Accéder au contenu principal

The Texas chainsaw massacre 2 (1986) - Tobe Hooper


The Texas chain saw massacre, premier du nom, est un film violent mais absolument pas sanglant. Les effusions d'hémoglobine sont toujours hors champs. Le parti pris pour la première suite, à nouveau réalisée par Tobe Hooper, est radicalement différente. The Texas chainsaw massacre 2  se veut gore et grand guignol.

Malgré les outrances toujours aussi percutantes (hum...) aujourd'hui, dans mon souvenir, le film était encore plus trash et sanglant ; une bonne dizaine d'années que je n'avais pas mis le DVD "édition sanglante" dans un lecteur.

Cette suite débute par la victoire de Drayton (Jim Siedow), un personnage déjà présent dans le premier opus, à un concours du meilleur chili con carne local. Pour celles et ceux qui n'auront pas d'emblée percuté qu'il a été fait à partir de viande humaine, le film le fera bien comprendre par la suite, à coups de propos primitifs, de rires hystériques et de beuglements débiles, dans une ambiance survoltée à l'intérieur d'un parc d'attraction à l'abandon, un lieu renforçant le sentiment d'assister à une foire grotesquement drôle.


A plusieurs reprises, il m'est arrivé de lire que Tobe Hooper avait volontairement forcé l'humour ici parce que le public n'avait pas perçu celui qu'il avait installé dans le premier. Personnellement, le premier film m'a toujours fait rire car il m'est impossible de faire autrement devant une famille de barjots vivant au milieu d'ossements humains et de cadavres en décomposition.

Ce qui saute aussi aux yeux, c'est la critique du capitalisme. La folie de la famille "tronçonneuse" semble avoir pour origine la faillite de leurs abattoirs, dont ils ne se sont jamais remis. Le parc d'attraction déliquescent où elle semble s'être définitivement installée sert aussi de symbolique à cette société où tout ce qui ne survit pas est voué, non pas à disparaitre entièrement, mais à pourrir lentement sur place, comme les êtres humains victimes du même pourrissement.

Le personnage du Texas Ranger Lefty (Dennis Hopper), bien que n'étant pas membre de la famille, se révèle également assez allumé. Il s'agit de l'oncle de deux victimes du premier film qui recherche les responsables de leur disparition. Plus de dix ans qu'il essaie de leur mettre le grappin dessus, quelle persévérance !

Malgré tout, The Texas chainsaw massacre 2 a un sérieux écueil. Tobe Hooper nous refait le coup du repas familial qui dégénère, comme dans le premier, mais il n'a pas la même intensité. Des longueurs deviennent alors un peu ennuyeuses. C'est dommage car le rythme, jusque là, tenait la route.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

Et puis ça fait bête d'être triste en maillot de bain (2013) - Amandine Dhée

"Elle est laide, aurait dit ma grand-mère lorsque je suis venue au monde.
C'est qu'il faut voir, tout juste sortie du ventre. Mes yeux qui débordent du visage sans jamais voir vraiment. Mes secousses du corps, impossibles à soulager.
Pesée, mesurée, testée. On me jette de petits coups d'yeux, on chuchote de moi. Les infirmières marchent feutré. Il fait chaud. Ça sent le produit de nettoyage et de soignage, le bonheur et la confusion.
Les visiteurs égarés ravalent leurs points d'interrogation. T'as eu mal ? T'es recousue ? T'as vu comme il est bizarre ton bébé ?"

Et puis ça fait bête d'être triste en maillot de bain est le récit d'une fille qui avance vers l'âge adulte, le regard posé sur le quotidien qui l'entoure, les gens, les codes de conduite en société, mais il y a toujours un "couac", un "hic" qui vient ternir le plaisir.
Le livre est plutôt court, l'écriture assez légère et l'ensemble est amusant et …