Accéder au contenu principal

The Texas chainsaw massacre 2 (1986) - Tobe Hooper


The Texas chain saw massacre, premier du nom, est un film violent mais absolument pas sanglant. Les effusions d'hémoglobine sont toujours hors champs. Le parti pris pour la première suite, à nouveau réalisée par Tobe Hooper, est radicalement différente. The Texas chainsaw massacre 2  se veut gore et grand guignol.

Malgré les outrances toujours aussi percutantes (hum...) aujourd'hui, dans mon souvenir, le film était encore plus trash et sanglant ; une bonne dizaine d'années que je n'avais pas mis le DVD "édition sanglante" dans un lecteur.

Cette suite débute par la victoire de Drayton (Jim Siedow), un personnage déjà présent dans le premier opus, à un concours du meilleur chili con carne local. Pour celles et ceux qui n'auront pas d'emblée percuté qu'il a été fait à partir de viande humaine, le film le fera bien comprendre par la suite, à coups de propos primitifs, de rires hystériques et de beuglements débiles, dans une ambiance survoltée à l'intérieur d'un parc d'attraction à l'abandon, un lieu renforçant le sentiment d'assister à une foire grotesquement drôle.


A plusieurs reprises, il m'est arrivé de lire que Tobe Hooper avait volontairement forcé l'humour ici parce que le public n'avait pas perçu celui qu'il avait installé dans le premier. Personnellement, le premier film m'a toujours fait rire car il m'est impossible de faire autrement devant une famille de barjots vivant au milieu d'ossements humains et de cadavres en décomposition.

Ce qui saute aussi aux yeux, c'est la critique du capitalisme. La folie de la famille "tronçonneuse" semble avoir pour origine la faillite de leurs abattoirs, dont ils ne se sont jamais remis. Le parc d'attraction déliquescent où elle semble s'être définitivement installée sert aussi de symbolique à cette société où tout ce qui ne survit pas est voué, non pas à disparaitre entièrement, mais à pourrir lentement sur place, comme les êtres humains victimes du même pourrissement.

Le personnage du Texas Ranger Lefty (Dennis Hopper), bien que n'étant pas membre de la famille, se révèle également assez allumé. Il s'agit de l'oncle de deux victimes du premier film qui recherche les responsables de leur disparition. Plus de dix ans qu'il essaie de leur mettre le grappin dessus, quelle persévérance !

Malgré tout, The Texas chainsaw massacre 2 a un sérieux écueil. Tobe Hooper nous refait le coup du repas familial qui dégénère, comme dans le premier, mais il n'a pas la même intensité. Des longueurs deviennent alors un peu ennuyeuses. C'est dommage car le rythme, jusque là, tenait la route.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…