Accéder au contenu principal

Kaïken (2012) - Jean-Christophe Grangé

"La pluie.
Le mois de juin le plus merdique de tous les temps.
Depuis plusieurs semaines, la même rengaine, grise, trempée, glaciale. Et c'était encore pire la nuit. Le commandant Olivier Passan fit claquer la culasse de son Px4 Storm SD et le posa sur ses genoux, cran de sûreté levé. Il reprit le volant de la main gauche et sait de l'autre son Iphone. Le programme GPS tournait sur l'écran tactile, éclairant son visage par en dessous, façon vampire. 
- On est où ? grogna Fifi. Putain, on est où, là ?
Passan ne répondit pas. Ils roulaient lentement, phares éteints, distinguant à peine le décor. Un labyrinthe circulaire, à la Borges. Des murs courbes tapissés de briques et d'enduit rosâtre, multipliant les entrées, les allées, les détours, mais repoussant toujours l'intrus vers l'extérieur, à la manière d'une muraille de Chine qui tournerait sur elle-même, protégeant un centre mystérieux.
Le labyrinthe n'était qu'une cité classée ZFU : zone franche urbaine. Le Clos-Saint-Lazare, à Stains."
 
De Jean-Christophe Grangé, je n'avais lu que Les rivières pourpres après avoir vu l'adaptation de Mathieu Kassovitz, pour constater que ce qu'avait écrit Grangé était plus intéressant (et pourtant, malgré ses défauts, j'apprécie assez le film).

Comme c'est le cas régulièrement, c'est sur les conseils de ma compagne que je me suis mis à la lecture de Kaïken.

Dès le début, Grangé embarque le lecteur dans un récit où un tueur en série s'en prend à des femmes enceintes qu'il éventre pour détruire leur fœtus dans une mise en scène morbide en région parisienne. L'OPJ Olivier Passan est chargé de l'enquête. Passionné de culture japonaise, il doit faire face à son prochain divorce d'avec sa femme, Naoko, une japonaise qui n'en peut plus de son regard romantique sur son pays d'origine.

Les chapitres sont assez courts et le rythme est rapide, donnant ainsi l'impression que Passan est constamment à cran, dans son enquête comme dans sa vie privée. La tension s'intensifie encore plus lorsque des indices font comprendre que le tueur sait qui est le flic qui le traque et qu'il accède sans problème à l'intérieur de son domicile.

Passan a de sérieux soupçons envers une personne qu'il cible grâce à un faisceau d'indices mais est-ce réellement elle l'auteur des crimes ? Le romancier entretient habilement le doute et parvient à créer un suspense prenant sur ce point. Il m'est même arrivé de douter de la santé mentale de Passan en me demandant si ce n'était pas lui le tueur et l'auteur de ce qui se passe dans sa maison. En tout cas, alors que je supposais une fracture psychologique chez Passan, de nouvelles révélations vont venir confirmer des points de sa personnalité.

En fonction du récit, il m'est également arrivé de supposer, même si l'éventualité paraissait un peu grosse, que Naoko n'était pas neutre dans les événements qui s'enchaînent dans leur domicile. L'issue de ce thriller sera encore plus surprenante que ce qu'il est possible d'imaginer et s'inscrit dans un débat très actuel. Jean-Christophe Grangé a réussi un récit qui tient constamment en haleine et qui joue sans cesse avec le mental du lecteur, même si dans les derniers chapitres le rythme ralentit un peu, l'auteur se perdant dans des détails pas nécessairement pertinents ; c'est un peu dommage. Sans cette faiblesse, Kaïken est un quasi sans faute.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

War for the planet of the apes (2017) - Matt Reeves

Le premier film de 2011 était très bon, le deuxième s'est révélé être une déception, celui-ci ne m'a pas franchement convaincu. Les premières minutes m'ont mis en confiance mais le soufflé est assez vite retombé.
Nous parlons de guerre entre les humains et les singes pour la domination de la terre mais aucun enjeu planétaire ne nous est illustré. Du début à la fin, nous restons dans un périmètre restreint où Woody Harrelson joue les Marlon Brando du pauvre dans Apocalypse now et où le spectateur est barbé par une jeune fille qui passe son temps à donner de l'eau à des singes emprisonnés.
Il y a bien des tentatives de développements scénaristiques, les humains qui peu à peu perdent leur humanité alors que les singes font de plus en plus preuve d'empathie, mais c'est nettement insuffisant. On se réveille un peu à la fin où un combat s'engage, militaires contre simiens. C'est trop court, voilà le générique de fin.
La 3D est plutôt bonne.

La maison de Gaspard a 6 ans

Six années que je mets en ligne des articles ; pour le plaisir.
Il y eut une première période essentiellement marquée par ma relecture des Fleming, suivie d'une autre consacrée principalement à un nouveau visionnage des James Bond, cette fois en Bluray, dévoilant ainsi des détails dans les films que je n'avais jamais remarqués. Il y eut aussi la lecture régulière des comics The walking dead, une série qui n'est pas encore achevée et qu'il faudra bien que je reprenne un jour ou l'autre. C'est aussi l'occasion de rédiger quelques impressions et avis sur les polars et thrillers que je lis, un genre qui me plait énormément.

Je me suis rendu compte également grâce aux libellés que j'accroche aux publications que les westerns tenaient une place assez conséquente parmi les longs métrages que je peux regarder. Je n'imaginais pas que ce genre occupait un tel intérêt chez moi ; et il me reste encore quelques cowboys à chroniquer.

Faire un tel exercice a chan…

24 - saison 8

Jack Bauer (Kiefer Sutherland) profite de sa retraite pour squatter le domicile de sa fille Kim à New-York et jouer au papy gâteau auprès de sa petite fille. Seulement, un complot va le contraindre à reprendre du service au sein de la cellule antiterroriste alors que parallèlement, la présidente américaine est sur le point d'obtenir un accord sur le nucléaire avec le dirigeant d'un pays fictif du Moyen Orient.

Une huitième saison assez laborieuse dans l'ensemble où trop souvent les personnages décident d'une action à mener puis se ravisent dans l'épisode suivant quand ce n'est pas dans le même. Dès le début, on ennuie le téléspectateur avec des intrigues secondaires sans grand intérêt conduisant à des scènes absurdes à l'image de ce contrôleur judiciaire qui va et vient dans les locaux de la cellule antiterroriste alors que son personnel tente par tous les moyens de contrôler une menace d'attentat des plus tendues. C'est à la fois énervant et risib…