Accéder au contenu principal

James Bond : l'encyclopédie (2015) - John Cork & Collin Stutz

Pour ce livre illustré de nombreuses photographies, John Cork et Collin Stutz ont effectué un important travail de recensement. Les acteurs ayant incarné James Bond sont bien entendu décrits, comme les alliés soutenant et assistant 007 dans les films, de Dr No à Skyfall (le travail semble avoir été achevé avant la sortie de SPECTRE), les ennemis, les girls, jusqu'à des personnages plus secondaires ainsi que les véhicules, les armes et les gadgets qui apparaissent en plus de cinquante années d'aventures.

Ils n'oublient pas de mentionner parfois ce qu'il en est des romans et des nouvelles de Ian Fleming même si on pourra regretter, une fois de plus, que le traitement qui leur est réservé soit nettement moins conséquent. Mais que voulez-vous, le 007 originel est moins vendeur...

Nous avons les sujets classiques comme les différents interprètes de James Bond, les alliés, les ennemis, les girls, les véhicules, les gadgets, etc. Il y a cependant quelque chose qui devient assez fascinant dans cet ouvrage, les auteurs ont poussé leurs descriptions jusqu'à des personnages et des éléments très secondaires. Aux M, Miss Moneypenny, Blofeld, Jaws et autres Honeychile Rider et Xenia Onatopp, s'ajoutent par exemple l'assassin dans l'arbre de Moonraker ou Linda, la femme qui s'ennuie sur son yacht dans le prégénérique de The living daylights... avant l’atterrissage de 007 sur son bateau. D'ailleurs, c'est en lisant ce livre que j'ai appris qu'elle se nommait ainsi ; de mémoire, il ne me semble pas que son prénom soit simplement prononcé. Ainsi, tous les personnages décrits, jusqu'aux plus anonymes, ont leur biographie.

Il semble que Cork et Stutz ont eu accès aux scripts des films et parfois, l'explication sur des points précis a pu différer par rapport à ce que j'imaginais. Concernant GoldenEye par exemple, ils expliquent que c'est Alec Trevelyan qui vole l'hélicoptère Tigre à Monaco en compagnie de Xenia Onatopp. Or, j'ai toujours considéré qu'il s'agissait de Ourumov. En effet, on ne voit pas directement qui prend la place de l'Amiral Farrel, mais les traits du visage du militaire russe m'apparaissent plus proches de ceux de l'Amiral. De plus, la séquence qui suit avec l'hélicoptère, met en scène Ourumov et Onatopp descendant de l'appareil à Severnaya. Il y a pour moi une suite logique dans l'enchaînement des deux scènes. Cependant, en écrivant ces lignes, je me rends compte que ce qu'écrivent les auteurs de cette encyclopédie se tient, l'identité de Janus étant un point clé du scénario qu'il convient de garder secrète jusqu'à la rencontre avec James Bond.

Les auteurs du livre font également une remarque pertinente à propos du lien qui unit 007 et Valentin Zukovsky et sur laquelle je n'avais pas eu conscience. Nous savons dans GoldenEye que si Zukovsky boîte, c'est en raison d'un coup de feu tiré dans son genou par James Bond pendant la guerre froide. John Cork et Collin Stutz écrivent à propos de l'ancien agent du KGB : "Lorsqu'il comprend qu'Elektra et son amant Renard ont tué Nikolai, Zukovsky voit rouge - mais Elektra le tue avant qu'il n'ait pu réagir. Juste avant de mourir, il parvient malgré tout à tirer une balle avec l'arme dissimulée dans sa canne, libérant par-là même Bond d'une chaise de torture. Ironie de l'histoire, Zukovsky utilisait cette canne depuis que Bond lui avait mutilé le genou... et c'est à cela que 007 doit la vie". Une scène à laquelle on assiste dans The world is not enough. Le troisième Brosnan serait-il plus subtil qu'il n'en parait ?

La même exigence de recensement a donc été maintenue pour les véhicules puisque de l'Aston-Martin DB V au Meyers 200A, le monomoteur que l'on voit rapidement dans You only live twice, tout ce qui roule, vole et flotte dans les films a fait l'objet d'une fiche descriptive. Il en va de même pour l'équipement et les différents gadgets utilisés par James Bond ou d'autres personnages.

Bien que l'univers bondien ait de moins en moins de secret pour moi, j'ai pu enrichir un peu mes connaissance à son sujet. James Bond : l'encyclopédie est une référence.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…