Accéder au contenu principal

SPECTRE (2015) - Sam Mendes


Attention, quelques spoilers !
 
C'est avec une curiosité et une excitation à leur paroxysme que j'ai vu SPECTRE hier soir en avant première. En effet, le titre évoque des choses extrêmement intéressantes de l'univers bondien, que celles-ci proviennent des écrits de Ian Fleming ou des premiers films qui en sont issus. Il s'agit surtout de cette histoire d'amour entre James Bond et Teresa di Vicenzo qui se conclut tragiquement, faisant de Ernst Stavro Blofeld l'ennemi ultime de l'agent secret (cf. les romans On her Majesty's seret service et You only live twice). La première image du film renvoyait également à On her Majesty's secret service, le film.

Cependant, je ne voyais pas les producteurs se lancer dans un remake du seul film où joue George Lazenby ni Sam Mendes en réaliser un. Aussi, j'étais très pressé de découvrir comment le SPECTRE avait été ressuscité.

Ce qui attisait également ma curiosité était l'annonce de Christoph Waltz dans le rôle d'un certain Franz Oberhauser. Or, dans la nouvelle de Ian Fleming Octopussy, on apprend que James Bond a eu pendant son adolescence un professeur de ski du nom de Hannes Oberhauser. Etait-ce lié ? De plus, vu les bandes annonces, Franz Oberhauser semblait être à la tête du SPECTRE et leur passé effectivement lié. Mais, dans ce cas, qu'était devenu Blofeld ?

Ainsi, plusieurs questions se posaient, SPECTRE allait y répondre.


Le prégénérique est formidable. Après une mystérieuse phrase en lettres blanches sur fond noir "Les morts sont vivants", nous retrouvons James Bond à Mexico, au milieu de la fête des morts. Quelques péripéties spectaculaires ont lieu et le héros tue un certain Marco Sciarra. Après le générique, James Bond se fait remonter les bretelles par M (Ralph Fiennes), il agissait de lui même et non en mission officielle. Pourquoi ? Décidément, SPECTRE excite les interrogations.

L'ambiance est très noire et celle-ci est accentuée par l'absence de couleurs vives tout le long du métrage. Seule la Jaguar C-X75 orangée de M Hinx (Dave Bautista), l'homme de main, vient colorer le film dans une poursuite nocturne l'opposant à l'Aston Martin DB-10 de James Bond.

Malgré tout, certains traits d'humour sont présents mais pour rassurer les allergiques, on est très loin de celui qui avait cours pendant la période Roger Moore. Le Bond qu'interprète Daniel Craig est toujours celui qu'il a installé depuis Casino Royale.

Autre atout intéressant est le fait qu'à plusieurs reprises, James Bond ait besoin de l'assistance d'un membre du MI6, qu'il s'agisse de Q (Ben Wishaw, excellent), M ou Miss Moneypenny (Naomi Harris) qui n'est désormais plus clouée à sa chaise de bureau. Ce travail d'équipe est en adéquation avec la menace qui pèse sur le service (tout simplement sa disparition) et la section "00" (sa dissolution) pour être remplacés par des unités utilisant des drones.

J'ai également apprécié le fait que le lien était désormais clairement établi entre tous les Bond de Craig (Je le pressentais avec le personnage de M White qui apparait à nouveau) au cours d'un passage assez anxiogène pour le héros.

SPECTRE a néanmoins une faiblesse. A peu près en son milieu, le rythme se fait moins intense, il flotte ; au point de douter de la pertinence de ce à quoi on assiste. Le film aurait évidemment gagné en intensité, et en qualité, si cela n'avait pas été le cas. C'est plutôt regrettable. Heureusement, le final qui doit bien durer une vingtaine de minutes vient revigorer l'ensemble et Sam Mendes conclut magistralement son deuxième James Bond tout en restant fidèle à un principe posé par Ian Fleming : James Bond n'est pas un assassin.

Aujourd'hui, je peux affirmer clairement ce que je commençais à penser depuis Skyfall : Daniel Craig est le meilleur interprète de James Bond 007.


Commentaires

  1. Je sors de la projection, dans un très beau cinéma de Marseille. Je suis enthousiaste. Nous en reparlerons quand je serai chez moi. Le film est excellent, et Craig absolument impeccable.

    RépondreSupprimer
  2. Un peu en vrac, parce qu’il faudrait vraiment voir le film au moins une seconde fois, en attendant, bien sûr, le DVD qui permettra une lecture détaillée.
    La gamme chromatique est identique à celle de Skyfall. La présence de l’humain est de plus en plus forte. Elle est notamment introduite au moment du rythme très lent alternant avec les scènes d’action.
    On remarque l’excellence de la distribution, comme toujours, et le rôle bien augmenté de M, de Q et de Moneypenny, avec leur retour périodique dans l’action, et non plus une simple séquence avant le développement proprement dit.
    Deux excellentes idées : C, qui est la taupe du Spectre ; Oberhauser-Blofeld, élevé en même temps que Bond et jaloux de l’affection de son père pour le jeune James.
    Beaucoup d’humour dans les dialogues mais rien de grotesque.
    Les poursuites sont encore renouvelées (avion contre voitures, bateau contre hélicoptère).
    Le lien entre les quatre films interprétés par Craig est fait très intelligemment.

    RépondreSupprimer
  3. Ah oui, et deux choses encore :
    M. White devenu une épave, truand repenti et père inattendu qui fait confiance à Bond au point de lui parler de sa fille. C'est excellent car inattendu.
    Bond tenant Blofeld à sa merci, à la fin, et ne tirant pas, ce qui est, comme vous l'avez noté, tout à fait conforme à l'esprit de Fleming. Ce n'est pas seulement parce qu'il fallait garder le personnage pour plus tard, mais bien parce que Bond répugne à tuer.
    A propos de Blofeld, notons que l'acteur (Christoph Waltz) est certainement le meilleur Blofeld jamais incarné à l'écran. Je trouve que, physiquement, il correspond exactement à ce qu'il fallait.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le père Noël est une ordure (1982) - Jean-Marie Poiré

L'année dernière, à l'approche de Noël, j'avais choisi de chroniquer The Polar express, que je venais de découvrir en Blu-ray 3D. Pour 2012, changement de registre puisque j'ai opté pour Le père Noël est une ordure. J'ai souvent entendu les gens affirmer qu'ils préféraient la pièce de théâtre, personnellement je préfère le film. En effet, on trouve des ajouts de personnages, de situations et de dialogues dans le film qui sont aussi drôles que l'ensemble des éléments provenant directement de la pièce.
En arrivant pour leur permanence du réveillon de Noël, les bénévoles de l'association SOS détresse amitié n'ont aucune idée de la nuit agitée qu'ils vont vivre. Les catastrophes vont s'enchaîner les unes après les autres jusqu'au petit matin.
Ils étaient drôles les membres de l'équipe du Splendid (Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, etc.), il y a 30 ans. Ils étaient jeunes, neufs et apportaient un souffle nouveau en dépou…

Kokuriko zaka kara (2011) - Goro Miyazaki

"Les dessins animés japonais qui sont exécrables, qui sont terribles". Cette affirmation est de Ségolène Royal, formulée au cours de l'émission Midi 2 (extrait visible sur le site de l'ina ICI) en 1988 alors qu'elle venait défendre un amendement législatif pour la protection des enfants concernant la violence dans les programmes de télévision. Il y aurait beaucoup à dire sur le conservatisme, la condescendance, les préjugés et même une certaine forme de populisme qui l'animent pendant ce moment mais j'en resterai au sujet qui m'intéresse de développer ici, à savoir ces fameux dessins animés japonais. Elle a continué en 1989 dans un livre, Le ras-le-bol des bébés zappeurs, où elle s'en prend toujours à ces dessins animés japonais où elle n'y voit que la pire expression de la violence au sein d'histoires minimalistes et forcément la cause de tous les maux qui traumatisent la jeunesse française. Les politiques ne sont jamais responsables de …

Les bronzés 3 : Amis pour la vie (2006) - Patrice Leconte

Quand j'ai posté un court article à propos de la comédie Les bronzés le 20 août 2012, j'étais loin de m'imaginer qu'il allait connaître le succès qu'il connait encore aujourd'hui. Au dernier rapport mensuel de statistiques fait le 25 mai dernier, il était 3ème des 10 articles les plus lus de mon blog. Depuis un moment, il est lu 15 à 20 fois par jour. Pourtant, ce n'est pas ce que j'ai écrit de plus intéressant et il y a évidemment des films nettement plus intéressants même dans le seul registre de la comédie. Seulement voilà, c'était l'été et Les bronzés est devenu un classique de la comédie estivale que j'avais revu pour l'occasion, toujours avec le même amusement. J'aime bien voir et revoir des films à la période de l'année dans laquelle ils s'inscrivent.

Je dois bien l'avouer, c'est dans l'idée de réitérer le même succès de lecture que j'ai posté un autre article sur la suite Les bronzés font du ski en pé…