Accéder au contenu principal

Per qualche dollaro in più (1965) - Sergio Leone


Je me suis toujours ennuyé devant le deuxième western de Sergio Leone. J'ai revu le DVD du film en me disant que j'allais, cette fois, remarquer ce que je rate systématiquement, mais non. Ce fut encore l'ennui. 

La mise en scène ne me saisit pas, l'histoire se traine, aucun dialogue ou bon mot ne m’interpelle et la partition de Ennio Morricone m'apparait répétitive. Ajoutons à cela un Gian Maria Volontè (l'indien), très présent à l'écran, qui force outrageusement le trait alors que le charismatique Klaus Kinski est sous employé. Sergio Leone ne s'est-il pas rendu compte du potentiel de cet acteur ? A titre de comparaison, Sergio Corbucci saura exploiter son animalité dans son western Il grande silenzio.

Il y a aussi le rituel de la montre à gousset que l'indien ouvre systématiquement pour lancer sa mélodie avant de donner la mort et qui me fatigue aussi assez vite. Je le trouve même plutôt ridicule.

Per qualche dollaro in più est trop caricatural et j'ai le sentiment que Sergio Leone ne s'est donné ni le temps ni la peine de l'affiner.

Heureusement, il y a Clint Eastwood et Lee Van Cleef, les deux acteurs principaux égaux à eux même mais, hélas, ce n'est pas suffisant pour éveiller plus que ça mon intérêt. Il manque de la consistance. J'ai même failli m'endormir. Pourtant, la grande majorité des commentaires que l'on peut lire au sujet de Per qualche dollaro in piu sur internet est positive. Ainsi, à nouveau, je m'étonne de le trouver assez faible.

Sergio Leone est pourtant capable de faire tellement mieux. Sur une base scénaristique nettement moins développée, il capte l'attention du début à la fin de son précédent western, Per un pugno di dollari, alors qu'ici, il semble hésiter sur la direction à donner à son long métrage comme sur la conclusion à lui fournir ; et le duel qui le conclut ne me satisfait pas non plus. Je le vois plus comme un brouillon à celui, magistral, à la fin de Il buono, il brutto, il cattivo, son chef d’œuvre.

Je n'ai donc pas le même enthousiasme ni la même nostalgie devant Per qualche dollaro in più et c'est bien le seul des films de Sergio Leone qui me laisse aussi froid.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

.

Moonraker (1955) - Ian Fleming

"Les deux "calibre 38" grondèrent simultanément. Le bruit des détonations se répercuta plusieurs fois entre les murs de la pièce souterraine, puis tout retomba dans le silence. James Bond regarda la fumée provenant des deux extrémités de la salle se faire aspirer par le ventilateur installé au centre. Il fit basculer le barillet de son Colt Detective Special et attendit, le canon pointé en terre, tandis que l'instructeur franchissait les vingt pas qui les séparaient, dans la pénombre du stand. L'inspecteur avait un large sourire. - Je ne peux pas y croire, fit Bond, mais j'ai bien l'impression que je vous ai eu, cette fois. L'instructeur arriva près de lui. - Vous m'avez en effet envoyé à l'hôpital, mais vous, vous êtes mort, commandant, dit-il."
Dès 1953, Ian Fleming a méthodiquement livré chaque année à son éditeur un nouvel ouvrage mettant en scène James Bond 007, le personnage qu'il a créé. Dans sa vie, l'auteur luttait contre l&…

Vertige (2011) - Franck Thilliez

J'ai découvert Franck Thilliez il y a quelques années avec La chambre des morts, polar que j'avais apprécié lire. Plus tard, j'ai lu Train d'enfer pour ange rouge, thriller plutôt bien construit qui plonge le lecteur dans un univers qui se montre de plus en plus effrayant. J'ai achevé la lecture de Vertige récemment, son avant dernier livre qui me fait dire que l'auteur s'est amélioré entre ses premières œuvres et celle-ci ; Avec toujours ce goût pour les descriptions de scènes et situations morbides.
Jonathan Touvier se réveille au fond d'une grotte glacée. Il est attaché au poignet par une chaîne qui restreint considérablement son champs de déplacement. Il y a son chien aussi, endormi et qui ne tardera pas à sortir du sommeil dans lequel il a été plongé. Deux autres hommes aussi se réveillent dans le même lieu : Farid, qui lui est enchaîné à la cheville et Michel, libre de ses mouvements mais qui a un masque de fer fixé autour de la tête. Par une let…