Accéder au contenu principal

Taboo (2012) - Casey Hill

Avant-propos : Casey Hill, nous apprend la présentation incluse dans le livre, est le pseudonyme utilisé par un couple de Dublin, Kevin et Melissa Hill. Il s'agit donc d'un thriller écrit à quatre mains. La configuration, si elle n'est pas isolée, est assez peu courante, du moins me semble t-il. Elle méritait donc d'être signalée en début de billet.

"Prologue
Baie de San Francisco, Californie

- Allez, Reilly, je suis sûre que t'es pas cap !
- Jess, oublie. Je ne le ferai pas, d'accord ?
Reilly traînait des pieds en rentrant de l’école. Sa jeune sœur sautillait devant elle, ses nattes blondes soyeuses se soulevant à quhaque pas. Reilly détestait aller chercher sa sœur à l’école. Toutes ses amies pouvaient se rendre au centre commercial, mais pas elle. Elle devait récupérer Jess, la ramener à la maison, lui donner son goûter et s’assurer qu’elle fasse bien ses devoirs.
- Papa t'a déjà dit de ne pas t'approcher de lui.
A vingt mètres devant elle, un vieux monsieur s'affairait à ratisser les feuilles mortes dans son jardin. Vêtu d'une chemise en flanelle et d'une salopette sale, il avait le dos voûté, des cheveux fins argentés, et ses deux grosses mains noueuses agrippaient solidement le manche du râteau. C'était l'automne, les feuilles tombaient des arbres, et le soleil se couchait chaque jour un peu plus tôt.
- Allez, dis-lui quelque chose, lança Jess en direction de Reilly, ses yeux bleu clair pétillants de malice.
- Qu'est-ce que je viens de te dire ? On ne doit pas parler à cet homme." 

Reilly Steel, une experte de la police scientifique qui a quitté le FBI pour rejoindre la capitale irlandaise, la terre de ses origines familiales, est confrontée à un tueur en série alors qu'elle aspirait à un peu de calme et de sérénité. En effet, Reilly Steel semble trainer un lourd passé familial. Assez rapidement, il apparait que le tueur la connait...

Taboo repose sur des personnages et des situations assez classiques. Nous avons même droit au personnage du mentor, un certain Daniel Forrest qui fut un professeur influent et proche de l'enquêtrice. Malgré ce qui peut apparaitre comme étant des poncifs, j'ai apprécié la lecture de ce thriller du début à la fin. L'intrigue est suffisamment bien construite et ordonnée pour être suivie sans ennui. De surcroit, elle est assez courte et va donc droit à l'essentiel. Un gage d'efficacité.

Les meurtres sont mis en scène en fonction des théories de Freud sur les tabous. En fait, j'ignore complètement ce qu'a bien pu écrire le fondateur de la psychanalyse au sujet des tabous mais les motivations du meurtrier ne sont pas plus idiotes que d'autres qui ont pu inspirer d'autres auteurs ou des  scénaristes de cinéma. D'ailleurs, à la lecture, j'ai pensé à Seven, le terrible film de David Fincher dont les scènes de meurtres sont établies en fonction des sept péchés capitaux.

Pour conclure, Taboo, s'il ne sort pas des sentiers battus, se lit facilement et sans ennui. Le couple d'auteurs a un style plutôt accrocheur, direct, qui sait rester dans la droite ligne de l'intrigue qu'ils ont élaborée.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …