovsky voit rouge - mais Elektra le tue avant qu'il n'ait pu réagir. Juste avant de mourir, il parvient malgré tout à tirer une balle avec l'arme dissimulée dans sa canne, libérant par-là même Bond d'une chaise de torture. Ironie de l'histoire, Zukovsky utilisait cette canne depuis que Bond lui avait mutilé le genou... et c'est à cela que 007 doit la vie". Une scène à laquelle on assiste dans The world is not enough. Le troisième Brosnan serait-il plus subtil qu'il n'en parait ?

La même exigence de recensement a donc été maintenue pour les véhicules puisque de l'Aston-Martin DB V au Meyers 200A, le monomoteur que l'on voit rapidement dans You only live twice, tout ce qui roule, vole et flotte dans les films a fait l'objet d'une fiche descriptive. Il en va de même pour l'équipement et les différents gadgets utilisés par James Bond ou d'autres personnages.

Bien que l'univers bondien ait de moins en moins de secret pour moi, j'ai pu enrichir un peu mes connaissance à son sujet. James Bond : l'encyclopédie est une référence.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…