Accéder au contenu principal

Walking dead - 19. Ézéchiel

Ce que j'écrivais à propos du précédent album se confirme. Les morts vivants sont de plus en plus secondaires, à tel point qu'ici, ils n'interviennent quasiment pas. L'histoire se concentre surtout sur les relations plus ou moins tendues entre les trois communautés de survivants, celles de Rick, Negan et Ézéchiel ainsi que sur les rapports entre différents personnages.

Negan débarque avec quelques hommes dans la communauté de Rick pour faire son ravitaillement et l'ambiance dégénère parce que Rick leur tend un piège qui échoue. L'intervention surprise d’Ézéchiel les sauve in extremis. Andrea, la sniper, en aura cependant pris plein la tronche.

A la dernière page, il est clair que la guerre entre Negan et les autres est déclarée.

La vulgarité de Negan, placée en dessous de la ceinture, m'a plutôt amusé. Il y avait bien précédemment, parfois, des grossièretés, mais Negan tient le pompon. Il semble donc que les largesses que peuvent se permettre les comics soient moins restrictives que pour les séries américaines. De tels propos ne sont jamais entendus dans une série outre-Atlantique.

J'ignore si l'adaptation télévisuelle est arrivée à ce point de l'histoire (je l'ai vite abandonnée au bout de quelques épisodes). D'après ce que j'ai pu lire, il semble que des libertés assez importantes ont été prises, notamment en ce qui concerne les aspects les plus trashs de la bande dessinée, et les relations entre les protagonistes semblent avoir été simplifiées.

J'approche tranquillement les derniers volumes sortis mais je sais que Walking dead n'est pas encore achevé. J'espère que Robert Kirkman et Charlie Adlard ne bâcleront pas leur fin car jusqu'ici, j'ai toujours apprécié ces comics.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La maison de Gaspard ferme ses portes

Je me souviens parfaitement de la première fois que j'ai vu Gaspard. Il jouait dans un box avec son frère chez l'éleveur où je m'étais rendu avec l'intention d'acquérir un chien. En entrant dans le hangar où se trouvaient les box, il a arrêté de jouer et s'est assis devant la porte grillagée en me regardant. J'ai su immédiatement que je repartirais avec lui. Il avait trois mois et demi.
Chiot, il a fait quelques conneries. Il a bouffé un mur, déchiqueté un livre mais ce n'est rien par rapport à la joie qu'il a apporté pendant toutes ces années. A de nombreuses reprises, il m'a accompagné en randonnée en montagne dans les Alpes et dans les Pyrénées. Il restait toujours à vue d’œil et attendait assis quand il ne me voyait plus.
Un jour, dans la résidence où j'habitais et alors que je revenais de balade avec lui, un rottweiler a foncé sur moi. Gaspard n'a pas hésité à se placer devant moi et à se battre frontalement avec ce chien ; alors q…

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

Et puis ça fait bête d'être triste en maillot de bain (2013) - Amandine Dhée

"Elle est laide, aurait dit ma grand-mère lorsque je suis venue au monde.
C'est qu'il faut voir, tout juste sortie du ventre. Mes yeux qui débordent du visage sans jamais voir vraiment. Mes secousses du corps, impossibles à soulager.
Pesée, mesurée, testée. On me jette de petits coups d'yeux, on chuchote de moi. Les infirmières marchent feutré. Il fait chaud. Ça sent le produit de nettoyage et de soignage, le bonheur et la confusion.
Les visiteurs égarés ravalent leurs points d'interrogation. T'as eu mal ? T'es recousue ? T'as vu comme il est bizarre ton bébé ?"

Et puis ça fait bête d'être triste en maillot de bain est le récit d'une fille qui avance vers l'âge adulte, le regard posé sur le quotidien qui l'entoure, les gens, les codes de conduite en société, mais il y a toujours un "couac", un "hic" qui vient ternir le plaisir.
Le livre est plutôt court, l'écriture assez légère et l'ensemble est amusant et …