Accéder au contenu principal

Die another day (2002) - Lee Tamahori


Die another day est à Pierce Brosnan ce que Moonraker était à Roger Moore ; et, c'est généralement oublié, ce que You only live twice était à Sean Connery, c'est-à-dire un James Bond s'engageant sans retenue dans un délire science-fictionnel que j'apprécie peu. Cela n'a rien à faire dans un James Bond. J'ai encore en tête les premiers mots entendus au cinéma lorsque le générique de fin a débuté : "On dirait une parodie !" prononcés par mon ami Julien qui était avec moi.

Avec Die another day, les producteurs entendaient célébrer les quarante ans de vie sur grand écran du personnage de Ian Fleming et ils l'ont fait de la pire façon qu'il soit. Multiplier les références et autres clins d’œil à tous les précédents films ne donne pas nécessairement un bon James Bond.

Non, 007 ne peut pas conduire une Aston-Martin invisible ni échapper à un rayon laser tiré d'un satellite en orbite autour de la terre, tout comme ses ennemis ne changent pas de visage à coups d'opérations transformant leur ADN. Tout cela, et tout ce qui relève de la science-fiction dans ce film est purement imbécile. En tout cas, ce n'est pas cette version de l'agent secret qui me passionne depuis plus de vingt-cinq ans.

Le dernier Bond de Pierce Brosnan est une course à la surenchère où la scène qui suit se doit d'être plus énorme que la précédente. La mise en scène de Lee Tamahori n'étant pas des plus exceptionnelles, le spectateur finit par se lasser de ce déluge d'effets spéciaux pour attendre poliment que tout cela se finisse. Et dans ce genre de situation, plus de deux heures, c'est long.

Je retiens tout de même le combat d'escrime qui dégénère entre 007 et Gustav Graves. Plutôt intense, il se démarque étonnamment. Mais l'affrontement final Bond/Graves est ridicule, l'ennemi étant revêtu d'une combinaison ergonomique que n'aurait pas rejeté un membre des Power Rangers.

Alors que GoldenEye promettait une période intéressante avec l'arrivée de Pierce Brosnan, on ne peut que regretter les choix qui ont suivi jusqu'à Die another day. Ian Fleming est tellement loin que l'on est presque étonné de voir une référence à la création livresque du personnage. James Bond trouve un livre, Birds of the West Indies écrit par... James Bond. En effet, Ian Fleming avait emprunté le nom de l'ornithologue qui en est l'auteur pour baptiser son héros.

Vu sur le Blu-ray du coffret Bond 50, l'image est très belle mais le son m'a paru un peu faible, mal équilibré entre les voix et les effets sonores en tous genres.

Commentaires

  1. Effectivement, deux choses sont à retenir : le duel à l'épée, bien réalisé ; la voiture invisible, la pire idée qui puisse être.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…