Accéder au contenu principal

Taboo (2012) - Casey Hill

Avant-propos : Casey Hill, nous apprend la présentation incluse dans le livre, est le pseudonyme utilisé par un couple de Dublin, Kevin et Melissa Hill. Il s'agit donc d'un thriller écrit à quatre mains. La configuration, si elle n'est pas isolée, est assez peu courante, du moins me semble t-il. Elle méritait donc d'être signalée en début de billet.

"Prologue
Baie de San Francisco, Californie

- Allez, Reilly, je suis sûre que t'es pas cap !
- Jess, oublie. Je ne le ferai pas, d'accord ?
Reilly traînait des pieds en rentrant de l’école. Sa jeune sœur sautillait devant elle, ses nattes blondes soyeuses se soulevant à quhaque pas. Reilly détestait aller chercher sa sœur à l’école. Toutes ses amies pouvaient se rendre au centre commercial, mais pas elle. Elle devait récupérer Jess, la ramener à la maison, lui donner son goûter et s’assurer qu’elle fasse bien ses devoirs.
- Papa t'a déjà dit de ne pas t'approcher de lui.
A vingt mètres devant elle, un vieux monsieur s'affairait à ratisser les feuilles mortes dans son jardin. Vêtu d'une chemise en flanelle et d'une salopette sale, il avait le dos voûté, des cheveux fins argentés, et ses deux grosses mains noueuses agrippaient solidement le manche du râteau. C'était l'automne, les feuilles tombaient des arbres, et le soleil se couchait chaque jour un peu plus tôt.
- Allez, dis-lui quelque chose, lança Jess en direction de Reilly, ses yeux bleu clair pétillants de malice.
- Qu'est-ce que je viens de te dire ? On ne doit pas parler à cet homme." 

Reilly Steel, une experte de la police scientifique qui a quitté le FBI pour rejoindre la capitale irlandaise, la terre de ses origines familiales, est confrontée à un tueur en série alors qu'elle aspirait à un peu de calme et de sérénité. En effet, Reilly Steel semble trainer un lourd passé familial. Assez rapidement, il apparait que le tueur la connait...

Taboo repose sur des personnages et des situations assez classiques. Nous avons même droit au personnage du mentor, un certain Daniel Forrest qui fut un professeur influent et proche de l'enquêtrice. Malgré ce qui peut apparaitre comme étant des poncifs, j'ai apprécié la lecture de ce thriller du début à la fin. L'intrigue est suffisamment bien construite et ordonnée pour être suivie sans ennui. De surcroit, elle est assez courte et va donc droit à l'essentiel. Un gage d'efficacité.

Les meurtres sont mis en scène en fonction des théories de Freud sur les tabous. En fait, j'ignore complètement ce qu'a bien pu écrire le fondateur de la psychanalyse au sujet des tabous mais les motivations du meurtrier ne sont pas plus idiotes que d'autres qui ont pu inspirer d'autres auteurs ou des  scénaristes de cinéma. D'ailleurs, à la lecture, j'ai pensé à Seven, le terrible film de David Fincher dont les scènes de meurtres sont établies en fonction des sept péchés capitaux.

Pour conclure, Taboo, s'il ne sort pas des sentiers battus, se lit facilement et sans ennui. Le couple d'auteurs a un style plutôt accrocheur, direct, qui sait rester dans la droite ligne de l'intrigue qu'ils ont élaborée.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…