Accéder au contenu principal

Kaïken (2012) - Jean-Christophe Grangé

"La pluie.
Le mois de juin le plus merdique de tous les temps.
Depuis plusieurs semaines, la même rengaine, grise, trempée, glaciale. Et c'était encore pire la nuit. Le commandant Olivier Passan fit claquer la culasse de son Px4 Storm SD et le posa sur ses genoux, cran de sûreté levé. Il reprit le volant de la main gauche et sait de l'autre son Iphone. Le programme GPS tournait sur l'écran tactile, éclairant son visage par en dessous, façon vampire. 
- On est où ? grogna Fifi. Putain, on est où, là ?
Passan ne répondit pas. Ils roulaient lentement, phares éteints, distinguant à peine le décor. Un labyrinthe circulaire, à la Borges. Des murs courbes tapissés de briques et d'enduit rosâtre, multipliant les entrées, les allées, les détours, mais repoussant toujours l'intrus vers l'extérieur, à la manière d'une muraille de Chine qui tournerait sur elle-même, protégeant un centre mystérieux.
Le labyrinthe n'était qu'une cité classée ZFU : zone franche urbaine. Le Clos-Saint-Lazare, à Stains."
 
De Jean-Christophe Grangé, je n'avais lu que Les rivières pourpres après avoir vu l'adaptation de Mathieu Kassovitz, pour constater que ce qu'avait écrit Grangé était plus intéressant (et pourtant, malgré ses défauts, j'apprécie assez le film).

Comme c'est le cas régulièrement, c'est sur les conseils de ma compagne que je me suis mis à la lecture de Kaïken.

Dès le début, Grangé embarque le lecteur dans un récit où un tueur en série s'en prend à des femmes enceintes qu'il éventre pour détruire leur fœtus dans une mise en scène morbide en région parisienne. L'OPJ Olivier Passan est chargé de l'enquête. Passionné de culture japonaise, il doit faire face à son prochain divorce d'avec sa femme, Naoko, une japonaise qui n'en peut plus de son regard romantique sur son pays d'origine.

Les chapitres sont assez courts et le rythme est rapide, donnant ainsi l'impression que Passan est constamment à cran, dans son enquête comme dans sa vie privée. La tension s'intensifie encore plus lorsque des indices font comprendre que le tueur sait qui est le flic qui le traque et qu'il accède sans problème à l'intérieur de son domicile.

Passan a de sérieux soupçons envers une personne qu'il cible grâce à un faisceau d'indices mais est-ce réellement elle l'auteur des crimes ? Le romancier entretient habilement le doute et parvient à créer un suspense prenant sur ce point. Il m'est même arrivé de douter de la santé mentale de Passan en me demandant si ce n'était pas lui le tueur et l'auteur de ce qui se passe dans sa maison. En tout cas, alors que je supposais une fracture psychologique chez Passan, de nouvelles révélations vont venir confirmer des points de sa personnalité.

En fonction du récit, il m'est également arrivé de supposer, même si l'éventualité paraissait un peu grosse, que Naoko n'était pas neutre dans les événements qui s'enchaînent dans leur domicile. L'issue de ce thriller sera encore plus surprenante que ce qu'il est possible d'imaginer et s'inscrit dans un débat très actuel. Jean-Christophe Grangé a réussi un récit qui tient constamment en haleine et qui joue sans cesse avec le mental du lecteur, même si dans les derniers chapitres le rythme ralentit un peu, l'auteur se perdant dans des détails pas nécessairement pertinents ; c'est un peu dommage. Sans cette faiblesse, Kaïken est un quasi sans faute.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

Le premier miracle (2016) - Gilles Legardinier

"Il faisait nuit, un peu froid. D'ordinaire, M. Kuolong n'aimait pas attendre. Pourtant, ce soir-là, patienter le rendait presque heureux. Voilà bien longtemps que ce quinquagénaire mince au regard d'adolescent n'avait pas éprouvé cela. Surtout vis-à-vis de quelqu'un.
Au premier étage de sa résidence américaine, devant la baie du salon dominant son immense propriété, il scrutait le ciel. Ce dîner s'annonçait important. Essentiel même. Pour une fois, cela n'aurait rien de professionnel, bien au contraire. Il y voyait cependant davantage d'enjeux que lors de ses récentes prises de contrôle de compagnies électroniques. Ce soir, c'était sa part la plus intime qui espérait trouver un écho." 

Je pense savoir pourquoi mes parents m'ont offert Le premier miracle de Gilles Legardinier. Il y a quelque chose qui relève de l'imagerie bondienne dans la couverture. Cette femme en tailleur, pistolet à la main et cet homme en costume accoudé à son…

Top Gear : 50 years of Bond cars (2012) - Phil Churchward

En 2012, pour les cinquante années de vie cinématographique de James Bond 007, les émissions et les sujets se sont multipliés dans les médias papiers et audiovisuels. L'émission de télévision anglaise Top gear consacrée aux voitures et au sport automobile avait réalisé un numéro à propos des véhicules de James Bond et avait retenu mon attention.

Bien sûr, il fut question de l'Aston-Martin DB V de Goldfinger et de la Lotus Esprit de The spy who loved me mais également de la Bentley que Ian Fleming lui avait attribué dans ses romans d'espionnage et d'aventures. Si Richard Hammond, le présentateur, ne manquait pas d'éloges vis-à-vis des véhicules prestigieux que l'espion avait pu conduire, il n'hésitait pas à fustiger la période BMW dont il qualifiait la Z3 de voiture de garçon coiffeur ; c'est un peu vrai, il faut l'admettre.

Parsemée d'entretiens avec Roger Moore, Guy Hamilton et des cascadeurs généreux en anecdotes de tournages, la deuxième par…